Les Kurdes et la Grande Peste


En ces temps d'épidémie, un petit flash back pour se remettre dans l'ambiance... Les horreurs de la Peste noire qui tua sans doute un tiers de la population au Moyen-Orient et un tiers de l'Europe. Apparue en 1347 en Égypte, la France la vit passer entre 1351-1355, l'Angleterre dans les années 1360. On voit que la maladie a eu le temps de tourner.


D'Asie centrale, de l'Iran, du Kurdistan, il semble que ce soit les campements mongols et les soldats qui n'aient pas qu'un peu aidé à sa propagation. L'Empire mongol était une des premières tentatives de mondialisation des échanges et du pouvoir. On en a vu vite les effets nocifs...

« C’est alors qu’éclata une épidémie de peste comme on n’en avait encore jamais vu depuis l’Islam. Elle s’introduisit en Égypte à la fin de la saison où les prairies verdissent, donc pendant l’automne au cours de l’année 748 (1347). Elle s’infiltra dans l’ensemble du pays dès le début de Muharram 749 (avril 1348) et atteignit son maximum en Égypte durant les mois de Sha’bân, Ramadân et Shawwâl (de novembre 48 à janvier 49).
La mortalité journalière au Caire et au Vieux-Caire fut de dix, quinze et même vingt mille personnes. Les civières et les banquettes destinées au lavage des corps furent fabriquées gratuitement. D’ailleurs on transportait les morts, la plupart du temps, sur de simples planches, sur des échelles, sur des battants de porte : on creusait des fosses dans lesquelles on jetait trente, quarante cadavres, ou même davantage. L’individu atteint de la peste crachait le sang, poussait des hurlements et mourait. La famine se faisait également sentir dans tout l’univers.


Cette épidémie était sans précédent, en ce sens qu’elle n’affecta pas spécialement une région à l’exclusion d’une autre, mais qu’elle s’étendit à toutes les parties de la terre, à l’Orient comme à l’Occident, au Nord comme au Sud ; en outre elle engloba non seulement toute l’espèce humaine, mais aussi les poissons dans la mer, les oiseaux du ciel et les bêtes sauvages.
Elle prit naissance au pays du grand Khan, dans le premier climat, à six mois de marche de Tebriz, contrée habitée par les Hitai et les Mongols, qui adorent le Feu, le Soleil et la Lune, et qui sont subdivisés en plus de trois cent tribus. Tous périrent sans raison apparente, dans leurs campements d’hiver ou d’été, dans les pâturages ou au cours de leurs randonnées à cheval ; leurs montures périrent aussi, et les cadavres des bêtes et des gens étaient abandonnés sur place. Cette catastrophe s’est produite en l’année 742 (1341) selon les informations en provenance du pays d’Uzbek.
Le vent transmit la puanteur de ces cadavres à travers le monde : lorsque ce souffle empoisonné s’appesantissait sur une cité, un campement, une région quelconque, il frappait de mort à l’instant même hommes et bêtes. Les soldats de l’armée du grand Khan périrent en nombre considérable, que Dieu seul connut. Le grand Khan lui même et ses six enfants moururent également, et personne ne subsista pour assurer le gouvernement.

La contagion gagna toutes les régions de l’Orient, le royaume d’Uzbek, les parages d’Istanbul et de Césarée de Cappadoce, pénétra à Antioche, où toute la population disparut….

C’est ainsi que la population des montagnes de Qaramân et de Césarée fut presqu’entièrement anéantie, en même temps que les bêtes de charge et le bétail. De peur d’être victimes de cette calamité, les Kurdes se lancèrent dans l’émigration, puis, rencontrant partout des cadavres, ils revinrent à leur point de départ et succombèrent tous….

Des pluies torrentielles, comme on n’en avait jamais signalées, étaient tombées à une époque inaccoutumée dans le pays des Hitai. Les bêtes de trait et le bétail souffrirent et périrent sans exception, puis ce fut le tour des humains, des oiseaux et des bêtes sauvages, et la région des Hitai devint déserte. En trois mois, seize princes moururent. La Chine fut presque complètement dépeuplée. L’Inde subit aussi ce fléau, mais dans des proportions moindres que la Chine.
Ce fut ensuite le tour de Bagdad. L’homme se découvrait soudain un gros abcès au visage : à peine y portait-il la main qu’il mourait subitement….

A Damas la maladie se manifesta de la façon suivante : un petit bouton poussait derrière l’oreille, qui suppurait rapidement, puis c’était un bubon sous l’aisselle, et la mort survenait très vite. On nota aussi la présence d’une tumeur qui causa une sérieuse mortalité. Quelque temps plus tard, ce furent des crachements de sang, et la population était terrifiée de la multitude des décès : le maximum de survie après les crachements de sang était de cinquante heures. La mortalité journalière à Alep fut de cinq cent personnes. A Gaza, du 2 Muharram au 4 Safar (un mois) selon le rapport du gouverneur de la province, plus de vingt deux mille personnes décédèrent et les marchés furent fermés.
Cette mortalité gagna les terrains de culture de la banlieue de Gaza. C’était la fin des labours : on trouvait certains hommes morts tenant en main leur charrue ; d’autres étaient tombés le poing fermé sur des semences. Les bestiaux furent frappés : on narra l’incident d’un paysan qui avait emmené vingt bœufs pour travailler dans son champ : ils moururent l’un après l’autre ; l’homme les vit tomber et rentra à Gaza, d’où il partit pour le Caire.
A Qatyâ les cadavres étaient épars sous les palmiers et devant les boutiques : il ne resta plus que le préfet, deux de ses domestiques et une vieille servante. Ce préfet démissionna et le vizir le remplaça par Mubarak, majordome de Tukhjy.

