Accéder au contenu principal

Concert : Sedigh Tarif, le maestro de la musique persane et kurde



"Né à Sine (en persan : Sanandaj), capitale de la province du Kurdistan en Iran, région kurde au nord-ouest de l’Iran, Sedigh Tarif entre à vingt ans à la faculté des Arts de Téhéran. Il en ressort quatre ans plus tard un diplôme d’études théâtrales en poche. Il fréquente parallèlement les classes de chant du regretté Mahmud Karimi. Sa passion pour la musique, tout d’abord influencée par le célèbre chanteur kurde Sa’id Asgar Kordestâni, ne fait que croître. Il poursuit pendant cinq ans l’étude du répertoire persan auprès de Nasrollâh Nâsehpur. Pour enrichir son style et son répertoire, il travaille également avec Razavi Sarvestâni, détenteur de la méthode d’enseignement vocal du grand maître Nour Ali Khan Bouroumand. Il fait également appel à d’anciens enregistrements, notamment ceux d’un autre monument de la musique persane, Seyyed Hossein Tâherzâdeh dont il reprendra des morceaux pour les interpréter avec des instrumentistes reconnus, comme Majid Kiâni et Asgar Bahâri.
Depuis des années, il poursuit ainsi sa quête musicale tout en se faisant fort de partager son art avec ses élèves. On lui doit notamment d’avoir discrètement introduit des sonorités kurdes dans le répertoire persan, en particulier des éléments du patrimoine spirituel des derviches. Ces musiques voisines et très compatibles ont de tout temps procédé à des échanges, qu’il s’agisse de matériaux mélodiques, d’instruments, de rythmes ou d’arrangements.
Tarif enregistre son premier album en 1984, en hommage à Tâherzâdeh et à l’école d’Isfahân qu’il s’est appliqué à faire revivre. Par la suite, parallèlement à ses activités d’enseignant et de concertiste, il multiplie les enregistrements, ce qui contribue à lui assurer une place privilégiée parmi les maîtres du chant. Parmi ces disques, citons « Golgasht »(en modes dashti et esfahân), réalisé avec la formation Sheydâ ; « Sheydâ’i », avec Jalâl Zufonun et un ensemble de luths setâr, où il s’inspire des chants sacrés des Kurdes – cet album sorti en 1990 connaîtra un énorme succès ; « Ferâgh » (en mode abu atâ), enregistré avec le groupe Sheydâ.

Vendredi 18 et samedi 19 mars 2011
Institut du Monde Arabe - AUDITORIUM / TARIF B - 20h30
Billets.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde