Accéder au contenu principal

Le Prince, l'artiste et l'alchimiste

Vendredi 28 octobre à 15 H 00 sur France Culture : Le Prince, l'artiste et l'alchimiste. La variété des céramiques iraniennes, les procédés de fabrication, les sources, les usages, les fonctions des objets… Avec Yves Porter, professeur d'histoire de l'art islamique, auteur de Le Prince, l'artiste et l'alchimiste. La céramique dans le monde iranien, Xe-XVIIe siècle, Hermann. Cultures d'islam, A. Meddeb.



Présentation de l'éditeur 
La production de céramique émaillée est sans conteste l’une des manifestations artistiques les plus visibles du monde iranien. Il suffit, en effet, de lever les yeux sur les monuments d’Isfahan ou de Samarkand pour découvrir des coupoles recouvertes de carreaux turquoise, des panneaux polychromes où surgissent, sur fond d’azur, des fleurs de paradis ou des étoiles tombées d’un ciel inconnu. Pour qui pousse la curiosité plus avant, les vitrines des musées de Sèvres, du Louvre ou du Victoria & Albert Museum de Londres présentent quantité d’objets en céramique qui rivalisent de variété dans leurs décors, leurs formes ou leurs couleurs au fil des âges et des lieux du monde iranien musulman. 
Cet ouvrage n’est certes pas le premier à traiter de céramique iranienne. Pour autant, les objets en céramique génèrent de nombreux champs d’investigation : de quelles sources dispose-t-on pour leur étude ? Où et quand les objets ont-ils été fabriqués ? Par qui ? Répondaient-ils à une commande ? Étaient-ils au contraire proposés par l’artisan sur un marché ? Du terrain circonstanciel, nos interrogations s’approfondissent en considérations sociologiques ou scientifiques : d’où provenaient les matériaux qui les composent et quel était leur coût ? Les expériences permettant les découvertes ou les perfectionnements techniques étaient-elles financées ? Selon quels mécanismes ? Quel regard la société de l’époque portait-elle sur l’artisan et que sait-on de lui en somme ? Quels usages, quelles fonctions remplissaient au juste les objets en céramique, et plus largement, quel « sens » avaient-ils ? Les axes de recherche semblent se multiplier à l’infini. C’est l’objet de cet ouvrage que d’apporter des éléments de réponse à ces questions.  
Auteur Yves Porter, né en 1957 à Barcelone, a fait des études de langues orientales (persan, pashto, turc, arabe, ourdou), avant de se spécialiser dans le domaine de l’histoire de l’art. Après une thèse en études iraniennes, soutenue à l’université Sorbonne Nouvelle - Paris-III en 1988, il a présenté une Habilitation à diriger des Recherches en Histoire de l’Art musulman en 2000, à l’université Paris-Sorbonne. Il est actuellement professeur à l’université de Provence - Aix-Marseille-I où il enseigne l’histoire de l’art et l’archéologie des mondes musulmans.   
324 pages - 15 x 23 cm - 2011 Broché Editeur : Hermann (23 juin 2011) Langue : Français ISBN-10: 2705666249 ISBN-13: 978-2705666248

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde