Accéder au contenu principal

La situation en Syrie III : La Syrie est-elle devenue un théâtre d'affrontement confessionnel sunnites-chiites et d'une guerre par procuration ?

À lire sur Les Clefs du Moyen Orient par David Rigoulet-Roze :


Les deux principaux soutiens de Damas sont, au niveau international, la Russie, membre permanent du Conseil de sécurité, qui a par deux fois opposé son veto à une résolution condamnant le régime syrien et, au niveau régional, la République islamique d’Iran. L’affaire syrienne constituerait presque un cas d’école pour la méthode d’analyse géopolitique. En effet, deux spécificités qui fondent l’identité disciplinaire de la géopolitique peuvent être utilement mobilisées ici : il s’agit de l’analyse interscalaire, tant en matière d’espaces que de temporalités dans lesquels s’inscrivent les « représentations » à l’œuvre dans tout conflit de nature géopolitique. Cela passe notamment par l’utilisation de la méthode dite « diatopique » telle qu’élaborée par Yves Lacoste, laquelle apparaît particulièrement fertile dans toute étude géopolitique. Comme le souligne ce dernier : « Par diatope [de topos en grec ancien, signifiant « lieu », « espace »], j’entends une combinatoire de très diverses observations que l’on peut faire à différents niveaux d’analyse spatiale dans le but de mieux comprendre un problème ou de mener une action. Un diatope, c’est en quelque sorte la superposition des observations géographiques très différentes que fait, par exemple, un pilote d’avion qui vole d’abord à haute altitude avant de descendre très bas sur l’objectif précis qu’il a repéré à des altitudes intermédiaires. Selon qu’ils sont observés à haute altitude (ou même de satellite) ou à très basse altitude, ces espaces sont de tailles très inégales et on peut les représenter par des cartes d’échelles différentes. Ces cartes vues en perspective cavalière peuvent être superposées les unes aux autres : le local en bas, le planétaire en haut. C’est un diatope. Ceci fait, il faut surtout comprendre les rapports entre ces différents niveaux d’analyse, les articuler les uns aux autres. Cette méthode correspond en fait à l’essentiel du raisonnement stratégique. Il permet de mieux comprendre comment peuvent évoluer des situations stratégiques déjà très compliquées sur le terrain, sous l’effet de rapports de force plus ou moins lointains [1] …

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs

Le Kurdistan est une mixture unique de différents groupes ethniques et cultures : Kurdes musulmans, Kurdes yézidis, Turkmènes musulmans, Arméniens, Assyro-Chaldéens chrétiens de langue araméenne, et Juifs de langue araméenne. La cuisine traditionnelle chrétienne n'est pas substantiellement différente de celle des Kurdes. Ainsi, les animaux sont égorgés selon le rite islamique. Les chrétiens, cependant, mange de la viande de porc, soit importée soit venant de sangliers chassés dans les montagnes. De plus, les chrétiens réclament comme les sucreries traditionnelles kulîçe, servis à Noël et dans des occasions importantes, mais communes dans toute la région.
Muhammad n'a pas posé d'objection à ce que musulmans, juifs et chrétiens mangent ensemble. Il en résulte qu'un musulman pratiquant peut acheter sa nourriture dans une boutique tenue par un juif ou un chrétien. Si un nom divin autre que celui d'Allah a été prononcé pendant que l'animal a été abattu, les musulma…