Accéder au contenu principal

Les Sables de Mésopotamie


Mot de l'éditeur

«Les Sables de Mésopotamie, récit d'une enfance, est un beau récit d'une grande fraîcheur. Le ton est juste, primesautier et dans le regard que l'enfant porte sur le monde apparaît la faculté de s'étonner et un ardent désir d'y participer.
Il se trouve que l'auteur est né kurde, donc issu d'une société minoritaire et qu'il nous initie, chemin faisant, à toute une tradition, avec ses codes, ses croyances, sa réalité quotidienne et ses rapports avec les autres groupes ethniques. Il nous donne à voir, avec beaucoup de talent et dans un style plein de charme ce qu'était la société kurde de Syrie dont les frontières furent fixées par la France lorsque celle-ci, au lendemain de la Première Guerre mondiale, devint puissance mandatrice du Levant.
À mes yeux, Les Sables de Mésopotamie, qui charrie tout un univers inscrit dans des strates anciennes dans un style tout à la fois précis et poétique est une réussite littéraire. Fawaz Hussain est un écrivain français, d'origine kurde, dont la patrie s'est réfugiée dans le langage.»

Gérard Chaliand


Fawaz Hussain est notamment l'auteur du Fleuve (Méréal 1997, réédition Motifs, 2006), Chroniques boréales (L'Harmattan, 2000) et Prof dans une ZEP ordinaire (Le Serpent à Plumes, 2006).

Extrait du livre :
CHAPITRE UN

dans lequel il est question d'un enfant de trois ou quatre ans qui quitte son village natal pour s'installer chez sa grand-mère en ville et comment il va découvrir l'électricité et deux écoles qui n'enseignent pas les mêmes choses.
Dans la cour de notre maison, au village, ma mère agitait ses bras au-dessus de sa tête comme pour se protéger de coups qui me restaient invisibles. Elle poussait des hurlements de bête blessée que l'on s'apprête à achever. Puis, elle tourna le visage dans ma direction et me vit ; j'avais un bout de pain à la main, trois ou quatre ans. Lorsqu'elle fut près des deux marches du perron, l'unique endroit cimenté de la maison, elle me fit peur avec ses yeux injectés de sang. Ses cheveux lui donnaient l'air d'une folle. Elle passa le revers de sa main sur son visage et sécha ses larmes. Elle se saisit du morceau que j'avais à la main et le jeta loin : elle ne voulait plus qu'on mangeât de ce pain-là.
Puis, de sa main droite, elle me plaqua contre sa poitrine, de l'autre, elle tira ma soeur aînée et nous partîmes sans que personne essayât de nous retenir. Je quittai pour toujours les maisons en pisé agrippées au versant de la colline, la rangée des cinq mûriers en bas, les abricotiers, les grenadiers et les figuiers de notre verger et nos vignes qui grimpaient le coteau, de l'autre côté du village.
Le soleil qui n'avait rien perdu de son acuité nous lacéra la peau et nous martela le cerveau. Ma mère marchait vite, elle enjoignait ma soeur d'avancer au même pas qu'elle, ce qui n'était pas aisé pour une fillette de cinq ou six ans. Une dizaine de kilomètres nous séparaient du chef-lieu du district, le port du salut, le havre de la paix. Elle ne devait surtout pas fléchir maintenant que les dés étaient jetés. Sa résolution était prise et le temps à venir s'apprêtait à tra­vailler pour nous ! Les quelques villages traversés ressemblaient étonnamment à celui que nous venions de quitter. C'était la même coulée de maisons de terre argileuse malaxée avec de la paille hachée et du sel, les mêmes collines vestiges des temps anciens où gisaient nos morts, les mêmes chiens qui s'attaquaient à ceux qui traversaient leurs territoires. Ma mère ne craignait pas ces bêtes féroces ou elle faisait semblant. En tout cas, elle savait comment s'y prendre. Gardant son sang-froid, elle se contentait de leur crier «tude, tude». Voyant bien que nous ne paniquions pas à la vue de leurs grosses gueules de monstres enragés, les chiens remplaçaient alors les aboiements par les grognements. La queue lovée entre les pattes arrière, ils nous escortaient jusqu'à la sortie du village."

Fawaz Hussein présentera son livre le samedi 31 mars, à 16 heures, à l'Institut kurde de Paris, 106 rue Lafayette, M° Poissonnière. Entrée libre.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs

Le Kurdistan est une mixture unique de différents groupes ethniques et cultures : Kurdes musulmans, Kurdes yézidis, Turkmènes musulmans, Arméniens, Assyro-Chaldéens chrétiens de langue araméenne, et Juifs de langue araméenne. La cuisine traditionnelle chrétienne n'est pas substantiellement différente de celle des Kurdes. Ainsi, les animaux sont égorgés selon le rite islamique. Les chrétiens, cependant, mange de la viande de porc, soit importée soit venant de sangliers chassés dans les montagnes. De plus, les chrétiens réclament comme les sucreries traditionnelles kulîçe, servis à Noël et dans des occasions importantes, mais communes dans toute la région.
Muhammad n'a pas posé d'objection à ce que musulmans, juifs et chrétiens mangent ensemble. Il en résulte qu'un musulman pratiquant peut acheter sa nourriture dans une boutique tenue par un juif ou un chrétien. Si un nom divin autre que celui d'Allah a été prononcé pendant que l'animal a été abattu, les musulma…