Cette semaine coup de projo sur : Seyid Elî Esxer Kurdistanî


Seyid Ali Exser (ou Asghar ou Asgar enfin toutes les variantes de transcription se trouvent) Kurdistanî est né en 1882 à Sine (Kurdistan d'Iran). Il est mort en 1936. On l'appelle parfois le "père de la musique kurde" et en tous cas c'est un des plus anciens dont les enregistrements ont sauvé la voix. Il a eu une grande influence sur beaucoup de chanteurs kurdes, et iraniens aussi puisque le poète et musicien Aref Qazvinî, le cotoya lors de son exil au Kurdistan. Il faut savoir qu'à l'époque être exilé au Kurdistan était courant, le Kurdistan, province sauvage et arriérée aux yeux des Persans devait être l'équivalent des îlesFalkland dans Le Meilleur des mondes, où l'on envoyait tous les intellectuels et artistes dissidents. Né deux ans avant notre chanteur, Aref Qazvinî mourut aussi deux avant lui dans la ville kurde de Hamadhan.
Seyid Ali Kurdistanî était un soufi et avait l'habitude de grimper en haut de la montagne d'Awiar, au dessus de la ville de Sine pour chanter, de façon à ce que tout le monde l'entende. Sa voix très aiguë, androgyne, rendrait jaloux n'importe quel castrat, (ce qu'il n'était pas, puisqu'il fut marié et père de famille). Ses chansons reprennent les thèmes classiques des soufis iraniens, souffrance, voyage, amour. Récemment son fils a expliqué à la radio iranienne que non son père ne chantait pas l'amour des filles, mais celui de Dieu, qu'on se le tienne pour dit (mais Dieu est le plus savant sur ces choses...). Ayant lui-même ajouté "Kurdistanî" à son nom, il était en tous cas très attaché à son pays natal.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs