Araf



Sort demain en salle, Araf ou Quelque part entre deux, de Yesim Ostaoğlu :


Zehra et Olgun travaillent tous deux dans la cafétéria d'une station service sur l'autoroute reliant Istanbul à Ankara. Ils cherchent tous deux à rompre la monotonie de leur quotidien en rêvant à quelque chose qui leur permette de s'en échapper. Pour Zehra, c'est le « prince charmant » qui l'emportera au loin. Pour Olgun, c'est le jeu télévisé, auquel il veut s'inscrire, qui lui apportera gloire et fortune. La vie se chargera vite de les ramener à la réalité.
« ARAF signifie purgatoire ou limbes en turc. Un état d’attente entre le ciel et l’enfer. J’ai traduit ‘araf’ en ‘quelque part entre-deux’. Lorsque j’écrivais le scénario, la perception de la vie dans et autour de la station-service m’évoquait les limbes, un état d’attente qui n’est ni l’enfer, ni le paradis ; un état incertain, sans espoir, comme au purgatoire » Yesim Ostaoğlu

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs