Accéder au contenu principal

Les pratiques de sauvetage durant le génocide des Arméniens


"Selim agha, chef kurde d'un petit village de la province de Sassoun, acheta un officier turc pour pouvoir sauver plusieurs familles arméniennes du massacre. Selim agha prétendit que ces arméniens travaillaient pour lui. Quelques jours plus tard, il fut décapité pour assistance aux arméniens et sa tête fut envoyée dans la ville de Mouch en guise d'avertissement à l'adresse d'autres kurdes qui auraient pu envisager de donner asile à des familles et à des enfants arméniens.

Si l'on veut établir dans quelle mesure la population musulmane locale était prête à risquer sa sécurité et sa vie pour sauver ses voisins arméniens, il faut se rappeler que les arméniens et les grecs, minorités chrétiennes de l'Empire ottoman, faisaient l'objet de discriminations. Les responsables jeunes-turcs exploitèrent efficacement cette fracture religieuse pour poursuivre ses objectifs géopolitiques laïques et mener à bien son plan génocidaire minutieusement préparé. Ils étaient eux-mêmes athées et défendaient des idées "progressistes", ce qui ne les empêcha pas de faire appel aux différences religieuses pour justifier leurs agissements criminels contre les arméniens et dresser la population musulmane contre les victimes chrétiennes. Plusieurs centaines de récits et de témoignages de survivants montrent comment les arméniens, comparés à du bétail, étaient déshumanisés. La population et les tribus musulmanes locales les traitaient communément de gyavours (infidèles, non croyants).

Il n'est pas étonnant alors que peu de turcs et de kurdes locaux aient été prêts à sacrifier leur vie pour sauver celle d'un infidèle. Il n'en est pas moins nécessaire de recueillir, d'étayer à l'aide d'autres documents et de continuer à étudier les récits de sauveteurs musulmans altruistes qui ont agi avec courage et désintéressement. Ces Justes ont su garder leur indépendance d'esprit et agir conformément à leur valeurs personnelles malgré la propagande officielle et la justification collective des mauvais traitements et des massacres des arméniens."

"Les interviewés de la province de Sassoun, en Arménie historique, font fréquemment allusion à des kurdes qui cherchèrent à sauver des familles et des enfants arméniens. Selon Taron Khachatryan, une femme kurde promit à ses voisins arméniens de sauver leur fils de 7 ans de la déportation. Après le départ des arméniens de la ville, des kurdes et des turcs locaux se mirent à la recherche d'arméniens qui auraient pu rester cachés. Ils arrivèrent chez la kurde et réclamèrent le garçon : "Donne-nous ce garçon ; nos baïonnettes sont ensanglantées et chaudes." La femme répondit qu'elle aurait tué ce gyavour de ses propres mains si elle l'avait trouvé.En fait, elle l'abrita chez elle pendant près d'un an. Les récits de sauvetage kurde de ce genre sont courants dans les régions comme Sassoun, où les kurdes étaient plus nombreux que les turcs. Cette histoire offre également un exemple typique des récits de sauvetage, mettant en scène des femmes kurdes et turques qui, mues par leur instinct maternel, tentèrent de sauver des enfants arméniens."

Hasmik Tevosyan, "Les pratiques de sauvetage durant le génocide des arméniens" ; in La Résistance aux génocides. De la pluralité des actes de sauvetage ; dir. Jacques Sémelin, Claire Andrieu, Sarah Gensburger.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs

Le Kurdistan est une mixture unique de différents groupes ethniques et cultures : Kurdes musulmans, Kurdes yézidis, Turkmènes musulmans, Arméniens, Assyro-Chaldéens chrétiens de langue araméenne, et Juifs de langue araméenne. La cuisine traditionnelle chrétienne n'est pas substantiellement différente de celle des Kurdes. Ainsi, les animaux sont égorgés selon le rite islamique. Les chrétiens, cependant, mange de la viande de porc, soit importée soit venant de sangliers chassés dans les montagnes. De plus, les chrétiens réclament comme les sucreries traditionnelles kulîçe, servis à Noël et dans des occasions importantes, mais communes dans toute la région.
Muhammad n'a pas posé d'objection à ce que musulmans, juifs et chrétiens mangent ensemble. Il en résulte qu'un musulman pratiquant peut acheter sa nourriture dans une boutique tenue par un juif ou un chrétien. Si un nom divin autre que celui d'Allah a été prononcé pendant que l'animal a été abattu, les musulma…