Accéder au contenu principal

Nishtiman



Accord croisés, le 5 novembre 2013 (disponible en mp3 le 9 décembre).

Kurdistan : Iran, Iraq, Turquie.
Compositeur : Sohrab Pournazeri.
Hussein Zahawy : Daf, Darbouka, Dayera ; Sohrab Pournazeri : Kamanché, Tanbur, Chant ; Goran Kamil : Oud ; Ertan Tekin : Zorna ; Myriam Ebrahimpour : Chant ; Robin Vassy : Percussions ; Leila Renault : Contrebasse.

Danghak la Zagros (Ertan Tekin)
Nishtiman
Yar yar (Sohrab Pournazeri)
Ajwiju
Sahari (Sohrab Pournazeri)
Ghasam
Paro (Sohrab Pournazeri)
Deli berindar (Maryam Ebrahimpour)
Joot (Hussein Zahawy, Robin Vassy)
Lawek (Goran Kamil).




Nishtiman, une aventure musicale pionnière et audacieuse, qui célèbre l'unité et la diversité du Kurdistan iranien, irakien et turc. Nishtiman signifie patrie, tout simplement. On connait la musique du Kurdistan turque, la musique des Kurdes d’Irak, la musique des Iraniens kurdes, la musique de la Syrie kurde – et toutes les variations syntaxiques que peut inspirer la géographie du peuple kurde, divisé entre quatre pays. Nishtiman est donc une aventure singulière qui réunit des musiciens de plusieurs nationalités autour de la musique, de la langue et de la culture du peuple kurde. Une aventure musicale pionnière et audacieuse, alors que les lois de la politique, les habitudes imposées par l’histoire et la routine des circuits culturels ont toujours séparé les Kurdes, y compris sur les scènes des festivals et dans les rayonnages de disques. Et, pourtant, le Kurdistan existe bel et bien, si l’on parle de musique. Nishtiman fait soudain surgir ce peuple et cette culture dans la vaste arène des musiques du monde, dans une vision à la fois contemporaine et enracinée. (Extrait du livret écrit par Bertrand Dicale)

En concert à Paris le 9 décembre 2013 au café de la danse et le 6 décembre 2013 au Mans à l'Espar, le 15 février 2013 lors de la 5ème édition du Festival Au Fil des Voix. 



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde