Accéder au contenu principal

Le Cavalier turc et le lancier arabe

Où le nationalisme va se nicher quelque fois... Dans l'édition du Dîwan de Cizirî (Firat Yayinlari) le 11ème poème s'intitule fièrement : "Shehsuwarê Kurd" (soit le roi des cavaliers kurde). Car à un moment Nishanî, le Mollah de Djézîr, compare l'Aimée (ou Dieu c'est pareil) à un roi furieux, un héros saccageant la forteresse de son coeur. Et de le féliciter pour sa vaillance en le comparant aux plus vaillants guerriers du Shahnameh et de l'islam :
"Rustem û Cemshîd û Xalîd, Hemze yan Shêrê Ali"
Et puis vient le second hémistiche :
"Aferîn ya Shehsuwarê Kurd û rimbazê Ereb !"
Soit : "Bravo au roi des cavaliers kurde, bravo au lancier arabe !"
Oui mais voilà : l'édition traduite et commentée par Hejar ne dit pas tout à fait la même chose...
"Aferîn ya Shehsuwarê Turk û rimbazê Ereb !"
Soit : "Bravo au roi des cavaliers turc, bravo au lancier arabe !"
Quand j'ai vu ça j'ai éclaté de rire, ne doutant pas une seconde que la bonne version était la plus "dérangeante". Mais bon, pleine de bonne volonté je vérifie les différentes éditions la première, celle de Hartman de 1904. Et l'édition la plus schizoïde est celle de Roja Nû, parue en Suède en 1997. Le texte en kurmancî nous donne du Shehsuwarê Kurd, mais la seconde partie reproduisant le texte ancien de référence reproduit bel et bien le "cavalier turc", ils n'ont quand même pas osé biffé et tipexé les versions anciennes... Donc en kurmancî moderne et accessible, la version ad usum delphini, et dans la reproduction du manuscrit le terme qui choque, un peu comme ces orientalistes qui pour traduire les mots et les passages crus des poésies persanes les mettaient en latin, seulement accessibles aux avertis...


'Stupidity, however, is not necessarily a inherent trait.'
Albert Rosenfield.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs

Le Kurdistan est une mixture unique de différents groupes ethniques et cultures : Kurdes musulmans, Kurdes yézidis, Turkmènes musulmans, Arméniens, Assyro-Chaldéens chrétiens de langue araméenne, et Juifs de langue araméenne. La cuisine traditionnelle chrétienne n'est pas substantiellement différente de celle des Kurdes. Ainsi, les animaux sont égorgés selon le rite islamique. Les chrétiens, cependant, mange de la viande de porc, soit importée soit venant de sangliers chassés dans les montagnes. De plus, les chrétiens réclament comme les sucreries traditionnelles kulîçe, servis à Noël et dans des occasions importantes, mais communes dans toute la région.
Muhammad n'a pas posé d'objection à ce que musulmans, juifs et chrétiens mangent ensemble. Il en résulte qu'un musulman pratiquant peut acheter sa nourriture dans une boutique tenue par un juif ou un chrétien. Si un nom divin autre que celui d'Allah a été prononcé pendant que l'animal a été abattu, les musulma…