Accéder au contenu principal

Quelques faits sur le passé de Halabja


"Dès la fondation de Halabja, il y eut une architecture civile. Ainsi le palais de Wesman Pacha, à deux étages, quatre tours de guet, décrit comme une merveille à son époque, avec des fenêtres en marbre, des portes avec des miroirs et des décors de verre coloré. Il avait un point de vue sur les quatre points cardinaux de la ville. (1), des chambres d'invités, et des halls comprenant quarante grandes pièces. Il yavait aussi des jardins avec fleurs, pelouses, fontaines et des entrepôts tout autour.

Une autre caractéristique de la ville était son grand nombre de moulins à eau, dont nous connaissons certains noms : Ashî spî, Ashî Kerim Zirûnî, Ashî Mizgewtî Djami'é, Ashî Mehmûdî Yar Weys, Ashî Sheikh Isma'îl et d'autres encore. (2)

Halabja avait deux grands marchés "césarien" : le marché Pacha et le marché Hamid Beg, bâtis en 1932. Des examples de tels amrchés existent dans plusieurs villes d'Iran aujourd'hui.

Le Vieux Seray (centre du pouvoir) consistait en des départements administratif, de justice et de police, bâtis dans les années 1930... La ville comprenait aussi d'autres beaux édifices. En 1932 elle avait un hôtel, un garage, des bains publics et près de 500 maisons. En 1940 Halabja fut équipé de l'éclairage électrique. La première école avait été ouverte en 1925 et le premier hôpital en 1929. La même année, le système de canalisations d'eau de la grande Mosquée, appelé Wishtirgello s'étendit aux maisons de Halabja.

En 1924 Hamid Beg Jaf revint de Silêmanî à Halabja pour la première fois en voiture. C'est aussi en 1924 que le département des poste et télégraphe fut ouvert. En 1954, avec les efforts du Dr Akrem Hamid Jaf, une usine de traitement du tabac fut construite à Halabja, alors que dès 1951 une usine de soda avait été installée dans la ville par Kemal Khefaf, qui fournissait en boissons gazeuses Silêmanî et d'autres lieux. Ces boissons étaient appelées Hesîr, Ashtî, Piremegrûn. (3)

(1). Shakir Fetah : Helebje & Hewreman Tour in 1932, p. 11.
(2). Bekir Heme Sidiq : A Page of Helebje History, 1997, p. 12.
(3). Said Aware : Namey Zhyan, 1985, pp. 102-105 (en kurde)."

Mémoires de Halabja, Bekir Heme Sidîq Arif.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs

Le Kurdistan est une mixture unique de différents groupes ethniques et cultures : Kurdes musulmans, Kurdes yézidis, Turkmènes musulmans, Arméniens, Assyro-Chaldéens chrétiens de langue araméenne, et Juifs de langue araméenne. La cuisine traditionnelle chrétienne n'est pas substantiellement différente de celle des Kurdes. Ainsi, les animaux sont égorgés selon le rite islamique. Les chrétiens, cependant, mange de la viande de porc, soit importée soit venant de sangliers chassés dans les montagnes. De plus, les chrétiens réclament comme les sucreries traditionnelles kulîçe, servis à Noël et dans des occasions importantes, mais communes dans toute la région.
Muhammad n'a pas posé d'objection à ce que musulmans, juifs et chrétiens mangent ensemble. Il en résulte qu'un musulman pratiquant peut acheter sa nourriture dans une boutique tenue par un juif ou un chrétien. Si un nom divin autre que celui d'Allah a été prononcé pendant que l'animal a été abattu, les musulma…