Accéder au contenu principal

Cette semaine coup de projo sur : Karapatê Xaco






Karapetê Xaço partage avec Aramê Tigran, un autre célèbre chanteur en kurde, d'être d'origine arménienne et d'avoir été recueilli par une famille kurde, alors que le génocide l'avait laissé orphelin. Il est né en effet près de Batman, en 1902. Evidemment, passer d'une famille arménienne à une famille kurde en Turquie, c'est un peu fuir la peste pour le choléra : en 1929, fuyant les massacres qui suivent la répression de la révolte de Sheikh Saïd, il fuit, comme beaucoup de Kurdes, en Syrie, alors sous Mandat français, et s'installe à Qamishlo. Il s'enrôle même dans l'armée française et la sert 15 ans, si bien qu'il aurait pu gagner la France à la fin du Mandat. Mais il préfère s'installer avec sa famille en Arménie, en 1946, dans le village de Vozkihader, près d'Erivan, et il y resta jusqu'à sa mort. Il fut un actif et célèbre chanteur des émissions kurdes de Radio Erivan. Il racontait ainsi son expérience : “A l'époque soviétique, il était interdit de chanter sur les aghas, les seigneurs féodaux et sur Dieu. Toutes les fois que je chantais un “kilam” ils venaient s'en mêler en disant que celui-ci parlait d'un agha, celui-là d'un seigneur féodal et que cette autre chanson parlait de Dieu ! Et je répondais toujours mais sur quoi vais-je chanter alors ? ”
Nonobstant ces quelques difficultés idéologiques, Karapetê Xaço collabora de longues années à Radio Erivan et ces émissions en kurde, comme celles de Radio Bagdad, avaient un retentissement immense chez les Kurdes de Turquie et de Syrie, privés eux, de tout média en leur langue. Et ce fut cet Arménien d'origine qui permit aux Kurdes d'entendre cette chose inouïe, impensable en Turquie : une voix kurde sur les ondes. Comme le raconte l'écrivain kurde Munzur Cem ,

" Un jour, quelqu'un se mit à crier : "Venez, venez vite !" Alors nous sommes allés voir ce qui se passait. Quand nous sommes arrivés, l'homme venait d'allumer une radio qu'il écoutait très attentivement. C'était la première radio du village. Beaucoup de monde était là, rassemblé, quand nous entendîmes - chose incroyable - parler kurde à la radio ! Les gens se regardèrent un moment les uns les autres, puis se mirent à discuter dans tous les sens : "Il y a une radio kurde ! Ils parlent kurde !" C'était Radio-Erevan.
Les gens commencèrent à écouter Radio-Erevan. A cause de la propagande du gouvernement turc, beaucoup pensait qu'il était impossible d'écrire et de lire en kurde ou de l'entendre parler à la radio."
Karapetê Xaco racontait ainsi ses rapports avec sa "kurdité" qu'il assumait sans complexe : “J'ai commencé à chanter quand j'avais 8 ans au Kurdistan et je chantais tous mes kilams en kurde. Vous ne pouvez trouver un seul kilam dans une autre langue, même pas en arménien. Je suis Kurde et je chante tous mes kilams en kurde. Je n'ai jamais chanté pour de l'argent, dans la tradition des dengbêj c'est une honte de chanter pour de l'argent. Je peux chanter un mois entier, jour et nuit, sans pause ”.
Quand il était à Qamishlo, Karapetê Xaco s'était lié avec d'autres "grands exilés" en Syrie, le poète Cegerxwîn et d'autres dengbêj célèbres, Mihemed Arifê Cizirî et Seyîdê Cizirî. Xaço instruisit aussi des générations de dengbêj en Arménie et les Yézidis kurdes profitèrent de son enseignement.
Ce dengbêj kurde qui vécut jusqu'à 103 ans est mort en janvier 2005. A ses funérailles se pressèrent des milliers de personnes. Sur sa tombe, son fils Seyrosh Karapet déclara : “bien que mon père était d'origine arménienne, il se sentait plus proche des Kurdes, et pour cette raison a servi la musique kurde en tant que dengbêj. Il a constamment ressenti profondément le chagrin et la souffrance du peuple kurde qui a au moins autant souffert que le peuple arménien, et voulait exprimer cette douleur dans ces kilams kurdes ”.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs

Le Kurdistan est une mixture unique de différents groupes ethniques et cultures : Kurdes musulmans, Kurdes yézidis, Turkmènes musulmans, Arméniens, Assyro-Chaldéens chrétiens de langue araméenne, et Juifs de langue araméenne. La cuisine traditionnelle chrétienne n'est pas substantiellement différente de celle des Kurdes. Ainsi, les animaux sont égorgés selon le rite islamique. Les chrétiens, cependant, mange de la viande de porc, soit importée soit venant de sangliers chassés dans les montagnes. De plus, les chrétiens réclament comme les sucreries traditionnelles kulîçe, servis à Noël et dans des occasions importantes, mais communes dans toute la région.
Muhammad n'a pas posé d'objection à ce que musulmans, juifs et chrétiens mangent ensemble. Il en résulte qu'un musulman pratiquant peut acheter sa nourriture dans une boutique tenue par un juif ou un chrétien. Si un nom divin autre que celui d'Allah a été prononcé pendant que l'animal a été abattu, les musulma…