Accéder au contenu principal

Nûbar : El Qit'atu fî behrir rezecis salîm-îm musemmen


"Si tu as un désir, tu dois te hâter,
Et surtout, si tu L'adores, toujours accours à Son ordre,

Mustef’îlun, mustef’îlun, mustef’îlun, mustef’îlun,
Le salim musemmen est toujours ainsi, ô étudiant de la section du recez !

Je vins : hatim. Je viens : têm. Il est venu : hat. Viens : were !
J'ai donné : min da. Prends : bigir ! Reviens : veger ! Va : here !

Retourne ! Bigêrr ! Tranche ! Bihêr ! Coupe ! Biqut ! Regarde ! Binêr !
Lis* ! Bixwûn ! Sache ! Bizan ! La foi et la croyance sont bawer.

*Pour traduire Îqre ! qui est "lis" ou "récite", tout comme "bixwûn" est "lis" ou "apprends". J'ai donc choisi le dénominateur commun en français.

La région et la contrée sont bajar ; la monnaie est dirav, la soie ermûsh ;
Le généreux est sexî, le mendiant est ricûkar, l'intercession est mehder.

La pauvreté est xizanî, la richesse maldarî, la chanson istiran.*
Laisser est berdan, savoir est zan, paire et singulier sont cot et fer.

* Xanî indique en fait que l'arabe "ghina" veut dire à la fois richesse et chanson.

Un homme sagace est mirovê tîjîfehm, un homme à l’esprit agile est mirovê guhbiçuk *,
Un homme à l'oreille coupée** est mirovê guh hatî birîn, le sourd est kerr***.

* litt. en arabe "qui a de petites oreilles" ; le double-sens existe de même en persan et Xanî traduit exactement en kurde cette image, voulant peut-être dire que ce n'est pas la moitié d'un âne...
**Aksham est un mot qui s'applique à la fois à un défaut physique congénital (aussi en persan) de naissance, en turc ottoman, cela désigne de façon général le nez ou les oreilles coupées (en châtiment judiciaire). Xanî choisit là aussi la traduction littérale, presque un néologisme kurde, quand il n'y a pas d'équivalent absolu dans sa langue.

*** pour deux mots arabes : "eslekh" et "eyhem".

Un homme aux yeux maquillés est mirovê çakbikil, un homme aux yeux très noirs* : çavbelek.
Un homme aux yeux bleus est mirovê çavhishîn, et la couleur du blé est gûnesmer**.

* Le sens réel est "prunelles très noires dans un blanc d'oeil très blanc" ; on dit ça aussi de la robe pie d'une vache ou d'un cheval.
** Brune et pas blonde.

Rewal est sans poil ; bimû est poilu ; keçel est chauve, lisse est hilû.
Petit est biçûk, grand est mezin, le prince des tribus est: mîr û ser !

La mère est mak ; la mère de tout est roj*, la mère des étoiles asîman.
La mère du vice est xemr et mey, le buveur constant est meyxwere.

* Ce sont en fait toute une série d'images à partir de 'Umm ; Xanî donne l'explication des devinettes, mais vous êtes assez grands pour trouver tout seul.
** Celui qui fait la soudure entre le vin du matin (sabuh) et le vin du soir (ghâbûq).

La Mère des vertus est 'alimî, la Mère des malheurs cahilî.
La Mère des villages, la Mère des cités est la Ke’be, le prophète est pêxember."

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs

Le Kurdistan est une mixture unique de différents groupes ethniques et cultures : Kurdes musulmans, Kurdes yézidis, Turkmènes musulmans, Arméniens, Assyro-Chaldéens chrétiens de langue araméenne, et Juifs de langue araméenne. La cuisine traditionnelle chrétienne n'est pas substantiellement différente de celle des Kurdes. Ainsi, les animaux sont égorgés selon le rite islamique. Les chrétiens, cependant, mange de la viande de porc, soit importée soit venant de sangliers chassés dans les montagnes. De plus, les chrétiens réclament comme les sucreries traditionnelles kulîçe, servis à Noël et dans des occasions importantes, mais communes dans toute la région.
Muhammad n'a pas posé d'objection à ce que musulmans, juifs et chrétiens mangent ensemble. Il en résulte qu'un musulman pratiquant peut acheter sa nourriture dans une boutique tenue par un juif ou un chrétien. Si un nom divin autre que celui d'Allah a été prononcé pendant que l'animal a été abattu, les musulma…