Accéder au contenu principal

1201-2015 : Vie et mort du minaret de Sindjar

Friedrich Sarre, source Archnet


Le 23 mars, des agences de presse locales et des sources émanant de Peshmergas ont fait part de la destruction du minaret médiéval  de Sindjar par des groupes de Daesh, lors d’une attaque contre les troupes kurdes dans cette ville. Selon Iraqi News, des terroristes de l’État islamique ont fait sauter ce minaret, ainsi que des bâtiments adjacents.

Selon les témoignages sur place, il ne s’agit pas de dégâts collatéraux s’étant produit lors d’un échange de feu, mais d’une action délibérée de Daesh, dont les militants ont rempli la base de ce minaret d’un grand nombre d’explosifs avant de le faire sauter, ainsi que des habitations du centre-ville, appartenant toutes à des yézidis.

La destruction du minaret a été rapidement confirmée par le commandant de la 4ème brigade de Peshmerga déployée à Sindjar, Issa Zeway, indiquant que les destrictions à l’explosif perpétrées par l’EI dans ce secteur avaient commencé dès l’aube. 

Siyamend Hemo, un membre d’une milice locale yezidie, a également confirmé la destruction au journal Ara News.

Le minaret de Sindjar était le plus ancien monument de la ville, avec la tombe de Sayida Zeynab, détruite, elle, en août 2014, dès la prise de la ville par Daesh. Mais si les tombes et les lieux de pèlerinage impliquant de pieux personnages – même de l’islam – ou des prophètes – comme le mausolée de Jonas à Mossoul –, ont été détruits comme impie par Daesh, le minaret de Sindjar, même si les yézidis l’ont utilisé pour leurs propres cérémonies, est un monument on ne peut plus « orthodoxe » du point de vue de la stricte sharia sunnite, puisqu’il faisait partie d’une madrassa (hanafite ou shaféite) maintenant disparue, fondée par l’atabeg de Mossoul Qutb ad Din Mahmud Imad al Din ibn Aqsunqur Zangi. Le minaret lui, est plus ancien, et a peut-être été érigée sous la dynastie arabe des Uqaylides, entre 990 et 1095. Il fut restauré sur ordre de l’atabeg zangide, comme l’atteste une inscription portant la date de 598 H/1201-1202.

Ce minaret était, en tout cas, caractéristique de cette architecture de la Djezireh médiévale, avec son appareil de briques et de gypse (djuss) et son tronc cylindrique (dont le sommet s’était effondré) sur une base octogonale (qui avait été restaurée dans les années 1960). Cinq pans de cette base seulement étaient décorés, 3 autres pans étant laissés à nu, sans doute parce qu’ils étaient attenants à la madrassa ou englobés dans les deux murs du bâtiment, murs dont les traces pouvaient être encore relevées au début du XXº siècle. Le décor de chaque pan consistait en un rectangle souligné par une frise de briques, encadrant deux niches superposées en étage, ayant la forme d’un arc persan lui-même surmonté d’un décor de briques évoquant deux pseudo-colonnettes à linteau droit. 


Friedrich Sarre, Archnet



L’intérieur du minaret ne présentait aucune trace d’un escalier intérieur, ce qui laisse supposer qu’on accédait au balcon par le toit de la madrassa, même s’il était percé d’une porte au nord.



Minaret de Sindjar, Max van Berchem, 1911


Le grand spécialiste allemand de l’épigraphie et de l’architecture musulmane, Max Van Berchem avait tracé, en 1911, un dessin et des plans fort précis de sa structure et ses motifs, alors qu’il était en bien meilleur état. Le non moins célèbre historien d’art islamique britannique, K. A. C. Creswell, le mentionne également dans son étude sur l’évolution du minaret islamique, le citant avec celui bâti sous Gökburi à Erbil (qui existe toujours, dans le Minare Park, et qui était lui aussi attenant à une madrassa) comme exemples pionniers en Mésopotamie de ces minarets cylindriques sur base octogonale (solution plus "élégante" selon Creswell, que les bases carrées), dont on voit le premier exemple connu à Ispahan en 1107, et qui apparaît pour la première fois à Erbil entre 1148 et 1190 et à Sindjar en 1201. 


Minaret d'Erbil, Max Van Berchem, 1911


Le décor était non figuratif, avec une inscription courant sur la base du balcon séparant la base octogonale du cylindre et les petites niches contenaient un décor d’étoiles à 8 branches. Austen Layard mentionne des traces de carreaux colorés (probablement à glaçure turquoise). Trois des niches comportait la Fatiha (la sourate d’ouverture du Coran, ce qui laisse penser que les vaillants djihadistes de Daesh ne sont guère versés en épigraphie coufique pour avoir fait exploser leur propre livre sacré.

Au-dessus du balcon, la partie supérieure cylindrique comprenait des ouvertures en  forme d’arc brisé, sous d’autres frises à décor géométrique (frises grecques, étoiles à huit branches, losanges imbriqués).

En plus de faire l’objet de relevés portant sur l’étude d’histoire de l’art islamique, le minaret de Sindjar fut mentionné, admiré et photographié par de nombreux voyageurs occidentaux, comme Sir Austen Henry Layard en 1850 (l’artiste Frederick Cooper le dessina lors de sa deuxième expédition), qui le décrit comme un splendide minaret, de très belles proportions malgré son sommet manquant ou Gertrude Bell qui le photographia en 1911. 


Le minaret de Sindjar était donc un des derniers vestiges de ce que fut la beauté architecturale de Sindjar, que l’historien persan Al-Qazwini avait surnommé « le petit Damas ». Il est paradoxal que les monuments à l’origine musulmans de la ville ont été respectés par sa population yézidie, qui les a intégrés à son propre patrimoine, et que c’est sous les coups de prétendus combattants du Djihad que disparaît un des jalons importants de l’architecture islamique médiévale en Djezireh.

Lire aussi Sindjar, Encyclopédie de l'islam, Leyde, 2005.

Max Van Berchem, Archäologische Reise im Euphrat- und Tigris-Gebiet, von Friedrich Sarre und Ernst Herzfeld. Mit einem Beitrage Arabische Inschriften, von Max Van Berchem, 1911

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs

Le Kurdistan est une mixture unique de différents groupes ethniques et cultures : Kurdes musulmans, Kurdes yézidis, Turkmènes musulmans, Arméniens, Assyro-Chaldéens chrétiens de langue araméenne, et Juifs de langue araméenne. La cuisine traditionnelle chrétienne n'est pas substantiellement différente de celle des Kurdes. Ainsi, les animaux sont égorgés selon le rite islamique. Les chrétiens, cependant, mange de la viande de porc, soit importée soit venant de sangliers chassés dans les montagnes. De plus, les chrétiens réclament comme les sucreries traditionnelles kulîçe, servis à Noël et dans des occasions importantes, mais communes dans toute la région.
Muhammad n'a pas posé d'objection à ce que musulmans, juifs et chrétiens mangent ensemble. Il en résulte qu'un musulman pratiquant peut acheter sa nourriture dans une boutique tenue par un juif ou un chrétien. Si un nom divin autre que celui d'Allah a été prononcé pendant que l'animal a été abattu, les musulma…