Accéder au contenu principal

Le patrimoine culturel en danger au Kurdistan


Samedi 8 février, à 16 heures, l'Institut kurde de Paris est heureux de vous inviter à une rencontre-débat dédiée à la préservation du patrimoine culturel au Kurdistan mis en danger par les nouveaux développements urbains.

Le Patrimoine culturel en danger au Kurdistan



 Batman : culture, patrimoine, conflits et résistanc

 Jonas Ramuz (EHESS, HEC Paris) 

Dans le cadre du conflit opposant une partie de la population kurde à l’État turc à Batman, interroger la mise en oeuvre des politiques publiques de la culture et du patrimoine permet d’éclairer la réalité de la résistance complexe de la société locale.


Transformations urbaines au cœur de la ville d’Erbil. Un patrimoine sauvegardé, des patrimoines en danger

Nadia Ramchand Motwani (Master 2 en Histoire de l'Art et Archéologie à la Sorbonne-Paris I ; Master 2 Pro Patrimoines, Musées et Multimédia à Poitiers).

À l’aube de la nomination de la citadelle d’Erbil sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, la capitale du Kurdistan irakien se transforme progressivement. Le tissu urbain historique de la ville est le premier témoin des prémices de mutation urbaine réversible ou non. Quel constat peut-il être fait sur les aboutissants d’une valorisation d’un bien patrimonial inscrit dans une zone historique, elle-même importante pour la lecture de l’ensemble du patrimoine urbain de la ville ?


Amadiyya : un site exceptionnel à promouvoir et sauvegarder

Sandrine Alexie (diplôme d’Histoire générale de l’Art option Histoire des arts de l’Islam  et diplôme de muséologie à l’École du Louvre ), Institut kurde de Paris.

L’antique ville-citadelle d’Amadiyya fut, au cours des siècles, la capitale kurde du Behdinan, le siège d’un évêché et un centre spirituel juif de premier ordre. 
De ce passé prestigieux, restent d’importants vestiges à préserver et promouvoir, ainsi qu’un terrain de fouilles prometteuses qui en apprendrait beaucoup sur l’histoire du Kurdistan et de ses multiples communautés. L’essor touristique inévitable de la région, due à l’exceptionnelle beauté de son site, devrait être encadré et non découragé, afin que les constructions et les infrastructures nécessaires s’harmonisent avec les traditions architecturales et l’environnement naturel.  Pour cela, une campagne d’information et de sensibilisation auprès des habitants les aideraient à prendre conscience de l’importance de la revalorisation, de la restauration et de la protection de leur patrimoine. 

 Institut kurde de Paris, 106 rue La Fayette, 75010, Paris. Entrée libre.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde