Accéder au contenu principal

Régime de 40 jours pour lire la Sagesse orientale et finalement se faire frapper par la Lumière divine


Sohrawardî recommande :

Avant de commencer la lecture de ce livre, il faut absolument pratiquer pendant quarante jours la vie spirituelle, s'abstenir par exemple de la chair des animaux, ne prendre qu'un minimum de nourriture, pour s'absorber dans la méditation de la Lumière divine et cela selon ce qu'ordonne le Mainteneur du Livre.

Le Maître de l'Instant ne donne, on le voit, que de vagues conseils pour le déroulé de la retraite, conseils qui semblent plus suggérés qu'incontournables. On sent plutôt un laisser-aller, du style 'fais comme tu le sens', chez ce philosophe décrit comme un 'parfait ascète" qui "ne rompait le jeûne qu'une fois par semaine" par son biographe Al-Sharazûrî.

Comme il arrive souvent, disciples et successeurs ont développé et ajouté des règles plus précises, pour aboutir à une diète digne d'une star de la minceur, telle celle de son commentateur Qotboddîn Shîrâzî. On notera qu'il ne s'agit pas d'aliments méprisables et rustiques, comme aimaient souvent à s'en régaler les soufis pratiquant la voie de la mortification. Philosophe et gnostique, Qotboddîn applique plutôt le précepte grec, très pythagoricien : 'tu es ce que tu manges'. Donc si tu veux faire flamber ta cervelle dans les sphères, pas de nourritures grossières ou indigestes. De même, une grande propreté corporelle semble requise, ce qui est très musulman et fort à l'opposé des pratiques masochistes et fort peu hygiéniques qui avaient cours à la même époque chez les qalandars, ou bien chez nombre d'ascètes chrétiens :

Voici les modalités de la retraite. Il faut d'abord que les attaches et les entraves extérieures soit entièrement coupées, de sorte qu'il ne reste plus au pèlerin d'autre soucis que celui de sa retraite, après que son corps a été purifié des humeurs superflues, si cela était nécessaire.
Qu'il s'installe ensuite dans un petit ermitage obscur, hors de la portée du bruit des gens et de leurs occupations tumultueuses. Qu'il jeûne et ne rompt le jeûne qu'après la prière du soir par une nourriture de petite quantité mais de grande qualité, telles que le pain blanc et les mets confectionnés avec des graines choisies, les légumes et les herbes agréables et les assaisonnements assortis (avec beurre, amande, noix, huile de sésame et tout autre chose semblable). Qu'il retranche chaque jour de sa ration une bouchée de pain et une cuillerée de mets cuits.
Que jamais sa tête ni son corps ne soient privés des onguents de la plus excellente qualité, et son ermitage jamais ne soit vide des parfums les plus purs.
Qu'il soit absorbé nuit et jour en la remémoration de Dieu et des anges très saints, des Princes très saints de la tour céleste, par les lèvres et par le cœur, s'éloignant du corps et de ce qu'il contient, considérant son âme comme déjà séparée des étendues et des dimensions spatiales, des temps et des instants ; comme si elle était un temps très long suspendue, esseulée en sa pure essence, séparée, délivrée. Car si elle persiste en cet état, c'est pendant ce temps que la frappera un éclair, une Lumière effusant de l'Intelligence sur l'âme, Lumière délicieuse et qui passe aussi rapide que l'éclair, comme on l'a dit. Ensuite embrasement : une Lumière qui incendie les corps. Ensuite déclin et effacement : l'âme est sans conscience de tout ce qui est autre que son Aimé unique et originel, et c'est là le degré suprême des degrés mystiques.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde