Accéder au contenu principal

"si un Kurde est tué dans une manifestation en région kurde, des centaines de milliers de Kurdes s'empareront de la rue"

En juillet dernier, le leader kurde Meşal Temo (Meshaal Tamo), assassiné le 7 octobre, donnait une interview par téléphone au site KurdWatch, ce qui est donc une de ses dernières prises de position avant son assassinat. 

Q : Des manifestations contre le régime ont lieu en Syrie depuis la mi-mars. Plus de 1500 personnes ont été tuées et environ 10 000 arrêtées.  Où en est la Syrie ?

Tammo : Le nombre réel de tués et de prisonniers pourrait être plus élevé. Nous avons affaire à un État policier. Le nombre de victimes de ces agressions par l'État n'est pas rendu publique. Il y a un nombre incalculable de personnes disparues et je crains que beaucoup d'entre elles soient mortes. Nous savons que ce régime riposte par des charniers – et après sa chute, nous sommes sûrs de découvrir des faits nouveaux et effroyables sur la façon dont cet État policier fonctionne.

Mais indépendamment de ce qui se passe, la majeure partie de la population a pris sa décision. Ils veulent la liberté et ils parviendront à l'obtenir. Le régime peut tuer, peut emprisonner par milliers, il peut livrer les villes au pillage, il peut tout raser. Mais il ne pourra plus jamais empêcher la population de décider d'un changement de régime.

Q: Pendant longtemps on n'entendait rien de la part des partis d'opposition de ce pays. C'est seulement ces deux dernières semaines qu'ils ont commencé de s'organiser. Pourquoi ?

Tammo : Nous ne devons pas oublier que le régime syrien a combattu ces partis dissidents durant les 45 dernières années.  Il a privé l'opposition de toute liberté de mouvement.  Jusqu'à présent, l'opposition syrienne a toujours agi dans l'illégalité et pour leurs actions, ses membres ont été persécutés et arrêtés. Cette opposition n'a aucune expérience concernant des activités légales. Nous vivons dans un pays où un seul parti a la parole et où la diversité des opinions est supprimée. Les partis d'opposition ont subi de nombreux revers. Beaucoup de ses membres ont été en prison durant des années ou ont dû quitter le pays. Dans de telles conditions, l'action de la dissidence était difficile. C'est pour cela que l'opposition est très affaiblie. Ce n'est que maintenant que ses membres apprennent à communiquer entre eux. Ce n'est que maintenant que le peuple commence à apprendre à exprimer ses opinions et à respecter des opinions différentes. C'est pour cela qu'il a fallu un moment avant que l'opposition en vienne à se réorganiser. Dans le même temps, il y a ici une génération nouvelle de la société syrienne qui ne partage pas les mêmes craintes que la vieille génération. Ces jeunes gens bâtiront la Syrie nouvelle.

Q: Les partis d'opposition ne sont pas seulement faibles, mais divisés. Ces dernières semaines, il y a eu diverses rencontres dans le pays et à l'étranger, à Antalya ou d'autres lieux, que plusieurs partis d'opposition en Syrie ont boycottées. Le 27 juin, une coalition de 8 partis arabes et 5 partis kurdes a été formée, mais d'autres groupes, comme ceux de la Déclaration de Damas, ont gardé leurs distances avec cette alliance. Et finalement, vous-même, avec d'autres personnalités, avez fondé un comité pour organiser une conférence nationale. Comment cette opposition désunie peut-elle se rassembler ?

Tammo: Tout cela est vrai. Néanmoins, toutes ces rencontres et les formations de ces groupes sont nécessaires et appropriés à l'actualité. Nous devons savoir qui peut agir et qui ne le peut pas, et nous devons aussi envisager à quoi ressemblera la Syrie nouvelle après le changement de régime. Nous avons besoin d'une nouvelle constitution. Nous avons besoin de redéfinir nos relations extérieures, et bien plus encore. Toute l'opposition travaille dans cette direction. Il est possible que certains groupes aient des problèmes avec d'autres, mais une chose les rassemble tous : le désir d'être libre. La coalition que j'ai formée, avec d'autres, devrait être une préparation pour une conférence de salut national. Cette conférence devrait être une alternative au régime. Dans notre coalition, les partis ne sont guère représentés : ce sont plutôt des jeunes gens, qui mènent la révolution syrienne. C'est pourquoi je crois que nous pouvons rassembler plusieurs groupes d'opposition. Tous, certainement, n'y prendront pas part, mais les plus importants le feront, dont plusieurs partis kurdes, des groupes issus de la Déclaration de Damas et beaucoup d'autres. Ensemble, nous ferons avancer la révolution. Ce qui nous unit est le fait que nous ne voulons pas traiter avec ce régime et que nous nous voyons comme une alternative au gouvernement en place. Nous voulons des discussions ouvertes entre nous, sur la nouvelle Syrie. Une Syrie civile et démocratique doit être bâtie, dans laquelle les différentes ethnies obtiendront leurs droits. Nos réunions sont ouvertes à tous ceux qui partagent ces buts. Les sessions n'auront pas lieu en secret. Chacun devra pouvoir prendre part à la discussion.

Q: En dehors des jeunes activistes, la plupart des partis d'opposition n'ont pas demandé, jusqu'à présent, la démission du régime. Comment voulez-vous amener ces gens autour d'une même table si la fin de ce régime est l'un de vos principaux objectifs ?

Tammo : Chaque jour, ceux qui demandent la démission du régime sont de plus en plus nombreux. Plus ce gouvernement assassine et emprisonne de gens, plus les partis d'opposition et les Syriens en dehors des organisations politiques vont demander la démission de ce gouvernement. Les gens croient de plus en plus que ce gouvernement a perdu toute légitimité. Il n'y a presque plus personne à vouloir traiter avec ce régime.

Q: Y a-t-il déjà des plans pour la période après-Bashar ? L'opposition syrienne travaille-t-elle sur des concepts tels qu'une nouvelle constitution ou de nouvelles lois sur les partis ou les organisations ?

Tammo: Sur ce point, toute l'opposition est unie : Il doit y avoir une nouvelle constitution. Cette constitution doit refléter la diversité culturelle du peuple syrien. Des lois doivent être créées pour les partis, le vote, la presse, et ainsi de suite. Ce sont les bases d'un État civil moderne. Je crois que ces groupes qui veulent un État moderne, civil et démocratique l'emporteront. Le premier pas dans cette direction est une nouvelle constitution.

Q: Comment l'opposition syrienne voit-elle la relation entre l'État et la Religion ?

Tammo : Que cela nous plaise ou non, la majeure partie de la société syrienne est religieuse. Religieuse, mais pas radicale.  Les succès d'Erdoğan ont plus influencé la population que tout le reste. Les gens et les groupes avec lesquels nous voulons organiser la conférence de salut national aimeraient montrer que leur religion est ouverte aux idées et notions différentes. Nous voulons une constitution nouvelle et progressiste. La religion doit jouer un rôle subordonné.

Q: L'Europe et les USA ont été réticents à parler de sanctions contre la Syrie. Pourquoi ?

Tammo : Ils craignent qu'après un changement de régime, le chaos surgisse. Ils craignent une guerre civile et d'autres troubles. Le gouvernement syrien a nourri beaucoup de ces peurs et a même répandu la propagande que tout le Moyen-Orient sombrerait dans le chaos et le gouvernement de Bachar Al-Assad tombait. Plus le temps passe, plus l'Occident arrive à la conclusion qu'un changement de régime contribuerait non seulement à la stabilité de la Syrie mais à celle de toute la région. Les critiques contre le régime vont dans le même sens.

Q : Que doivent faire les Européens et les Américains dans la situation actuelle  ? 

Tammo : Ils peuvent faire beaucoup. Ils peuvent imposer un embargo économique et exercer de plus grandes pressions politiques.  Ils peuvent soutenir l'opposition. Nous ne voulons pas d'intervention militaire de l'étranger. Nous résoudrons nos problèmes par nous-mêmes. Mais les Américains et les Européens peuvent, avec une évaluation correcte de la situation, une parole claire et des sanctions sans équivoque, contribuer à une situation où le régime ne tuera plus des personnes aveuglément.

Q : Si un changement de régime survient, quelles seront les relations avec Israël ? Comment sera gérée la question du Golan ? On entend souvent dans l'opposition que la Syrie a servi les intérêts d'Israël et n'ont pas tiré une fois sur le Golan en 40 ans. Est-ce que cela veut dire que l'opposition veut  mener une guerre pour le Golan ? 

Tammo : Non. L'opposition actuelle veut la paix et la question du Golan doit aussi être résolue pacifiquement. Il doit y avoir un traité de paix respecté internationalement. Nous ne voulons plus exploiter ce conflit à des fins de propagande pour nous détourner de nos problèmes réels. Nous voulons résoudre sincèrement les problèmes internes de la Syrie. 

Q : La Turquie, surtout le Premier Ministre Erdoğan, exerce les plus lourdes pressions sur la Syrie, actuellement. Des voix arguent que la Turquie pourrait établir une zone de sûreté pour les réfugiés syriens le long de la frontière syrienne commune. Qu'en dit l'opposition ?

Tammo: La Turquie a ses propres intérêts et veut jouer un rôle nouveau et important au Moyen-Orient. Elle veut devenir une puissance dans la région ; c'est aussi pour cela qu'elle prend nettement position. Le gouvernement turc ne veut pas répéter les erreurs du passé et s'est rangé aux côtés de la population syrienne. Dans le même temps, nous réalisons que la Turquie s'est engagé plus fortement avant les élections qu'après. Nous espérons que cet engagement en faveur de la population s'accentue. Nous partageons une frontière d'approximativement 800 km avec la Turquie et quand vous prenez cela en considération, il est très compréhensible que les événements récents en Syrie doivent avoir aussi une importance en Turquie. Les Kurdes vivent de part et d'autre de la frontière turco-syrienne ; le gouvernement turc ne veut pas de problèmes supplémentaires. La Turquie veut aussi jouer un rôle dans cette phase de transition pour cette même raison. Concernant une zone de sûreté, sans une résolution des Nations Unies, une telle chose est difficile à appliquer. Une telle zone de sûreté ne peut être un effort unilatéral du gouvernement turc. Elle doit être soutenue par la communauté internationale. Nous espérons, cependant, que les choses n'iront pas aussi loin et que le peuple abattra le régime avant. 

Q : Pendant plus de trois mois, les forces de sécurité syriennes ont tué des manifestants. À Hama on a même craint une répétition des événements de 1982. Combien de temps cela peut-il durer ? Est-ce que l'on arrivera à une guerre civile ?

Tammo : Les événements de Hama ne se répéteront pas.  Nous vivons à une époque différente. Aujourd'hui, c'est dans dans toute la Syrie, et pas dans une seule ville que le peuple est sur les barricades. Une autre question est centrale : Combien de temps les militaires syriens participeront-ils à l'assassinat de manifestants pacifiques ? Des soldats ont déjà quitté l'armée et ne veulent plus ouvrir le feu sur la population. Si cela continue, l'armée se désintégrera. En ce moment, il y a des manifestations dans les 14 provinces. L'armée peut tuer 10, 20 personnes chaque jour et en arrêter 200, mais elle ne réduira pas le peuple au silence de cette façon.

Q : Quel rôle a joué, dans la révolution, la grève de la faim des prisonniers en mars 2011 dans la prison de ʿAdra, à laquelle vous avez participé ?

Tammo: Cette grève de la faim a servi certainement de déclencheur aux manifestations nationales. La  situation politique était telle qu'il suffisait d'une étincelle pour que la population exprime son mécontentement. Nous étions conscients de cela et nous voulions y prendre part.  Quand nous avons commencé la grève de la faim, nous n'avions qu'un but : inciter le peuple à se soulever contre le régime. 

Q : Les partis d'opposition en place ne semblent guère enclins à jouer un rôle dans les manifestations. Ce sont plutôt les jeunes qui se mobilisent sur Internet. Qu'est-ce qui retient ces partis ? 

Tammo : Nous ne devons pas oublier que beaucoup de ces jeunes activistes sont aussi membres des partis d'opposition en place. Il est vrai, cependant, que ces partis ne jouent pas un rôle de meneur. Les partis doivent se mobiliser avec plus de force pour la révolution. Nous devons travailler à cela. Les jeunes qui mènent la révolution ont des réseaux efficaces et sont bien organisés. Ils sont très motivés, travaillent de façon très professionnelle et savent exactement ce qu'ils veulent. Ils ont décidé que ce régime devait s'en aller, et c'est ce à quoi ils s'emploient.

Q : Jusqu'à présent, on supposait que les forces d'opposition les mieux organisées étaient les partis kurdes et qu'ils joueraient un rôle important dans la chute du régime. Dans la réalité, c'est loin d'être le cas. Vous-même n'avez pas appelé à participer aux manifestations. Pourquoi ? 

Tammo : C'est malheureusement vrai. L'opposition kurde était le meilleur groupe d'opposants en Syrie et était très active dans le cadre de partis politiques. Dès le début de la révolution, les partis kurdes pouvaient avoir un rôle important, mais ils ont manqué cette occasion. D'un côté, le régime s'est comporté très habilement avec les Kurdes, et d'un autre côté, plusieurs responsables de partis kurdes ont contribué à la faiblesse de l'opposition kurde. Plusieurs partis kurdes n'ont pas encore de position claire vis-à-vis du régime. Certains ont encore le sentiment qu'il serait préférable, en finale, de négocier avec le régime. Cela affaiblit naturellement les manifestations dans les régions kurdes et a, pour conséquence, un nombre moindre de Kurdes dans les rues. Cela ne veut pas dire que les Kurdes n'obtiendront pas leurs droits dans la Syrie nouvelle. La jeunesse kurde a participé activement et a rendu un service important à toute la révolution syrienne. Nous – le Mouvement du Futur, le Parti kurde de la liberté en Syrie (Azadî) et le Parti de l'union kurde en Syrie (Yekitî) – avons participé aux manifestations dès le début et nous serons toujours là dans l'avenir. Nos jeunes membres manifestent tout comme les jeunes membres des autres partis et les protestataires indépendants. Comme partout en Syrie, nous avons en conscience pris la décision que les jeunes gens devaient prendre en charge l'organisation des manifestations. Le Mouvement du Futur, Azadî et Yekitî ont déjà organisé des manifestations en Syrie à une époque où personne n'osait protester en public. Nous sommes heureux que nos jeunes gens jouent maintenant un rôle important.

Q : Est-ce que l'opposition kurde, ainsi que l'opposition arabe, se cachent derrière ces jeunes gens ? Vous voulez façonner l'avenir de ce pays, mais vous tardez dans une phase critique de la révolution, laissant toutes les responsabilités aux jeunes gens. Est-ce que ce n'est pas contradictoire ?

Tammo : Pour nous, en tant que Mouvement du Futur, ce n'est pas une contradiction. Nous participons aux manifestations. Les 3 partis que j'ai cités pourraient, sans plus attendre, faire une déclaration et appeler le peuple à manifester. Nous ne le faisons pas parce que nous voulons que nos jeunes gens deviennent actifs et prennent leurs décisions indépendamment de nous. Nous leur témoignons du respect. 

 Q : Le Mouvement du Futur s'est retiré lui-même du groupe des 12 partis parce qu'il était d'avis que les autres partis étaient trop hésitants à soutenir la révolution. En quoi le Mouvement du Futur agit-il maintenant différemment de ces partis ?

Tammo : Nous avons quitté le groupe en raison de la position de certains partis vis-à-vis du régime. Ils voulaient rencontrer le gouvernement et mener des négociations. Nous avons refusé de le faire, et dit simplement : "Vous ne pouvez parler avec un régime qui tue sa propre population". L'idée d'entamer des pourparlers avec le gouvernement est encore régulièrement avancée par certains partis kurdes. Nous avons des idées politiques différentes. Nous ne pouvons travailler qu'avec les groupes qui refusent toute rencontre avec le gouvernement. Toutes nos actions doivent tendre à la chute du régime. Nous le disons ouvertement. Nous avons la même position à cet égard que les jeunes dans les rues. La plupart des partis kurdes n'ont pas cette position. Il y a des divergences politiques. En ce moment, nous autres Kurdes, les partis et d'autres groupes sociaux, devons jouer un rôle important dans cette phase significative de la révolution. Nous ne pourrons le faire que si nous adoptons une position cohérente et nous engageons plus fortement dans la révolution. Nous œuvrons pour atteindre ce but. À côté, nous sommes actifs au niveau syrien. Nous avons à nous affirmer en tant que Kurdes et défendre nos intérêts en tant que peuple distinct. Aujourd'hui, un chemin vers le futur est ouvert.

Q: Est-ce que la position de ces partis kurdes est affaiblie du fait qu'ils ne participent pas activement aux manifestations et par conséquent à la révolution ?

Tammo : Bien sûr que leur position en est affaiblie. Si leur position est faible, c'est que plusieurs partis kurdes n'ont pas encore adopté une ligne claire envers le régime. Non seulement ils ne soutiennent pas la révolution mais ils agissent même contre elle.

Q : Comment cela se fait-ils qu'on a tiré sur les manifestants dans toute la Syrie à l'exception des régions kurdes ?

Tammo : Le régime a déjà connu une expérience avec nous. Quand on a tiré sur des manifestants dans les régions kurdes en 2004, des centaines de milliers de Kurdes sont descendus dans la rue, à Damas comme à Alep. Le meurtre de manifestants soude la population. Le gouvernement sait très bien que si un Kurde est tué dans une manifestation en région kurde, des centaines de milliers de Kurdes s'empareront de la rue. Aussi fragmentés et affaiblis que peuvent être ces groupes, dans une telle situation, les Kurdes se tiendront les coudes. C'est la raison pour laquelle les forces de sécurité n'interviennent pas dans les manifestations en régions kurdes. Ils veulent éviter cela par tous les moyens


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde