Accéder au contenu principal

Conférences, séminaires



Villes, des origines de l’Islam à l’époque contemporaine. approches archéologiques

Séminaire de L’UMR 8167 « Orient & Meditérranée », Islam Médiéval

Le Jeudi à partir de 14 heures au CNRS, salle 232-234, 21 rue Paul Bert. Ivry. Contact : hardy-guilbert@ivry.cnrs.fr, m.o.rousset@wanadoo.fr.

Présentation :

Les recherches actuelles sur la ville islamique seront exposées dans une perspective chronologique depuis la formation d’une ville en Syrie issue d’un campement tribal pré-islamique jusqu’au développement urbain d’une capitale des pays du Golfe. Le but est de proposer dans la variété de ces cas de figures et celle de leur problématique archéologique, dans un ordre chronologique, une vision globale du fait urbain en pays islamique.
Programme :

4 mars 2010 : Marie-odile Rousset (Chargée de recherches CNRS) : Chalcis-Hadir Qinnasrin (Syrie), un contexte pré-islamique et islamique.

18 mars : Alastair Northedge (Professeur Université de Paris 1) : Samarra (Iraq), une fondation islamique.

25 mars : Claire Hardy-Guilbert (Chargée de recherches CNRS) : Al-Shihr (Yémen) de 780 à 2007.

8 avril : Stéphane Pradines (Archéologue IFAO) : Le Caire fatimide et ayyoubide(Égypte), histoire de la ville par ses fortifications.

15 avril : Claire Hardy-Guilbert (Chargée de recherche CNRS) : Doha (Qatar) de sa fondation à 2010.

***

Deux rencontres avec Hans Belting

Jeudi, 11 mars 2010 à 18h00 et Vendredi, 12 mars 2010 à 10h00 à l’institut Historique Allemand à Paris.

Jeudi, 11 mars 2010 à 18h00 :

Dans le cadre des jeudis de l’actualité historiographique à l’institut Historique Allemand à Paris (IHAP), Hans Belting donnera une conférence intitulée :

Florence et Bagdad. Une histoire du regard entre Orient et Occident (Florenz und Bagdad. Eine westöstliche Geschichte des Blicks, Munich, C.H. Beck, 2008).

Conférence en allemand avec traduction simultanée.

Vendredi, 12 mars 2010 à 10h00 :

Dans le cadre du séminaire « Passages de rives. Lieux, objets, acteurs » Séminaire commun de l’Institut Historique Allemand (groupe FranceMed :) et de l’EHESS.

Discussion avec Hans Belting (Karlsruhe) et Elisabeth Ruchaud (IHAP) sur :

de Hans Belting, La vraie image : croire aux images ?, traduit de l’allemand par Jean Torrent, Paris, Gallimard, 2007.



Présentation de l'éditeur
Qu'est-ce qu'une vraie image ? Poursuivant son étude de la signification de l'image dans la culture occidentale, Hans Belting interroge ici notre besoin fondamental d'images vraies et authentiques, susceptibles de rendre compte et de reproduire la réalité telle qu'elle est. Il montre que notre compréhension de l'image est marquée, aujourd'hui encore, par une survivance de notions religieuses : la foi chrétienne a joué en Occident un rôle formateur de l'identité et de la conscience et nous avons intériorisé les tentatives sans cesse recommencées d'une définition de l'image qui se sont accomplies dans son orbe. Plutôt que de dérouler une histoire linéaire, l'auteur procède ici par sondages, en pointant son attention sur deux moments clés, deux accélérations critiques où la culture européenne franchit à chaque fois un seuil : la fin de l'Antiquité d'abord, où la question de l'image est l'enjeu de débats philosophiques autour de la double nature du Christ ; la période de la Réforme ensuite, où la traduction de la Bible en langue vulgaire et sa diffusion par l'imprimerie entraînent comme une dévalorisation ontologique de l'image, contrainte de se replier désormais du côté de l'art et des théories esthétiques. La tradition religieuse des images, avec la part irréductible faite à la croyance, est donc bien davantage qu'un simple prélude naïf de leur complexité moderne. Dans La vraie image, Hans Belting tend magistralement l'arc qui relie l'aube des Temps nouveaux à notre époque contemporaine, en tissant des rapports inaperçus entre histoire de la religion, des images et des idées. A ce titre, le livre apparaît comme l'indispensable complément à ses deux précédents ouvrages,
Image et culte (Cerf, 1998) et Pour une anthropologie des images (Gallimard, 2004).

Biographie de l'auteur
Hans Belting, professeur d'histoire de l'art, a enseigné aux universités d'Heidelberg et de Munich, après avoir été l'un des membres fondateurs du Centre d'étude des nouveaux médias de Karlsruhe en 1993. Il a occupé en 2003 la chaire européenne du Collège de France à Paris, puis a été nommé directeur de l'IFK, Centre international d'études culturelles, à Vienne.



Lieu : l’Institut Historique Allemand. Hôtel Duret de Chevry- 8, rue du Parc Royal 75003 Paris (Métro Saint-Paul)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs

Le Kurdistan est une mixture unique de différents groupes ethniques et cultures : Kurdes musulmans, Kurdes yézidis, Turkmènes musulmans, Arméniens, Assyro-Chaldéens chrétiens de langue araméenne, et Juifs de langue araméenne. La cuisine traditionnelle chrétienne n'est pas substantiellement différente de celle des Kurdes. Ainsi, les animaux sont égorgés selon le rite islamique. Les chrétiens, cependant, mange de la viande de porc, soit importée soit venant de sangliers chassés dans les montagnes. De plus, les chrétiens réclament comme les sucreries traditionnelles kulîçe, servis à Noël et dans des occasions importantes, mais communes dans toute la région.
Muhammad n'a pas posé d'objection à ce que musulmans, juifs et chrétiens mangent ensemble. Il en résulte qu'un musulman pratiquant peut acheter sa nourriture dans une boutique tenue par un juif ou un chrétien. Si un nom divin autre que celui d'Allah a été prononcé pendant que l'animal a été abattu, les musulma…