Dans tout le Delta, les corps gisaient sur les chemins, car on ne trouvait personne pour les enterrer. A Mahalla, la mortalité fut si forte que le préfet ne recevait plus de plaignants, et le cadi requis pour une signature destinée à la validation d’un testament ne pouvait se procurer de témoins qu’au prix d’énormes difficultés, par suite de leur nombre infime. Les hôtelleries n’étaient plus gardées.
L’épidémie s’étendit à toute la campagne au point que presque tous les fellahs moururent. On ne pouvait trouver personne pour faire rentrer les cultures. Les riches se dégoutèrent de leur fortune et la distribuèrent aux pauvres…
Dans la Buhayra, les barques contenaient leurs équipages de pêcheurs morts, ayant en main des filets remplis de poissons morts : les poissons étaient couverts de boutons.

Au Caire et au Vieux Caire, la peste atteignit d’abord les femmes et les enfants, puis les vendeurs, et le nombre de décès devient très grand. Le Sultan partit pour Syriaqûs et y demeura du 1er au 20 Rajab. Au début la mortalité journalière fut de trois cent personnes pour dépasser, à la fin de Rajab, le chiffre de trois mille….
La peste augmenta par la suite au point qu’il fut impossible de dénombrer les morts. A la fin de Ramadan, le sultan revint de Siryâqûs. En Shawwâl, apparurent de nouveaux symptômes qui consistaient en crachements de sang. Le malade ressentait une fièvre intérieure, suivie d’une envie incoercible de vomir, puis il crachait le sang et mourait. Personne n’avait le temps de consulter les médecins ni de prendre des potions ou des médicaments, tant la mort survenait brusquement. Au milieu de Shawwâl, les cadavres s’amoncelaient dans les rues et les marchés ; on finit par désigner des équipes pour procéder aux inhumations et de pieuses personnes se tenaient en permanence dans les divers lieux de prière du Caire et du Vieux Caire pour réciter les oraisons funèbres. Cette épidémie dépassa les bornes de l’entendement et il fut impossible de dresser une statistique. Presque toute la garde royale disparut et les casernes de la Citadelle furent vidées de leurs effectifs.
 Au début de Dû l-qa’da (21 janvier) le Caire était devenu un désert abandonné, et l’on ne voyait aucun passant dans les rues : un homme pouvait aller de Bab Zuwayla à Bab al Nasr sans rencontrer âme qui vive. Les morts étaient trop nombreux et tout le monde ne pensait qu’à eux. Les décombres s’entassaient dans les rues. Les gens circulaient avec des visages inquiets. De partout on entendait des lamentations
…


On effectua le dénombrement des personnes pour lesquelles on avait récité les prières des funérailles dans les oratoires des faubourgs hors de Bab al Nasr, de Bab Zuwayla, de la Porte brûlée, de l’esplanade de la Citadelle, à l’oratoire du Tueur de Lions en face de la mosquée de Qaswûn : en deux jours, on compta treize mille huit cents décès, sans y adjoindre ceux qui périrent dans les marchés, dans les propriétés non bâties, à l’extérieur de la porte du Fleuve, ceux qui furent abandonnés dans les boutiques, ou dans les quartiers de Hussayniyya et de la mosquée d’Ibn Tulûn…
Suivant une autre estimation, il y eut vingt mille décès en une seule journée. La statistique des funérailles au Caire, durant les mois de Sha’bân et de Ramadan (novembre et décembre), donna le chiffre de neuf cent mille ! »

Ibn Tagrîbirdî, La Grande Peste (historien mamelouk né en 812/1409, s’appuie sur des témoignages, et poursuit l’histoire d’Egypte).
Traduction de G. Wiet in Etudes d’Orientalisme dédiées à la mémoire de Levi-Provençal, Maisonneuve et Larose, Paris, 1962.

Il n'est pas précisé d'où ces Kurdes émigrèrent pour fuir la peste et d'où ils s'en retournèrent, pour finalement mourir. Comme l'historien vient tout juste de mentionner l'Anatolie centrale, Kahraman, Kayserî, il est possible que ce soit le Diyar Bakr, ou même plus à l'ouest, puisqu'ils s'étaient avancés sous la poussée mongole.

Rappelons aussi, pour les amateurs de frissons médiévaux, que madame Xenopsylla Cheopis, est une des puces agentes de la Peste noire qui existe toujours dans un de ses "réservoirs naturels" du Kurdistan... On comprend dès lors que des populations de nomades avec leurs troupeaux, soient de très bons passeurs de l'épidémie, tout en en étant bien sûr les victimes privilégiées.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs