Accéder au contenu principal

Tradition : Comme chaque année, la Turquie va éliminer définitivement le PKK avant Noël

Une fois de plus l'armée turque s'échauffe et prépare une grande offensive pour "éliminer définitivement le PKK", la même depuis presque 20 ans maintenant, juste avant la trêve hivernale qui va mettre au repos les combattants dans les montagnes. La menace de traverser la frontière du Kurdistan d'Irak afin de pourchasser le PKK dans ses bases n'est pas non plus une nouveauté. L'armée turque l'a fait à plusieurs reprises entre 1996 et 1999, avec le même grand succès. La seule nouveauté est que, cette fois-ci, les Kurdes d'Irak ne sont plus disposés à les laisser faire, comme cela arrangeait auparavant le PDK, puisque le PKK était alors allié à l'UPK. Le gouvernement kurde avertit que toute incursion frontalière pourrait se solder par de "lourdes pertes" dans les rangs turcs. Paradoxalement, la volonté d'en découdre avec le PKK par-delà les frontières turques a été dopée par la mort de 15 soldats dans des affrontements à l'intérieur de la Turquie. Il est vrai que, comme nous disons, la Turquie préparait une offensive assez importante contre les bases intérieures du PKK et que, évidemment, quand on se porte au combat, on doit s'attendre à des pertes.

Mais devant la pression de l'armée, d'une opinion publique galvanisée et indignée par un matraquage médiatique, Recep Tayip Erdogan va-t-il pouvoir faire l'économie d'une mini-invasion au Kurdistan du sud ? La décision finale appartient au Parlement turc et certains observateurs ou experts pensent que tout ça n'est qu'effets de manche et moulinets des poings, dans le genre "retenez-moi ou je fais un massacre, mais surtout retenez-moi..."

En attendant les portraits des soldats tués s'affichent partout dans la presse et les média turcs, avec drapeaux, larmes des mères, musique nationale, etc., beaucoup de pathos et d'appels à la vengeance. Cependant, comme le souligne en toute logique le gouvernement d'Erbil, s'il y a incursion dans les montagnes de Qandil, les journaux turcs n'ont pas fini d'afficher des portraits de soldats tués.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs

Le Kurdistan est une mixture unique de différents groupes ethniques et cultures : Kurdes musulmans, Kurdes yézidis, Turkmènes musulmans, Arméniens, Assyro-Chaldéens chrétiens de langue araméenne, et Juifs de langue araméenne. La cuisine traditionnelle chrétienne n'est pas substantiellement différente de celle des Kurdes. Ainsi, les animaux sont égorgés selon le rite islamique. Les chrétiens, cependant, mange de la viande de porc, soit importée soit venant de sangliers chassés dans les montagnes. De plus, les chrétiens réclament comme les sucreries traditionnelles kulîçe, servis à Noël et dans des occasions importantes, mais communes dans toute la région.
Muhammad n'a pas posé d'objection à ce que musulmans, juifs et chrétiens mangent ensemble. Il en résulte qu'un musulman pratiquant peut acheter sa nourriture dans une boutique tenue par un juif ou un chrétien. Si un nom divin autre que celui d'Allah a été prononcé pendant que l'animal a été abattu, les musulma…