Le sort des chrétiens en Irak- Problèmes et perspectives : État des lieux III : La situation des chrétiens de Mossoul.



Monseigneur Émile Nona, évêque de Mossoul : La situation des chrétiens dans la province de Mossoul.

Pour les chrétiens à Mossoul, et autour de Mossoul, je ne parlerai pas de leur histoire, puisque notre frère Ephrem en a déjà parlé. Je vais diviser le sujet en plusieurs points, par commodité.
Tout d'abord, les chrétiens dans les années passées, à Mossoul, étaient un centre d'activités en Irak. Mais après les événements de 2003, les choses ont changé. Je vais donner un exemple statistique, pour le diocèse de Mossoul : À Mossoul, il y avait 4.500 familles chrétiennes chaldéennes. Maintenant,  nous avons environ 500 familles. Beaucoup, parmi ces familles, se sont réfugiées autour de Mossoul, ou dans la zone qui est pacifique au Kurdistan d'Irak, ou ont fui l'Irak pour l'étranger. 
– La situation des chrétiens après 2003, et leur situation dans le problème politique de l'Irak :
Premier point : Si un bord politique protège les chrétiens, il y a alors un autre bord qui dit : "Ah, vous vous détournez de nous."Parfois, les chrétiens sont tués et persécutés pour des raisons politiques, et pour retarder une solution politique en Irak.
Deuxième point : La division des chrétiens en de petites communautés. Après les événements de 2003, nous voyons une stratégie pour diviser les chrétiens en petits groupes, ce qui sert certainement un but politique.
Troisième point : leur émigration vers l'Europe. Il y a une force qui les oblige à quitter l'Irak, dont le but est peut-être religieux, ou politique. Le motif religieux, la persécution, ne concernent pas seulement les chrétiens. Il y a aussi une agression contre les 'cerveaux' c'est-à-dire les gens les plus doués qui quittent l'Irak.
– Les raisons de viser les chrétiens, après les événements de 2003 :
Au début de 2003, après l'entrée des forces militaires d'occupation, les autres Irakiens ont regardé les chrétiens comme alliés aux envahisseurs. C'est une des raisons pour viser les chrétiens. La deuxième raison est de les viser, de les attaquer dans leur religion. Il y a des groupes fanatiques qui frappent et visent les chrétiens. La troisième raison est financière, économique. Le meilleur moyen pour ces groupes de s'enrichir est de viser et d'attaquer les chrétiens. Pour cela, on commence par menacer les chrétiens, pour s'emparer de leur argent. La dernière raison est que l'on vise les chrétiens parce qu'ils sont faibles et qu'ils ne veulent pas utiliser la violence. C'est pratiquement la seule communauté qui n'utilise pas la force et la violence. 
– Les causes du terrorisme existant. Comment trouver des solutions pour y remédier ?
Tout d'abord, les lieux qui abritent les terroristes sont les grandes villes, comme Mossoul. Il y a une atmosphère favorable au terrorisme, pour des raisons politiques ou dans d'autres buts. Pourquoi cette atmosphère ? La première cause est la conviction : Il y a des personnes qui sont convaincues que la violence contre les chrétiens est une obligation [religieuse] et légale, surtout dans les groupes très pauvres de la société. C'est pourquoi nous avons un devoir d'éduquer et d'éclairer ces mentalités fermées.
Deuxième cause du terrorisme : La peur. Beaucoup de gens ont peur des terroristes et c'est pourquoi il faut réussir à les aider. C'est ce qui se passe dans les grandes villes. Troisième cause : L'argent. Il n'y a pas beaucoup de travail et beaucoup de jeunes ont recours au terrorisme pour l'argent.
Un autre point : les causes du terrorisme auxquelles on peut remédier. Il y a la presse et les media. Nous avons besoin de donner des informations objectives contre le terrorisme, ne pas embellir ou exagérer nos plaintes auprès des media, mais transcrire objectivement. Quand il y a un attentat contre les chrétiens, tout le monde en parle. Mais seulement après que l'événement a eu lieu. C'est pourquoi nous ne devons pas seulement en parler après un événement, mais contribuer à une atmosphère de vivre-ensemble, dans une bonne ambiance, parce que nous vivons ensemble.
Une autre solution contre le terrorisme est l'aspect éducatif. Les programmes éducatifs en Irak ont eu des changements il y a quelques années. Beaucoup de points encouragent le terrorisme dans ces programmes, parce que tout était concentré sur la religion, comme but et essence de cet enseignement. C'est pourquoi les programmes éducatifs, surtout dans la ville de Mossoul, sont orientés vers la religion, et cette éducation encourage le fanatisme. C'est un grand danger, si le système éducatif devient un centre de fanatisme. D'un côté la connaissance va régresser et, de l'autre, il y aura un terrain favorable au terrorisme. 
Dernier point : l'aspect économique. Le terrorisme pousse là où il y a de la pauvreté. L'Irak a besoin de renouveler ses structures, d'offrir de bons services, de trouver du travail pour ceux qui sont au chômage. Ainsi, nous pourrions éliminer ou diminuer le terrorisme, et il y aura un changement dans la société.  Merci.

À venir : le Père Nejib Mikaël, ancien supérieur des Dominicains de Bagdad. La situation des chrétiens à Bagdad.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs