Accéder au contenu principal

Rencontres d'Averroès : Islams d’Europe, montée des tensions ou reconnaissance mutuelle ? et un « rendez-vous des civilisations », utopie sans lendemain ou promesse d’avenir ?

Rencontres d'Averroès : Tables rondes, Marseille.

Samedi 19 novembre, auditorium du parc Chanot :

– 10 h - 12 h : Deuxième Table ronde.

Islams d'Europe, montée des tensions ou reconnaissance mutuelle ?

"La présence des musulmans en Europe n’est pas un fait nouveau. Elle existe depuis de nombreux siècles, même si cela est resté enfoui ou dénié, comme en témoignent les travaux des historiens. Au cours du XXe siècle, et singulièrement après la deuxième guerre mondiale avec les « Trente glorieuses » et les besoins de main d’œuvre liés à la reconstruction et à l’industrialisation de l’Europe, on a assisté à un changement d’échelle et à une demande croissante de « travailleurs immigrés ». 
Les « trois âges de l’immigration » s’étant accomplis, le mythe du retour évanoui et l’installation durable de familles venant de pays majoritairement musulmans advenue, la donne a profondément changé au cours de ces trente dernières années. Des Islams d’Europe ont ainsi peu à peu vu le jour, principalement en France, en Grande-Bretagne et en Allemagne, puis en Italie, en Belgique, aux Pays-Bas, comme en Suisse, au Danemark ou en Suède. La présence des musulmans n’est plus un phénomène extérieur à l’Europe, elle est devenue une réalité intérieure à l’Europe, ce qui modifie profondément les perceptions. D’autant plus que l’émergence des Islams d’Europe a été contemporaine de la montée en puissance d’un islam politique, souvent conflictuel, de la révolution islamique iranienne en 1979 aux attaques terroristes du 11 septembre 2001 à New-York, prolongées par les attentats de Madrid et de Londres qui ont créé un climat de défiance et de peur. La crise des caricatures au Danemark, l’assassinat de Theo Van Gogh aux Pays-Bas, le referendum sur les minarets en Suisse, les controverses sur le port du voile et de la burqa en France, ou le retentissant succès du livre de Thilo Sarrazin en Allemagne… autant d’éléments qui ont renforcé les incompréhensions et instauré une forme de stratégie de la tension. 
Peut-on, dans ces conditions, tenter de mieux comprendre ce qui se joue, à l’échelle européenne, dans les relations à l’Islam ? Assiste-t-on, dans les différentes sociétés européennes, comme semble l’indiquer le sondage Ifop « regard croisé France / Alllemagne à propos de l’Islam » à des phénomènes de repli voire de rejet ? S’agit-il de phénomènes circonstanciels, et donc passagers, ou de tendances lourdes ? La focalisation, volontiers relayée par les médias, sur les échecs de l’intégration ne masque-t-elle pas d’autres réalités, moins visibles et plus encourageantes ? Des formes de reconnaissance mutuelle ne sont-elles pas en train de naître ? Des Islams européens, inscrits dans des trajectoires plus individuelles et dans des sociétés profondément sécularisées, ne voient-ils pas le jour ? Le prisme religieux est-il la bonne façon d’appréhender les transformations sociales et culturelles en cours ? Un « monde commun », loin des différences culturelles et religieuses, largement soulignées, est-il en train de prendre forme dans la culture au quotidien ? Qu’en est-il par exemple des mariages mixtes ? Existe-t-il des convergences dans les pratiques ou les distances sont-elles de plus en plus marquées ? Vers quelles polarités s’oriente-t-on dans les relations entre l’Europe et l’Islam, la liberté ou la peur ? [Thierry Fabre] 
Les intervenants : Animée par Florian Delorme [France Culture] avec Farida Belkacem, chercheuse à l'IRIS - Institut de Relations Internationales et Stratégiques, ses travaux portent sur la question de l’Islam en Europe ; Rasmus Boserup, sociologue, chercheur à l’Institut danois d’études internationales ; Patrick Haenni, politologue, auteur de nombreuses études sur les processus d’islamisation en Egypte, au Soudan, au Maroc, au Yémen, en Afghanistan ainsi que dans les populations musulmanes d’Occident ; Margarete Spohn, sociologue, spécialisée dans l’éducation interculturelle, travaille aujourd’hui au département des affaires interculturelles de Munich.

– 15 h - 17 h : Troisième  table ronde :
Un « rendez-vous des civilisations », utopie sans lendemain ou promesse d’avenir ? 

 "« Nous ne savons pas ce qui se passe, et c’est cela qui se passe », observait le philosophe Ortega Y Gasset. Justement, qu’est-il en train de se passer sous nos yeux, d’une rive à l’autre de la Méditerranée ? Assiste-t-on à un bouleversement du monde ? Quelle est la portée des révolutions arabes ? Sont-elles annonciatrices de changements profonds dans le monde de l’Islam méditerranéen, depuis longtemps travaillé par des courants obscurantistes ? Sommes-nous réellement entrés dans un temps post-islamiste, dont la disparition d’Oussama Ben Laden serait un des signes les plus manifestes de changement d’époque ? Quel est, dans ce nouveau contexte historique, l’impact du conflit persistant entre Israël et Palestine ? Peut-il être plus facilement surmonté ? Les chemins de la paix peuvent-ils être retrouvés dans le climat nouveau inspiré par les révolutions arabes ? Les processus politiques et électoraux en cours vont-ils plutôt conforter les mouvements obscurantistes ? Ou les forces démocratiques, portées par des jeunes générations qui rêvent de liberté, de dignité et d’un autre avenir, vont-elles s’imposer ? Comment l’Europe peut-elle conforter les processus démocratiques en cours ? Mais de quelle Europe s’agit-il, alors que son projet s’essouffle et que la cohésion entre Europe du Nord et Europe du Sud ne semble plus tout à fait assurée, à l’heure où les tensions sont vives et les mouvements sociaux nombreux à l’occasion de la crise financière en Grèce, en Espagne et au Portugal ?... 
Dans ces conditions, volontiers troubles, un « rendez-vous des civilisations » entre l’Europe et l’Islam est-il pensable voire possible ? Sur quelles bases ? À partir de quelles constructions d’ensemble et de quelles convergences d’intérêts ? L’horizon d’un grand projet autour de la Méditerranée, dont les acteurs culturels et de la société civile seraient les initiateurs, est-il une utopie sans lendemain ou une promesse d’avenir ? Quels visages peuvent prendre les relations entre l’Europe et l’Islam au XXIe siècle ? La liberté ou la peur ?... "[Thierry Fabre]

Les intervenants :   Animée par Thierry Fabre avec Alaa El Aswany, écrivain égyptien, auteur de L'Immeuble Yacoubian, paru en 2002 chez Actes Sud, observateur et acteur très engagé dans les bouleversements de son pays ; Fethi Benslama, psychanalyste tunisien de langue française, vivant à Paris, professeur à l'Université de Paris VII où il dirige l'UFR de Sciences humaines cliniques ; Michel Foucher, directeur de la formation, des études et de la recherche de l’Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale - IHEDN, professeur des universités, géographe et diplomate.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde