Kurdes de Syrie : disparitions, grèves de la faim, jugements iniques


Selon le Comité syrien des droits de l'homme, des prisonniers politiques kurdes en Syrie auraient entamé une grève de la faim pour protester contre leurs conditions de détention. Des dizaines de Kurdes, dont beaucoup de jeunes, croupiraient en isolation complète dans des cellules individuelles, et sans aucun accès à des soins médicaux. Ils sont accusés ou condamnés pour appartenance à des partis politiques interdits, l'Union démocratique, le PKK et le parti Yekitî, ainsi que Sittar, une organisation féminine. Ils sont soumis à diverses tortures physiques et psychologiques, et ne peuvent entrer en contact entre eux, ou bien recevoir les visites de leurs familles.

Depuis le 30 octobre certains observent une grève de la faim, pour protester contre les conditions de leur emprisonnement ainsi que contre les jugements qui auraient été prononcés contre eux, à l'issue de parodie de procès. Ils demandent donc à être jugés équitablement, à ce qu'il soit mis fin à leur isolation, à pouvoir sortir de leur cellule, et à bénéficier d'un accès aux media, radio, télévision, dont jouissent en Syrie les droits communs.

Par ailleurs le même comité signale la disparition de Nashat Mustafa Hanan, un Kurde d'Alep, âgé de 45 ans, qui travaillait dans l'industrie de la Défense. Il était sujet à des pressions et un harcèlement depuis le Newroz 2008, ayant participé à l'organisation d'un festival. Sa famille ne l'a pas revu depuis le 27 octobre dernier, et sait seulement qu'il a été transferré à Damas, au département de la Sécurité politique.

Enfin, dimanche dernier, 8 novembre, la Cour suprême de Sûrté de Damas a condamné 4 Kurdes à 6 ans de prison chacun, en vertu de l'article 267 du code pénal syrien. Ils ont été convaincu d'appartenance au Parti de l'Union démocratique.

Il s'agit de :

Nasser Ahmed Mohammed, né en 1987, étudiant en seconde année à l'Institut médical de radiologie au moment de son arrestation, survenue le 6 août 2008.

Raed Fawaz Ali, né à Derbassieh, arrêté le 19 juillet 2008.

Saoud Sheikhmous Ibrahim, arrêté le 25 janvier 2009.

Abdul Rahman Mustafa Mohammed, né en 1974 à Afrin, arrêté le 26 novembre 2008.

Le Comité syrien des droits de l'homme proteste contre des procès menés au mépris du droit de la défense, avec des aveux extorqués sous la torture, au moyen d'une juridiction d'État d'urgence existant depuis 1963.

Email: info@supportkurds.org

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs