Accéder au contenu principal

Querelle linguistique : c'est fini

Finalement, hurler et tempêter sur Internet a du bon. Le ministre de l'éducation de la région du Kurdistan d'Irak, celui-là même qui avait envisagé d'interdire l'usage du kurmandjî dans les écoles a complètement tourné casaque en annonçant que l'année prochaine, l'enseignement dans les régions de Hewlêr (Erbil) et Suleymanieh se ferait en soranî, comme d'habitude, mais que pour Duhok il serait assuré en kurmandjî. Comme l'a annoncé Aras Nejmedddin, le porte-parole du ministère, au journal Çawdêrê :"Après des entretiens approfondis avec des représentants de l'Education, sur l'apprentissage des langues et des dialectes, il a été décidé que l'enseignement primaire sera assuré en kurmandjî du nord (litt. du haut) et pour les régions de Hewlêr et Sulaymanieh en kurmandjî central (le soranî, donc).

Comme on le voit, le mot d'ordre maintenant, est l'unité et on revient à l'appellation historiquement plus juste, peut-être, de "kurmandjî du nord" pour le kurmandjî et kumandjî central" pour le soranî. J'ignore par contre ce qu'ils entendent par le kurmandjî du sud. Le goranî ? Si quelqu'un a des idées là-dessus...

Nedjmedîn poursuit : "Dans ces réunions, il nous est apparu clairement qu'il était bénéfique aux élèves d'étudier dans leur langue maternelle, car à cet âge, le faire dans un dialecte étranger est difficile."

Le représentant du ministre a aussi indiqué que dans les régions comprises dans Duhok mais qui sont soranophones, comme Goran et Berdereşê, il sera possible, au choix, d'avoir un enseignement primaire dans un ou l'autre de ces dialectes, "et il sera de même pour les régions kurmandjophones de Hewlêr." Ce programme sera mis en place dès l'année 2008-2009. (source avesta)

Décidément, certains pays frontaliers (suivez mon regard) ont beaucoup à apprendre de ces "chefs tribaux arriérés" pour garantir la paix politique, civile et culturelle... En tout cas, c'est une première pour le kurmandjî, d'être enfin enseigné officiellement, dans les écoles primaires et non plus sous le manteau ou de façon informelle. Ce qui veut dire, à long terme, la sauvegarde de cette langue.

Par ailleurs le ministre de l'Education, Dilshad Abdulrahman Mohammed, a fait, la semaine dernière une grande tournée en Europe, où il a rencontré des "experts" sur la question de l'enseignement, en Autriche, en Allemagne, et aussi auprès de l'ONU, pour préparer la réforme des programmes scolaires (qui va bien au-delà de cette question des langues). Le Dr Abdulrahman a résumé ainsi ses impressions : "Nous avons beaucoup en commun avec les pays européens que nous avons visités, c'est une première chose. Cela inclut le défi lancé par les nouvelles technologies et leur implantation réussie dans les écoles, mais aussi un équilibre approprié entre un enseignement académique et professionnel, afin de créer une main d'oeuvre habile. Beaucoup d'experts ont aussi souligné le contraste offert par les défis et les opportunités au Kurdistan, qui a une si forte population étudiante, en comparaison avec le défi en Europe de faire face à une population de plus en plus vieillissante."

A Genève, au bureau international de l'éducation de l'UNESCO, le ministre kurde a participé, avec des représentants du ministre irakien de l'Education et le directeur du bureau irakien de l'UNESCO, Mohammed Djelid, à une rencontre ayant pour objet un nouveau programme éducatif pour tout l'Irak et avec des aménagements spécifiques pour la Région du Kurdistan. (source KRG)


'Stupidity, however, is not necessarily a inherent trait.'
Albert Rosenfield.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs

Le Kurdistan est une mixture unique de différents groupes ethniques et cultures : Kurdes musulmans, Kurdes yézidis, Turkmènes musulmans, Arméniens, Assyro-Chaldéens chrétiens de langue araméenne, et Juifs de langue araméenne. La cuisine traditionnelle chrétienne n'est pas substantiellement différente de celle des Kurdes. Ainsi, les animaux sont égorgés selon le rite islamique. Les chrétiens, cependant, mange de la viande de porc, soit importée soit venant de sangliers chassés dans les montagnes. De plus, les chrétiens réclament comme les sucreries traditionnelles kulîçe, servis à Noël et dans des occasions importantes, mais communes dans toute la région.
Muhammad n'a pas posé d'objection à ce que musulmans, juifs et chrétiens mangent ensemble. Il en résulte qu'un musulman pratiquant peut acheter sa nourriture dans une boutique tenue par un juif ou un chrétien. Si un nom divin autre que celui d'Allah a été prononcé pendant que l'animal a été abattu, les musulma…