Accéder au contenu principal

Les chrétiens du Kurdistan

Ankawa, église St Joseph

En ligne, le reportage du Jour du Seigneur sur Mgr Rabban. Bon reportage, surtout avec Rabban qui crève l'écran, mais quelques remarques sur l'exagération parfois sinistre du commentaire :

- non, il n'y a pas que "quelques heures d'électricité" par jour à Erbil. Plutôt l'inverse, quelques heures de coupure. La plupart ont des générateurs pour palier. Le problème vient d'une trio grande demande en consommation (les Kurdes ont aussi la manie de ne RIEN écnomiser de l'électricité et de l'eau, vu que les deux sont gratuites). Rendre le Kurdistan indépendant en ressources énergétiques est un grand projet... Pour le moment, il dépend de la Turquie et de l'Iran, en attendant la construction de barrages.

- Sur la modicité des revenus : c'est vrai que les revenus des fonctionnaires sont bas, sachant que 60% du budget du GRK passe à les payer. Paradoxalement, il y a pénurie de main d'oeuvre dans le bâtiment, la restauration, enfin tous les emplois comblés par les Kurdes de Turquie, les Chrétiens, les Yézidis...

- NON le Kurdistan ne "s'islamise pas de plus en plus". Et aux élections les partis islamistes font moins de 5% depuis 1992, la corruption, réelle, et dont tout le monde se plaint ne dope pas particulièrement leurs voix... Et ce n'est pas en montrant des femmes d'Erbil sous un tchador noir que ça rend le propos plus crédible quand on connaît le pays. Des abaya de ce genre en ville, il y en a toujours eu. Dans les villages, beaucoup moins, sauf pour les veuves.

- Non, Ankawa n'est pas "enclavée". La protection des peshmergas et des asayish y est plus forte qu'ailleurs, c'est sûr, car les chrétiens sont des cibles pour les terroristes venus d'Irak et, de plus, ce que le reportage ne dit pas, c'est qu'Ankawa est la banlieue chic d'Erbil, où résident la plupart des ministres et hauts fonctionnaires. A part ça, on y va et on en sort tout à fait normalement, et c'est très fréquenté pour ses restaurants et ses boutiques d'alcool même s'ils ne sont pas toujours des as du tire-bouchon. Sinon, l'endroit est sinistre, mais pas à cause des peshmergas, juste à cause des chrétiens du sud qui font la tronche...

- Le fait qu'à l''époque de Saddam le nombre des chrétiens était d'un million contre 500.000 aujourd'hui ne doit pas faire oublier le fait que si les chrétiens du sud, qui avaient accepté de se dire "arabes" et servaient de vitrine pour le régime baathiste, vivaient sans être plus persécutés que les autres, les chrétiens du Kurdistan n'ont pas bénéficié de cette protection et ont subi l'Anfal comme les autres, avec tous les villages et les plus vieilles églises de Mésopotamie détruites. A l'époque, pour ne pas "froisser" Bagdad et compromettre la sécurité des Assyro-Chaldéens du sud, les "gens du Nord" ont été sacrifiés, même par le Vatican... Cela explique aussi la solidarité des prêtres du Kurdistan avec la résistance des Kurdes, évoquée au cours de l'entretien. Rabban n'est pas le seul dans ce cas. Les Chrétiens kurdistanî ont eu fort à faire aussi pour lutter contre l'arabisation imposée.

- Non les montagnards ne "peinent" pas à vivre dans des montagnes arides. Le Kurdistan, avant l'Anfal, fournissait en blé tout l'Irak, et est encore une région agricole très riche, en plus de dégouliner de pétrole. Le seul problème vient de la reconstruction des villages et aussi du fait que la deuxième génération de l'Anfal, ayant grandi dans des camps de réfugiés ou des villes n'est pas forcément encline à revenir vivre en paysans. Les Chrétiens kurdistanî qui avaient fui le Kurdistan pour les villes du sud, revenant ici, ont aussi du mal à s'acclimater.

Sinon, toujours à propos du même, remarque amusante, de sa part, quand il se plaint du prosélytisme des Evangélistes chrétiens... Bon, même si c'est pas toujours un courant religieux très net, il faut bien admettre que l'entendre appeler à l'aide contre des conversions a une certaine saveur... Hé oui, la liberté religieuse, même dans un pays musulman, a ses petits inconvénients....

Commentaires

  1. un article sur les assyriens en russie, qui mentionne en passant le kurdistan: http://russie.blog.lemonde.fr/

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs

Le Kurdistan est une mixture unique de différents groupes ethniques et cultures : Kurdes musulmans, Kurdes yézidis, Turkmènes musulmans, Arméniens, Assyro-Chaldéens chrétiens de langue araméenne, et Juifs de langue araméenne. La cuisine traditionnelle chrétienne n'est pas substantiellement différente de celle des Kurdes. Ainsi, les animaux sont égorgés selon le rite islamique. Les chrétiens, cependant, mange de la viande de porc, soit importée soit venant de sangliers chassés dans les montagnes. De plus, les chrétiens réclament comme les sucreries traditionnelles kulîçe, servis à Noël et dans des occasions importantes, mais communes dans toute la région.
Muhammad n'a pas posé d'objection à ce que musulmans, juifs et chrétiens mangent ensemble. Il en résulte qu'un musulman pratiquant peut acheter sa nourriture dans une boutique tenue par un juif ou un chrétien. Si un nom divin autre que celui d'Allah a été prononcé pendant que l'animal a été abattu, les musulma…