Accéder au contenu principal

Semaine des Cultures étrangères : programme kurde

Lundi 24 Septembre 2007 à 16h00 :





Projection du film Aller vers le soleil de Yeşim Ustaoğlu
Salle Prestige du Publicis Cinémas
129, av des Champs-Elysées 75 008 Paris
(Tarif unique à 6 € pour toute la durée du festival
Pass festival 5 places : 25 €
Pass festival 10 places : 40 €)


à l'Institut kurde de Paris

Du lundi 24 septembre 2007 au vendredi 6 octobre 2007
Exposition de Rusen Werdî & archives de l'Institut kurde:




Femmes kurdes : Ecrin du Kurdistan

Vernissage : Samedi 22 Septembre 2007 à 17h00
Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Mercredi 26 Septembre 2007
17h- 18h : Cours de civilisation kurde
18h -19h : Cours de kurde

Jeudi 27 Septembre 2007
17h- 18h : Cours de civilisation kurde
18h -19h : Cours de kurde

Vendredi 28 Septembre 2007 à 17h00
Projection du court-métrage Search de Yilmaz Özdil suivie d’une rencontre avec le réalisateur
Documentaire, 25 min, version kurde sous titrée en français

Synopsis : Sans repères et privés de droits, les réfugiés de la ville de Van élisent souvent domicile sur la toile des cafés internet de la ville. Le net semble être pour ces âmes en « quête » le lieu où les frontières sont abolies et où ces individus sont considérés sans distinction de toute appartenance. Le réalisateur bat toutefois en brèche l’illusion créée par la toile, incapable malgré tout d’enfanter un pays virtuel pour ses réfugiés en « search ».

Yilmaz Özdil, originaire de Hakkari, fort de son expérience auprès des réalisateurs kurdes confirmés entant qu’assistant réalisateur, réalise avec ce documentaire un travail personnel et intime autour des réfugiés de la ville de Van.

Samedi 29 septembre 2007 à 16h00
Projection du documentaire : Traces, le peuple du paon
de Binevşa Bêrîvan
suivie d’une rencontre avec la réalisatrice
Documentaire, 52 min, version kurde sous titrée en français


Synopsis: La cinéaste, née à Istanbul puis exilée en Belgique, débarque dans l’Arménie des Kurdes yézidis, longtemps considérés comme des «pestiférés» par les Kurdes musulmans dont elle est issue. Elle sonde l’exil obligé de cette population originaire du Kurdistan, un peuple d’agriculteurs et de pasteurs, nomade ou transhumant. Peuple de mémoire, il transmet l’histoire de sa conversion à l’Islam au VIIe siècle et des persécutions de la minorité qui garda sa religion ancestrale. «Ils ont réussi à nous diviser en mille morceaux». Face à l’assimilation systématique propre à notre siècle, amenant l’exode progressif, un autre village se vide. «Ceux qui ont été éloignés de leurs racines finissent toujours par y revenir». Bercés par les chants traditionnels accompagnés du doudouk, nous voulons y croire, mais l’impression de voir un peuple distinct s’éteindre est indéniable.

Née à Istanbul, Binevşa Berivan est arrivée en Belgique en 1997 en tant que réfugiée politique kurde. Après des études à l’Institut de radioélectricité et de cinématographie de Belgique (Inraci), elle réalise un court métrage intitulé La mélodie du petit château, présenté au Med en 2004, et Avance et tu seras libre.


Les Veillées kurdes II




Au Cabaret sauvage

Samedi 6 octobre 2007 à 20h30
Nizamettin Ariç et ses musiciens

Dimanche 7 octobre 2007 à 17h00
Rojin et ses musiciens

Tarif : 20 euros
Réservation : www.cabaretsauvage.com
plus d'info : Les Veillées kurdes-II
Adresse: Institut kurde de Paris & Salle Prestige du Publicis

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs

Le Kurdistan est une mixture unique de différents groupes ethniques et cultures : Kurdes musulmans, Kurdes yézidis, Turkmènes musulmans, Arméniens, Assyro-Chaldéens chrétiens de langue araméenne, et Juifs de langue araméenne. La cuisine traditionnelle chrétienne n'est pas substantiellement différente de celle des Kurdes. Ainsi, les animaux sont égorgés selon le rite islamique. Les chrétiens, cependant, mange de la viande de porc, soit importée soit venant de sangliers chassés dans les montagnes. De plus, les chrétiens réclament comme les sucreries traditionnelles kulîçe, servis à Noël et dans des occasions importantes, mais communes dans toute la région.
Muhammad n'a pas posé d'objection à ce que musulmans, juifs et chrétiens mangent ensemble. Il en résulte qu'un musulman pratiquant peut acheter sa nourriture dans une boutique tenue par un juif ou un chrétien. Si un nom divin autre que celui d'Allah a été prononcé pendant que l'animal a été abattu, les musulma…