Accéder au contenu principal

Concert




Enfant de l'exil, parisien d'adoption, Issa Hassan l'un des maîtres du Bouzouk, nous offre un 5ème album « La cinquième saison » (Arion ? 2005) à son image : à la fois enraciné dans sa culture kurde et imprégné des parfums de ses voyages et rencontres. Dépassant sans encombre les frontières de la musique orientale traditionnelle, Issa signe ici un répertoire captivant entre atmosphère mélancolie et élans festifs !


Extrait 1 - Extrait 2 - Vidéo (si vous avez un problème pour lire les extraits cliquez ici)

Le parcours d'Issa commence il y a bien longtemps, dans un petit village du Kurdistan de Turquie, quand ses grands parents prirent le chemin de l'exil, vers un pays qui devait à l'époque représenter une certaine sécurité : le Liban. Une trentaine d'années plus tard, y est né celui qui est en train de devenir un des maîtres du bouzouk et un des musiciens orientaux dont les rencontres avec d'autres horizons musicaux permettent d'envisager avec enthousiasme ce que nous offrira le siècle présent.

Son jeu présente en même temps la virtuosité et l'originalité qu'on attend d'un grand musicien et l'ouverture d'esprit et l'humour musical que permet son aisance dans le système modal de la musique orientale.

Mais, qu'il joue avec des jazzmen (« Tooting Broadway » Arion ? 2000) ou des flamenquistes (« Ballade kurde à Seville » Arion ? 2000), il ne se départit jamais de ce qui constitue l'âme même de sa musique: la fibre kurde. Avec son bouzouk il a parcouru le monde et chanté dans des lieux aussi variés que l'Institut du Monde Arabe, le Cabaret Sauvage, les festivals de Ris Orangis ou la Médina de Tunis, de Jérusalem ou encore le Kensington Town Hall de Londres. Autant passionné par la mémoire que par les expressions artistiques contemporaines kurdes, Issa est aussi aujourd'hui consultant culturel à l?Institut kurde de Paris...

10 ans après son premier opus « Gulînar » qui l'a révélé en 1995, ce nouvel album que le désormais maître Issa Hassan nous présentera en quartet, est un petit bijou de musique(s) orientale(s), salué par la critique. Le rendez-vous est pris pour ce voyage sonore au fin fond d?un Kurdistan cosmopolite...



La formation



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs

Le Kurdistan est une mixture unique de différents groupes ethniques et cultures : Kurdes musulmans, Kurdes yézidis, Turkmènes musulmans, Arméniens, Assyro-Chaldéens chrétiens de langue araméenne, et Juifs de langue araméenne. La cuisine traditionnelle chrétienne n'est pas substantiellement différente de celle des Kurdes. Ainsi, les animaux sont égorgés selon le rite islamique. Les chrétiens, cependant, mange de la viande de porc, soit importée soit venant de sangliers chassés dans les montagnes. De plus, les chrétiens réclament comme les sucreries traditionnelles kulîçe, servis à Noël et dans des occasions importantes, mais communes dans toute la région.
Muhammad n'a pas posé d'objection à ce que musulmans, juifs et chrétiens mangent ensemble. Il en résulte qu'un musulman pratiquant peut acheter sa nourriture dans une boutique tenue par un juif ou un chrétien. Si un nom divin autre que celui d'Allah a été prononcé pendant que l'animal a été abattu, les musulma…