Accéder au contenu principal

Colloque

Les 30 et 31 mars 2007 - l'Association Primo Levi organise un colloque


Témoigner des effets de la violence politique

Maison internationale de la Cité universitaire de Paris, 17 bd Jourdan
Information et Inscription ici.
colloque@primolevi.asso.fr


Programme

vendredi 30 mars 2007

9h00 à 9h20 Accueil, inscription

9h20 à 9h30 Introduction à la journée

9h30 à 11h00 : Hommage à Primo Levi

* Liberté de la fiction
par Soazig AARON, écrivain
* De l'imprescriptible
par Pierre MERTENS, écrivain, juriste international (BELGIQUE)

Table présidée par Hubert PREVOT, discutant : Diana KOLNIKOFF

11h15 à 12h45 : Les enfants et la violence politique

* L'irréductible d'une transmission
par Armando COTE, psychologue clinicien au Centre Primo Levi
* Repenser la transmission : l'énigme de la survivance
par Yolanda GAMPEL, psychanalyste (ISRAEL)

Table présidée par Jean-Etienne De LINARES, discutant : Martine MENES

14h00 à 15h45 : Clinique et politique

* Silences sur les violences politiques: L'impossible transmission
par Alice CHERKI, psychiatre, psychanaliste, écrivain

Table présidée par Catherine PINZUTI, discutant : Olivier DOUVILLE

15h45 à 17h30 : La parole et l'écrit, transmissible et intransmissible

* Atelier d'écriture : un détour pour renouer avec soi et les autres
par Bernadette GUILLEMOT, animatrice d'ateliers d'écriture
* Ecriture et trauma :de la nécessité de transmettre à l'impossible transmission
par Véronique BOURBOULON, psychologue clinicienne au Centre Primo Levi
* Comment interpréter la souffrance
par Kibar AYYILDIZ, interprète

Table présidée par Claude BIETRY, discutant : Beatrice PATSALIDES


samedi 31 mars 2007

9h00 à 9h20 Accueil, inscription

9h20 à 9h30 Introduction à la journée

9h30 à 11h00 : Le corps témoin

* L'abord physique d'une victime de torture comme premier témoignage ?
par Agnès AFNAIM, médecin au Centre Primo Levi
* Les témoignages dans l'action humanitaire : médecins témoins ou devenus témoins de témoins
par Carole DROMER, médecin à Médecins du Monde

Table présidée par Philippe LUXEREAU, discutant : Dominique PATAUT

11h15 à 12h45 : Témoigner : l'accompagnement social et juridique

* Assistante sociale : entre le secret de l'intime et la volonté de témoigner
par Nathalie PRETE, assistante sociale au Centre Primo Levi
* L'enfermement ou l'illégalité : l'expérience de la Cimade
par Ezra NAHMAD, président de la Cimade Ile-de-France

Table présidée par Aurélia MALHOU, discutant : Anne CASTAGNOS-SEN

14h00 à 15h45 : Transmettre et témoigner dans la clinique

* D'un possible effet du témoignage : une transmission
par Eric SANDLARZ, psychologue clinicien au Centre Primo Levi
* Honte et silence
par Silvia AMATI-SAS, psychiatre-psychanalyste (ITALIE)

Table présidée par Omar GUERRERO, discutant : Helena D'ELIA

16h00 à 17h45 : Littérature et témoignage

* Je ne lui ai pas dit que j'écrivais ce livre
par Nadine VASSEUR, journaliste, auteur
* La notion d'espace chez Primo Levi
par Luba JURGENSON, universitaire, auteur

Table présidée par Cécile HENRIQUES, discutant : Catherine COQUIO

17h45 à 18h00 : Conclusion

par Bernard NOMINE, psychiatre-psychanalyste

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs

Le Kurdistan est une mixture unique de différents groupes ethniques et cultures : Kurdes musulmans, Kurdes yézidis, Turkmènes musulmans, Arméniens, Assyro-Chaldéens chrétiens de langue araméenne, et Juifs de langue araméenne. La cuisine traditionnelle chrétienne n'est pas substantiellement différente de celle des Kurdes. Ainsi, les animaux sont égorgés selon le rite islamique. Les chrétiens, cependant, mange de la viande de porc, soit importée soit venant de sangliers chassés dans les montagnes. De plus, les chrétiens réclament comme les sucreries traditionnelles kulîçe, servis à Noël et dans des occasions importantes, mais communes dans toute la région.
Muhammad n'a pas posé d'objection à ce que musulmans, juifs et chrétiens mangent ensemble. Il en résulte qu'un musulman pratiquant peut acheter sa nourriture dans une boutique tenue par un juif ou un chrétien. Si un nom divin autre que celui d'Allah a été prononcé pendant que l'animal a été abattu, les musulma…