Accéder au contenu principal

Les Apôtres Thaddée et Barthélémy. Aux origines du christianisme arménien

Dimanche 30 octobre à 8 h 00 sur France Culture : Valentina Calzolari pour Les Apôtres Thaddée et Barthélémy. Aux origines du christianisme arménien (éd. Brépols). Foi et tradition, Sébastien. de Courtois.


Les Apôtres Thaddée et Barthélemy : Aux origines du christianisme arménien

Présentation de l'éditeur : Au début du IV siècle (en 301 selon la date traditionnelle, en 314 selon la plupart des historiens modernes), bien avant la conversion officielle de l'Empire romain à l'époque de Théodose (380), le royaume arménien de Tiridate III adopta le christianisme comme unique religion d'Etat. C'est dans ce contexte politique et religieux qu'a vu le jour texte des Martyres de Thaddée et Barthélemy. Il serait en effet inutile de chercher dans la tradition canonique les témoignages relatifs à une prédication apostolique en Arménie. Le Nouveau Testament ne contient aucune allusion aux arméniens, ni mentionne l'Arménie parmi les étapes des voyages missionnaire des apôtres. C'est en revanche dans la tradition apocryphe que l'on trouve le compte rendu détaillé d'une présence apostolique en Arménie, liée à l'œuvre missionnaire des apôtres Thaddée et Barthélemy. Grâce à la littérature non canonique, l'Arménie apparaît ainsi comme une terre de mission, autrement dit comme une terre qui n'a pas été oubliée par Dieu ; Cet ouvrage se propose de traduire et de réunir les principaux textes apocryphes arméniens qui enracinent la tradition des origines apostoliques de l'Eglise arménienne. L'auteur y rappelle le rôle joué par cette tradition pour légitimer la politique d'affranchissement progressif de cette Eglise par rapport à l'Eglise grecque, à partir du VIe siècle. Elle montre en outre les nombreux points de contact que ces récits apocryphes partagent avec l'historiographie arménienne ancienne. Ainsi, sur un point fondamental la littérature apocryphe rejoint en effet la pensée historiographique : la vision du peuple arménien en tant que peuple élu. 

Biographie de l'auteur : Valentina Calzolari-Bouvier est professeur associé à l'université de Genève, centre de recherches arménologiques. Elle est spécialisée en littérature arménienne ancienne et est actuellement de l'Association pour l'étude de la littérature apocryphe chrétienne (AELAC). 

Broché: 258 pages Editeur : Brepols (31 mars 2011) Collection : Apocryphes Langue : Français ISBN-10: 2503540376 ISBN-13: 978-2503540375

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde