Les drôles de noces d'Ibn al-Mutrân

Ibn al-Mutrân, un chrétien converti à l'islam, était un des médecins personnels de Saladin. Ce dernier lui offrit même une de ses concubines. Car si Saladin était apparemment fort épris de son unique épouse, la veuve de Nûr al-Dîn, 'Ismat al-Dîn, qui devait avoir la quarantaine et avec qui il n'eut pas d'enfant, ses nombreuses concubines lui servaient surtout à assurer sa descendance en lui donnant des fils. Hormis cela, il semble n'en avoir pas fait grand cas, les offrant volontiers en "cadeaux" à ses serviteurs et son entourage, quand il voulait les honorer.

Bref Ibn al-Mutrân reçut donc une de ces concubines en cadeau d'honneur, mais il ne semble pas en avoir fait davantage grand cas, ou bien était vraiment un homme très timide, à moins qu'il ne soit pris dans ce que l'on peut appeler le syndrome du converti, c'est-à-dire l'excès de zèle religieux du newbie :

"Saladin lui témoigna son amitié et sa reconnaissance en lui offrant pour épouse l'une de ses concubines, dame d'honneur de sa femme. Non seulement il la dota d'un très riche trousseau mais il lui offrit aussi le banquet de la noce. Celui-ci prit cependant une étrange tournure : convié, le soir du mariage, par des soufis de Damas pour assister à leurs danses, Ibn al-mutrân n'osa pas leur dire qu'il s'apprêtait à fêter ses noces. Il accepta leur invitation et transféra le banquet chez eux. Habillés pour la fête, son épouse et les femmes de son entourage l'attendirent toute la nuit."


Anne-Marie Eddé, Saladin, IV: Dans la vie de tous les jours, 19, Saladin et la souffrance.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs