Kirkuk


Fournaise, ble et petrole, voila Kirkuk et sa plaine.



Pas vu un seul drapeau irakien en traversant Kirkuk, par contre le drapeau kurde est partout.




Le lendemain, départ, enfin retour pour Hewler, mais le système des taxis ici, dépendant du Garaj est pénible et frise l’arnaque. Le seul avantage est que nous avons le choix de passer par Kirkouk ou Koya. Naturellement on opte pour la première option. Mais rien de sensationnel, enfin si, dans le sens où le calme de Kirkouk est stupéfiant, bien loin des images que l’on en donne. Surtout, l’absence totale de contrôle, que ce soit des peshmergas ou des ASAISH, sur la route reliant Silêmanî à Kirkouk nous étonne. Seuls quelques policiers indifférents, nous laissant passer d’un geste. Il est impossible de s’apercevoir à quel moment on sort de la Région du Kurdistan, d’autant plus que même en traversant Kirkouk les drapeaux kurdes sont partout, et que seuls quelques tanks de l’armée irakienne, garés le long de la route, portent en petit le drapeau du centre peint dessus. Sinon, à part ceux du PDK, UPK, seul figure celui de la Région, peint partout. Référendum mis à part, le rattachement semble déjà avancer dans les faits. Et la question de la sécurité ne semble guère inquiéter les autorités.




Kirkouk est une fournaise (45°) avec de basses collines jaunes et pelées, des tells, du pétrole, et aussi des champs de blé déjà moissonnés pour la plupart. Il faut vraiment être de cette ville pour tenir à y revenir. Cela dit, les Kurdes ont parfaitement raison de ne pas céder. Ce n’est même pas tant pour le pétrole, les gisements de Kirkouk, exploités depuis les années 20 commencent à s’épuiser et ceux de Zakho seraient bien plus riches et avec un meilleur pétrole. Mais ça va bien, quoi : Kirkouk, Khanaqin, Sindjar, on ne transige pas. Et tant pis si ça heurte la sensibilité hystérique de la Turquie, à qui personne ici ne demande rien, sauf une poignée de Turkmènes soutenus par Ankara et dopés par les Loups gris, ex-Baathistes ayant tout perdu depuis la chute du régime. Quant on voit le vote turkmènes de 2005, soit pour l’Alliance kurde soit pour les chiites, on se demande comment Ankara, qui n’a jamais rien fait durant l’Anfal pour protéger ses « frères » touraniens, et dont le parti chouchou du Front turkmène s’est pris une claque aux élections, peut avoir le toupet de se poser en aîné protecteur, tout en geignant sur « l’arrogance de Barzani ».

A Hewlêr, temps un peu moins chaud qu’à Kirkouk (juste 39°) mais lourd et orageux. Ce matin un beau ciel bleu pour les derniers jours.


PHOTOS SANDRINE ALEXIE NON LIBRES DE DROIT

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs