le Perdant radical : la foi chancelante du terroriste

On remarque également que très peu de terroristes sont issus de milieux fondamentalistes. Cela éclaire le rôle idéologique de la religion. En tant qu'observateur extérieur, on ne peut risquer ici que des hypothèses. De nombreux éléments laissent toutefois supposer que l'attachement religieux des terroristes n'est pas si profond que cela. "Une telle foi chancelante se double toujours de l'exhortation à l'obéissance la plus stricte. Elle ne connaît pas de compromis et se vexe d'un rien. Comme elle n'est pas tout à fait sûre d'elle-même, elle doit s'appuyer sur l'autorité ou le passage à l'acte." (Wolfgang Sofsky, "Mob der Frommen", in Die Welt, 15 février 2006).
Hans Magnus Ezensberger, Le Perdant radical, XIV.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs