Accéder au contenu principal

Behrouz Ghobadi, le frère de Bahman Ghobadi arrêté en Iran


Le frère du célèbre cinéaste kurde a été arrêté le 4 novembre par les forces de sécurité iraniennes. Bahman Ghobadi a lancé un appel pour informer l'opinion publique que sa famille et lui étaient, depuis, sans nouvelle de son frère et ne savaient rien de ses conditions de détention.

"Mon jeune frère, Behrouz Ghobadi, a disparu il y a plus de deux semaines, et j'ai appris qu'il était détenu par les autorités iraniennes et accusé d'agir "contre la sécurité nationale". Ma famille et moi-même sommes certains qu'il est innocent et incapable de tels actes. Nous sommes très inquiets pour sa santé et demandons aux autorités iraniennes de le libérer immédiatement. Nous savons à présent qu'il est détenu par le Ministère du Renseignement iranien. Au cours de ces deux dernières semaines, il a été privé de ses droits fondamentaux, y compris de contacts avec sa famille et de l'accès à un avocat. Nous l'avons cherché dans plusieurs prisons et avons demandé aux autorités judiciaires des informations, mais personne ne nous a dit où il était détenu. 
Tôt dans la matinée du dimanche 4 novembre, Behrouz a quitté Sanandadj [Sine, cap. de la province du Kurdistan en Iran] dans un taxi en route pour Téhéran afin d'y prendre un vol. Nous avons appris plus tard qu'environ à 15 km hors de Sanandadj, des hommes en civil, dans deux voitures, ont stoppé le taxi et l'ont arrêté. 
Behrouz n'est impliqué dans aucune activité politique ou d'opposition. Il s'est intéressé au cinéma, a été directeur de production pour certains de mes films, et a réalisé quelques courts-métrages. Il a 40 ans, c'est une Kurde iranien sunnite, et l'an dernier il est parti d'Iran pour ouvrir une boutique de savon et de shampoing au Kurdistan d'Irak. Sa femme a donné naissance à leur premier enfant, Harmang, il y a un mois. Nous sommes très inquiet pour Behrouz, surtout en raison de ses problèmes de santé chroniques. Il a des plaques de platine dans les deux jambes en raison d'un accident de voiture, il y a plusieurs années. Il a besoin également de soins pour la goutte, une faiblesse cardiaque et des problèmes respiratoires. Nous demandons aux autorités iraniennes de le relâcher immédiatement.
Bahman Ghobadi, 19 novembre, 2012.
Source Rahebsaz.net (persan) et pdki.org (anglais)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde