Accéder au contenu principal

Musique et extase

Dimanche 10 février à 6 h 30 sur France Culture : Jean During, directeur de recherches au CNRS, spécialiste des cultures du Moyen Orient et de l'Asie centrale. Les Racines du Ciel, F. Lenoir.





Khiva, Boukhara, Samarkand, Kachgar : dans ces cités aux fastes légendaires sest développée une musique millénaire, savante et raffinée, qui jette un pont entre le Moyen-Orient et lInde, la Perse et la Chine. L'auteur livre, au fil de ses descriptions des événements et des fêtes, des clés daccès à cette musique et à ces sociétés ouzbek et tadjik ainsi quà la grande tradition du maquâm. 
Le CD contient des enregistrements inédits des meilleurs artistes tels que la diva Monâjât et le fabuleux interprète Turgun Alimatov. 
Les titres du CD 
Musique de fête (Toy) 1. Hazôr Ali, bénédiction rituelle : 055 2. Air de fête, avec surnay et dôyra : 151 3. Yôr-yôr, chant de mariage des sôzanda : 238 4. Danse de mariage des sôzanda : 149 5. Qôra koz, chanson populaire (Mastôna Ergasheva) : 402 
Musique classique (Maqôm et khalqui) 6. Tasnifi navô (ensemble Abduhôshim Ismailov) : 507 7. Guli lôladur (Monâjât Yultchieva) : 424 8. Qosh tchinar (ensemble de Shavkat Mirzaev) : 330 9. Savti ufari Sôdirkhôn (Jurabek Nabiev) : 431 10. Ferghâna tanôvari (Turgun Alimatov et Alisher Alimatov) : 250 11. Eslading (Fatahkhôn Mamadaliev) : 721 12. Sôqinômai Munôjôt (Nôdira Pirmatova) : 438 13. Ey, sabô (Abdurahim Hamidov et Shuhrat Razzakov) : 502 14. Ufari Bayôt (Barnô Ishakova) : 351 15. Ufari sanam (ensemble de Shavkat Mirzaev) : 230 Une chanson moderne 16. Qaysi uyning shamidur ? (Sherali Juraev)




Si la question du pouvoir mystique des sons a souvent été débattue, c'est probablement la première fois que l'on dispose d'autant de données précises sur un musicien qui fut considéré comme un magicien des sons. Ostad Elahi (1895-1974) fut un grand penseur, un mystique et un musicien exceptionnel qui pratiqua exclusivement son art, dit-il : "Comme un moyen de pénétrer en soi-même, de découvrir des vérités et d'arriver à l'étape de l'amour divin." Les explications et les commentaires de ce maître mettent en lumière les conditions même d'une musique spirituelle. Les perspectives esthétiques qu'il ouvre conduisent à une philosophie de l'art traditionnel. En déclinant les grands thèmes métaphysiques, il nous offre aussi une puissante réflexion sur les expériences des états spirituels dans le corps. Multipliant les angles d'approche, cette étude constitue une contribution unique et originale à l'esthétique autant qu'à l'anthropologie religieuse et à la mystique orientale.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde