Accéder au contenu principal

Elections au Kurdistan : Résultats

On les attendait hier à 14h heure locale, mais bon, ils n'ont presque pas été en retard. PUK Media donne les premières estimations. Il y a des enquêtes diligentées sur 300 bureaux de vote (sur un total de 5300) qui ont fait l'objet de plaintes pour irrégularités mais ça ne va pas influer sur le nombre de sièges , selon la Haute Commission électorale irakienne. Le représentant de la Ligue arabe, sur place a loué le bon déroulement des élections, présentées par lui comme les plus transparentes d'Irak (source Transnational Middle-East Observer) :

Pour le Parlement, la liste Kurdistanî (PDK de Barzani + UPK de Talabani) remporte la majorité à 57.34% des voix.

La liste du Changement (Gorran) de Nawshirwan Mustafa obtient 23.75%.

La Liste du service et de la Réforme (une coalition de gauches et d'islamistes) : 12.8%.

La Liste turkmène : 0.99 %, les communistes : 0.82%.

Rappel : Cette liste est une coalition de 4 partis politiques, un peu hétéroclite. Deux partis islamistes, l'Union islamique du Kurdistan (proche des Frères musulmans) et le Groupe islamique du Kurdistan (anciennement lié au groupe terroriste Ansar al-Islam mais assagi depuis en ce qui concerne le terrorisme mais toujours soupçonné de liens étroits avec l'Iran), et deux partis de gauche laïcs, le Parti social-démocrate du Kurdistan, anciennement lié à la liste Kurdistani, et le parti du Futur, qui résulte d'une scission avec le parti des Travailleurs (proche de l'UPK).

Le Mouvement islamique : 1.45% on nous bassine depuis 1992 avec la montée de l'islamisme au Kurdistan).

Rappel : Fondé en 1979 par Sheïkh Uthman Abdul-Aziz et d'autres mollahs sunnites, le Mouvement a été très implanté à Halabja et dans la région autour de la ville, faisant de leur fief un petit Islamistan (nettoyé par l'UPK en 2003), sans tout de même appliquer la charia dans toute sa rigueur.)

Pour les élections présidentielles :

Massoud Barzani, est réélu président avec 69.57%.

Le Dr. Kamal Mirawdali obtient 25.32%.

Halo Ibrahim Ahmed (beau-frère de Talabani, dissident de l'UPK) : 1.4%

Husein Garmiyani : 0.59 % (un homme d'affaire).

Que dire de ces résultats ? Qu'ils sont parfaits. Après une campagne sans violence, un scrutin où les seules victimes le furent d'imbéciles tirant en l'air pour fêter ça (une manie au Moyen-Orient, même les noces aboutissent à des enterrements comme ça), ce qui amena Massoud et Nêçirvan Barzani à pousser une gueulante à la télévision : "Ce n'est pas COMME CELA que l'on montre qu'on est content, bande de sauvages !" ; quelques échauffourées à Erbil (bureaux des islamistes et de Gorran investis et saccagés par des supporters du PDK de Barzani), des résultats qui ne font pas république bananière : une vraie force d'opposition au Parlement, même pas issue des islamistes, et rompant avec le statu-quo qui n'était qu'un compromis figé depuis la fin de la guerre civile ; un président qui ne fait pas les scores de Saddam. Kamal Mirawdali n'a plus qu'à fonder à son tour un parti, ou rejoindre Gorran. Cela dit, heureusement tout de même que Massoud Barzani a été confortablement réélu, car j'imagine mal cet intellectuel vivant depuis des années à Londres commander aux Peshmergas et entamer un bras de fer avec Maliki, Obama et de Mistura sur la question de Kirkouk...

Le seul point d'interrogation reste la réaction à Sulaymanieh : soit les partisans de Gorran vont hurler à la fraude en estimant trop peu le nombre de leurs sièges, et dans ce cas, Nawshirwan Mustafa a intérêt à les canaliser, sous peine d'irresponsabilité totale ; soit ils se réjouissent de leur bon score et alors on verra plus tard, dans quelques mois, comment va se passer la cohabitation sur place, avec les nouvelles élites politiques et les gens en place. Après la guerre civile n'a éclaté que 2 ans après les élections de 1992...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs

Le Kurdistan est une mixture unique de différents groupes ethniques et cultures : Kurdes musulmans, Kurdes yézidis, Turkmènes musulmans, Arméniens, Assyro-Chaldéens chrétiens de langue araméenne, et Juifs de langue araméenne. La cuisine traditionnelle chrétienne n'est pas substantiellement différente de celle des Kurdes. Ainsi, les animaux sont égorgés selon le rite islamique. Les chrétiens, cependant, mange de la viande de porc, soit importée soit venant de sangliers chassés dans les montagnes. De plus, les chrétiens réclament comme les sucreries traditionnelles kulîçe, servis à Noël et dans des occasions importantes, mais communes dans toute la région.
Muhammad n'a pas posé d'objection à ce que musulmans, juifs et chrétiens mangent ensemble. Il en résulte qu'un musulman pratiquant peut acheter sa nourriture dans une boutique tenue par un juif ou un chrétien. Si un nom divin autre que celui d'Allah a été prononcé pendant que l'animal a été abattu, les musulma…