Accéder au contenu principal

TV




Mercredi 7 avril à 20h35 et jeudi 8 avril à 15h15 sur France Ô : Zinat, un film d'Ebrahim Mokhtari (Iran, 1999).

Zinat est la première femme de l'île de Qeshm, dans le sud de l'Iran (Golfe Persique), qui retira le voile traditionnel (Borqué) porté dans cette région pour exercer sa profession d'infirmière. Il y a treize ans, elle devient responsable du dispensaire du village et s'implique dans des activités sociales et politiques. Le 26 février 1999, elle se présente aux premières élections locales organisées en Iran sous l'impulsion du président Khatami. Comme il est interdit de filmer en public le jour-même des élections, le réalisateur installe sa caméra dans la maison de Zinat et filme les réactions positives et négatives exprimées par les visiteurs, en particulier sur la place des femmes dans la société iranienne. Au lendemain des élections, il montre le quotidien du village tandis que Zinat nous présente son programme pour changer la vie des habitants.
Vendredi 9 avril à 21h 30 sur Histoire : Les derniers jours de Zeugma.

Commentaires

  1. Anonyme11:25 PM

    Bonjour,

    je suis intrigué par ce que porte la jeune femme sur le visage.
    J'avais déjà vu ca dans un pays du golfe.

    Est-ce que c'est pour "cacher" le visage d'une femme?

    RépondreSupprimer
  2. C'est une part du costume traditionnel des Bandari, qui fixe à la fois le voile et cache plus ou moins le visage. Il existe des masques encore plus couvrants. C'est un costume ancien, qui a au moins plusieurs siècles. Certains ethnologues y voient le dérivé d'une mode de cour de l'époque safavide, sans que la religion y ait eu vraiment part, même si aujourd'hui on pense toujours à une prescription islamique. Les costumes féminins d'Iran et de Mésopotamie, avant l'islam, étaient identiquement couvrants, ne pas montrer son visage était une marque de distinction sociale.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs

Le Kurdistan est une mixture unique de différents groupes ethniques et cultures : Kurdes musulmans, Kurdes yézidis, Turkmènes musulmans, Arméniens, Assyro-Chaldéens chrétiens de langue araméenne, et Juifs de langue araméenne. La cuisine traditionnelle chrétienne n'est pas substantiellement différente de celle des Kurdes. Ainsi, les animaux sont égorgés selon le rite islamique. Les chrétiens, cependant, mange de la viande de porc, soit importée soit venant de sangliers chassés dans les montagnes. De plus, les chrétiens réclament comme les sucreries traditionnelles kulîçe, servis à Noël et dans des occasions importantes, mais communes dans toute la région.
Muhammad n'a pas posé d'objection à ce que musulmans, juifs et chrétiens mangent ensemble. Il en résulte qu'un musulman pratiquant peut acheter sa nourriture dans une boutique tenue par un juif ou un chrétien. Si un nom divin autre que celui d'Allah a été prononcé pendant que l'animal a été abattu, les musulma…