Cette semaine coup de projo sur :Şivan Perwer




Si je n'en ai pas parlé jusqu'à maintenant c'est que je trouvais un peu couillon dans une rubrique destinée à faire connaître la musique kurde de "présenter" Şivan, tellement il est connu, même des non-Kurdes. Mais bon, à force on va croire que je le snobe, alors cette semaine ce sera quand même son tour.
Né en 1955 dans la provinde d'Urfa, il est à la fois un acteur historique du mouvement kurde et aussi le chantre de cette histoire. Il se fait connaître en 1972, lors des manifestations kurdes à l'université d'Ankara et ses chansons, qui passent très vite toutes les frontières, accompagnent la révolte des Kurdes d'Irak en 1975. L'année suivante, il doit fuir en Allemagne et depuis lors vit en Europe. Il revient au Kurdistan d'Irak après 1991, où il y donne un concert largement diffusé sur vidéo.
Ses thèmes embrassent absolument tous les thèmes kurdes, passés et contemporains : les chants d'amour, de combat, les appels politiques. Il a aussi mis en musique les poèmes de Cigerxwîn comme le fameux "Kî ne em ? " (Qui sommes nous ?). D'abord très marxiste, comme la plupart des patriotes kurdes des années 70, il est un temps sympathisant du PKK avant de se brouiller avec le Parti, ce que ce dernier ne lui a jamais pardonné, malgré quelques trêves vite brisées. Şivan a donc l'étonnant privilège de se produire sur scène en étant depuis des années sous la menace d'irruption de commandos apocî, ça et , avec parfois bris d'instrument et coups de poing. Comme ça, les fascistes turcs n'ont même pas à intervenir...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs