Accéder au contenu principal

Le contentieux entre l'Islam et l'Occident

Vendredi 25 mai à 15 h 00 : Le contentieux entre l'Islam et l'Occident, avec Francesco Rizzi, auteur de L'Islam et l'Occident. Conversation autour de quelques lieux communs (Sindbad). Cultures d'Islam, A. Meddeb.







Présentation de l'éditeur

En 1955, la Fondation Cini invita à Venise une dizaine d’intellectuels de premier plan, arabes, turcs et iraniens, pour débattre avec de grands islamologues italiens, dont Giorgio Levi della Vida, Alessandro Bausani et Francesco Gabrieli, des relations entre l’Islam et la civilisation occidentale. Les rencontres étaient conçues sous la forme d’un procès, l’Islam ayant le rôle du ministère public, et l’Occident celui de la défense. Un compte-rendu de ces rencontres a été publié, où l’on s’aperçoit d’emblée que l’accusation ne portait pas sur les valeurs de la civilisation occidentale, mais sur la colonisation occidentale, coupable de les avoir trahies. Plus de cinquante ans après, Franco Rizzi imagine dans cet ouvrage une conversation entre des personnages de religion ou de culture musulmane, centrée sur l’image de l’Islam en Occident, sur les malentendus qui se sont accumulés de part et d’autre à travers les siècles, sur les responsabilités tant des Musulmans que des Occidentaux dans l’exacerbation de la tension actuelle. Or si l’on constate, au cours de la conversation, que les termes du débat et les arguments de fond échangés n’ont presque pas changé depuis 1955, on ne peut que mesurer à quel point la situation s’est détériorée, jusque dans la vie quotidienne, sous l’effet des événements récents : le 11 Septembre et le terrorisme islamiste, les différentes guerres en cours, le blocage du processus de paix israélo-arabe, mais aussi l’immigration de masse et les crispations communautaires. Toutes choses qui renvoient directement ou indirectement au passé colonial dont on refuse d’assumer la violence et de soigner les blessures.

Biographie de l'auteur

Professeur d’histoire de l’Europe et de la Méditerranée à l’université de Rome (Roma Tre), fondateur et secrétaire général de l’Union des université de la Méditerranée (unimed), fondateur en 1994 de la revue Rive, il est l’auteur de plusieurs ouvrage sur les relations entre l’Europe et le monde arabe dont Unione Europea e Mediterraneo (Rome, 1997), Un Mediterraneo di conflitti (Rome, 2004), La Ciencia y la cultura en la Europa mediterranea (Barcelone, 2007) et Rive. Incontri tra le civiltà del Mediterraneo, (Lecce, 2007).

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde