AGCCPF-PACA : Actes du séminaire 2007, Dimension conflictuelle du patrimoine




Dimension Conflictuelle du Patrimoine

Actes d'un séminaire organisé par l'AGCCPF-PACA : Association Générale des Conservateurs des Collections Publiques de France Provence-Alpes-Côtes d'Azur


Introduction
Par Christine Breton, conservateur du patrimoine, programme européen du patrimoine intégré de la Ville de Marseille
- Ouverture
- La valeur de discorde
- Sur la frontière.
"La présentation de chacun montre à quel point les métiers patrimoniaux sont confrontés à la problématique du conflit. L'expérience de Mireille Jacotin face aux conflits violents dans l'espace méditerranéen et ma propre expérience face à ceux liés à la désindustrialisation dans les quartiers industriels et populare de Marseille nous ont amenés à chercher les moyens de dépasser l'affect. Nous avons trouvé dans les écrits de Gabi Dolff, experte auprès de la division patrimoine du Conseil de l'Europe, les bases de ce séminaire.

La première partie est construite sur quatre expériences croisées qui dessinent les valeurs conflictuelles du patrimoine dans le champs de l'économie (Prosper Wanner), de l'environnement (Odile Jacquemin), de l'histoire (Jean-Baptise Pisano) et du social (en suivant la figure de Nicolas de Peiresc avec Jean Dhombres). Dans la seconde partie, sous la houlette de Mireille Jacotin, nous entrons dans la complexité de quatre réalités patrimoniales conflictuelles en Palestine, en Algérie, au Tassili, au Kurdistan, avec, respectivement, l'association Archivistes sans frontières, le parc national du Tassili et l'Institut Kurde de Paris."



- De la Performance patrimoniale :
Par Prosper Wanner

"Place est une coopérative qui développe et met en oeuvre depuis une dizaine d'années des contenus d'appui, de conseil et de formation destinés à accompagner le développement d'intiatives économiques citoyennes. Dit autrement, elle développe un métier pour accompagner ceux qui cherchent à retrouver au travers de l'entreprise des marges de manoeuvres politiques sur des questions de qualité de vie, d'écologie, de culture. Cela se traduit annuellement par l'animation d'une douzaine d'ateliers de formation, une dizaine d'accompagnements stratégiques, et une à deux recherches-actions en lien avec des politiques publiques."


- L'Entre Terre et Mer comme patrimoine ou la bonne fortune de "l'Entre-deux" :
Par Odile Jacquemin

- La question de l'échelle
"Mémoire à lire, territoire à l'écoute (ou MALTAE) est, sous la forme d'une association 1901, une structure dont le but est la culture du territoire partagée. J'y explore, depuis une douzaine d'années, le métier d'historien du paysage, de "conservateur du paysage", au sens moderne du méter de conservateur pris depuis les années 1980. Pour moi, ce fut un prolongement logique d'une pratique de dx ans d'architecte urbaniste de CAUE. J'y ai conduit parallèlement, en situation d'exercice appliqué, une thèse de doctorat d'histoire sur "Hyères et sa rade, la formation d'un paysage entre terre et mer, de 1748 à nos jours".

- "A l'est de la frontière, au nord du soleil", le Trophée d'Auguste, au carrefour de l'espace et du temps :
Jean-Baptiste Pisano

"Aller jusqu'à Peyresq, village de nulle part vers lequel tous les chemins semblent chercher une improbable convergence avant que de se fermer, c'est offrir à chacun la quiétude d'un terme... C'est permettre le temps d'une escapade, qui peut prendre la forme d'un verre partagé le soir autour d'une cheminée éteinte, de débattre autour des "Dimensions conflictuelles du patrimoine", dans une perspective où la sérénité de l'esprit des lieux finit par donner à ces débats, pourtant matière à dissension, l'occasion d'aborder la question simplement, dans la diversité et l'hétérogénéité de sa richesse problématique."

- Peiresc en temps de conflit
Jean Dhombres

"Au contraire de votre groupe audacieux, Nicolas-Claude Fabri Peiresc n'a jamais pris le risque de monter jusqu'au village montagnard dont il tirait son nom de noblesse depuis 1604, ainsi qu'une partie non négligeable de ses revenus. Il préférait en effet recevoir chez lui, à Aix ou à Belgentier, sa résidence "à la campagne". Les syndics du village venaient lui apporter les redevances des habitants, et nombre de personnes d'autres contrées lui fournissaient des renseignements les plus divers, l'enrichissant de trouvailles et de découvertes, tel ce trépied antque trouvé à Fréjus dont il fit une savante et longue explication. Avec autant de minutie, mais toujours depuis son cabinet aixois, il dirigeait les recherches à entreprendre autour du village aujourd'hui nommé Peyresq dans les Alpes de Haute-Provence, recherches qui pouvaient porter sur le réseau hydrographique ou sur la présence énigmatique de restes fossiles marins à cette haute altitude. Réfléchissant sur les données ainsi recueillies, multipliant les curiosités qu'il faisait représenter par des artistes, Peiresc se révéla l'un des premiers à promouvoir une science nouvelle, mais il vaudrait mieux dire qu'il se lança dans la proto-géologie. Il est le premier à faire graver par un peintre professionnel des cartes de la Lune, et en se réérant à ces gravures, à commanditer en diverses parties de la Méditerranée des mesures précises lors d'éclipses. Une fois collectées ces mesures permirent de considérablement préciser les longitudes terrestres des villes où elles avaient été réalisées."

- Dire les différences : Quels usages des mémoires et de l'Histoire ?
Mireille Jacotin

- Mémoire versus Histoire
- Pour une nécessaire démarche interculturelle
- Le musée, comme lieu de partage des mémoires et des savoirs

"Les dimensions conflictuelles du patrimoine, ou plutôt même des patrimoines, interrogent bien évidemment nos pratiques et nos usages en tant que professionnels dans le secteur patrimonial, mais aussi nos usages en tant que citoyens du monde d'aujourd'hui, et ce, me semble-t-il, pour plusieurs raisons."

- Le sauvetage des archives : La naissance et les premières réalisations d'Archives sans frontières
Françoise Watel

- Naissance d'ASF : mars 2006
- Qui est Archiveros sin Fronteras ?
- ASF France. Se trouver. Réunir les bénévoles.
- Mettre en place les structures.
- Les statuts.
- L'organisation.
- Mettre en place un site Web.
- Trouver des adhérents.
- Se faire connaître.
- Les premières missions.
- Déontologie des missionnaires.
- Mission au Nigeria.
- Mission en Ethiopie.
- La mission dans les Territoires palestiniens : mise en place ; les archives de l'université de Bethléem et du collège des Frères ; A Jérusalem : Franciscains, soeurs de Saint Joseph.
- Les raisons d'intervenir pour ASF.

"Sauvegarder le patrimoine archivistique en danger de par le monde : vaste tâche à laquelle plusieurs institutions nationales, au premier plan desquelles la direction des Archives de France, ou internationales, sous l'égide de l'UNESCO, tentent déjà de répondre. Les circonstances qui peuvent mettre en danger les archives sont nombreuses : raisons climatiques, mauvaises conditions de conservation, qui livrent les papiers anciens aux ravages des insectes et/ou des moisissures, à la faveur de l'incurie des hommes ; manque de moyens notamment pour préserver certaines formes d'archives : supports audio-visuels, électroniques, même photographiques ; pénurie de locaux et surtout de locaux adéquats ; mais aussi raisons politiques, qui amènent à souhaiter la disparition d'archives qui pourraient compromettre, ou prouver des événements qu'on souhaite taire... On peut se contenter de nier leur existence, les cacher à la vue des citoyens et des historiens, on peut aussi les détruire. Les archives peuvent être une menace, elles sont aussi un enjeu. Mettre la main sur les archives de l'adversaire, ou à défaut les détruire pour e priver de la preuve de ses droits, s'est pratiqué de tout temps et en tous lieux. Pour exemple, rappelons que de nos jours encore la Russie restitue à l'Etat français les archives sélectionnées par les archivistes allemands sur ordre du Reich pendant la seonce guerre mondiale, emportées en Allemagne, puis récupérées par les forces alliées en 1944... Or, on se rend compte que les organisations gouvernementales et internationales ne peuvent pas, seules, répondre à toutes les demandes et agir dans tous les cas. En particulier, lorsqu'il s'agit de préserver des archives d'origine privée, leur action est difficile car elles n'ont pas d'autorité sur ce type d'archives. C'est pourquoi, lorsqu'une ONG, Archiveros sin fronteras, s'est formée en mai 1998 à l'initiaitve d'archivistes catalans, elle a rapidement été sollicitée pour de nombreuses actions."


- Le patrimoine du Tassili Azjer : richesse et développement
Nadjib Ferhat

- Présentation générale.
- Un patrimoine multimillénaire.
- Richesses végétales et animales.
- Richesses archéologiques.
- Richesses socioculturelles.
- L'action associative : l'inventaire des sites archéologiques et notamment rupestres ; la réhabilitation des Ksour de Djanet ; la remise en fonctionnement de puits de parcours mus par des éoliennes ; l'introduction et le développement du tissage au Tassili avec la confection du "tapis du Tassili"; la réhabilitation et l'amélioration de la fabrication du fromage de chèvre, le takamart ; la réhabilitation de l'imzad ; l'initiation de campagnes de reboisement dans les grandes agglomérations ; la formation d'éducateurs pour les randonnées écologiques ; la coordination d'un projet de biodiversité ; le rallye Paris-Dakar ; publications promotionnelles, divers.
- Conclusion.
"Situé à 1 500 km au sud du littoral méditerranéen, le Tassili des Azjer peut être assimilé à un vaste plateau orienté nord-ouest-sud-est à plus de 1 000 m d'altitude. Il s'étire sur quelque 700 kilomètres de long et une largeur qui varie de moins de 100 à plus de 200 kilomètres. A l'est il gagne la Lybie, au sud le Niger ; dans les deux cas il prend de nouvelles dénominations locales."


- Les Kurdistanî : L'affirmation d'un patrimoine historique et religieux multiple, au service d'une citoyenneté en construction
Sandrine Alexie

- Les Kurdistanî sous l'Irak de l'ancien régime et l'Anfal, la destruction quasi-totale d'une région, de ses populations et de son patrimoine : Les Kurdes : cible principale de l'Anfal ; les Assyro-Chaldéens.
- La reconstruction du Kurdistan, entre protection des minorités et patrimoines concurentiels : La politique des minorités, les yézidis, la renaissance du patrimoine chrétien au Kurdistan ; les patrimoines concurrentiels : le mythe mède des Kurdes, le mythe assyrien des chrétiens.
- L'Anfal, un patrimoine disputé entre l'Etat et les victimes, entre la société civile et le politique.
- Conclusion : La politique culturelle des minorités, une stratégie du régime en vue du référendum et la formation d'une citoyenneté "kurdistanî".

"Le Kurdistan d'Irak actuel s'étend au nord de l'Etat irakien, et a une frontière directe avec la Turquie et l'Iran. Sa dénomination officielle est Région du Kurdistan et son statut est celui d'une région fédérale depuis l'adoption par référendum de la Constitution irakienne, en octobre 2005. Il a donc son propre gouvernement régional, avec un Premier ministre et son cabinet, un président et un Parlement qui légifère avec des pouvoirs assez étendus par rapport au gouvernement de Bagdad, son drapeau, sa défense militaire (les peshmergas). Le partage de ses ressources pétrolières et d'autres points concernant ses rapports avec Bagdad sont toujours en discussion, mais on considère que depuis 1992, le Kurdistan jouit en fait d'une indépendance de facto, même si elle est tacitement éludée pour des raisons diplomatiques."




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs