Minorités en Islam et ethnies religieuses


Une définition de l'ethnie élargie au religieux qui a une certaine pertinence quand on songe à l'imbroglio juridique et politique des minorités religieuses et/ou ethniques dans la constitution kurdistanî, au sujet duquel lequel Human Rights Watch s'est vautré au sujet des yézidis, et qui éclairent aussi les batailles furieuses dans la dénomination des chrétiens d'Irak, entre la volonté du patriarcat de maintenir la distinction ethnique entre chaldéens catholiques et assyriens, et les laborieux efforts de réunification avec ou sans guillemets :

Les sectes religieuses, dans leur immense majorité, et en tout cas dans toutes les sociétés de type traditionnel, ont en effet un caractère d'ethnie. Ce sont des désignations connues, et généralement acceptées. Lorsqu'elles sont refusées, dans le cas de sectes clandestines, elles sont le plus souvent connues ou du moins soupçonnées des populations environnantes. Ce n'est guère que dans des sociétés très laïcisées, comme les sociétés urbaines occidentales, que l'appartenance religieuse perd sa valeur ethnique. À Paris, nous ne savons pas d'ordinaire si telle ou telle de nos relations professionnelles est catholique, protestante ou agnostique. Son comportement général ne l'indique pas. En Alsace rurale, tout le monde sait encore si telle ou telle personne est catholique, protestante ou israélite. À plus forte raison en est-il de même en Ulster des catholiques et des protestants. L'appartenance religieuse y est le fondement d'une véritable ethnie. Il en est de même dans l'ensemble du Monde islamique.

Xavier de Planhol, Minorités en Islam : Introduction.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs