Elections irakiennes : rien de bien nouveau depuis 2005

Les élections provinciales en Irak, le mois dernier, se sont déroulées sans grande surprise puisque l'on avait pris soin d'écarter d'emblée du calendrier la province source de tous les soucis arabo-kurdes, à savoir Kirkouk. Hormis cela, peu de changements par rapport à 2005, sauf la fin du boycott sunnite. Cette fois-ci, l'ancienne minorité régnante de l'Irak aura compris comment ne plus se faire écarter du pouvoir, sans pourtant obtenir la majorité sur tout le pays, évidemment.

On a présenté dans plusieurs journaux la victoire de la liste du Premier ministre Nouri al-Maliki comme un triomphe dans tout l'Irak. Or si l'on regarde le détail du scrutin, non province par province - celles-ci ayant été découpées et recousues par Saddam de façon à fragmenter les particularismes locaux - mais zone ethnique par zone ethnique ou confessionnelle, on voit que depuis 2005, rien n'a changé. Les chiites votent chiite, les sunnites sunnites les Kurdes et les chrétiens votent pour leurs listes (souvent alliées).

Le seul suspens concernait la liste politique qui allait l'emporter parmi les chiites. La victoire incontestable de Maliki, alors qu'il est très attaqué pour ses velléités de pouvoir personnel par toute la classe politique irakienne, tient peut-être, comme disent certains, à ce que disposant des services de l'Etat et de l'appareil du pouvoir, il a pu faire campagne plus aisément. Mais son image d'indépendance par rapport aux listes religieuses et aux milices pro-iranienne, ainsi que sa posture "d'Irakien national unificateur de l'Etat" (comprendre toujours dans ce cas "pro-Arabe et centralisateur face aux Kurdes") a pu jouer. 10 sur 14 des provinces votant ont donc été remportées par son Parti Da'wa, sachant que les seules provinces potentiellement contestataires à voter en février étaient les provinces sunnites, qui comprennent dans leur zones des districts arabes sunnites et des districts kurdes (Khanaqin, Makhmur) ou kurdes, shabaks, chrétiens, yézidis dans le cas de Ninive, Sinjar, Sheikhan.

Ainsi, dans les provinces à majorité arabe sunnite, comme la Diyala ou Ninive-Mossoul, si l'on regarde la totalité des votes pour l'ensemble des provinces, les Sunnites l'emportent, car Saddam avait découpé ces régions de telle sorte que les Kurdes et les chrétiens soient répartis dans des ensembles régionaux arabes. Par contre, les districts kurde de la Diyala comme Khanaqin, ont voté pour l'Alliance kurde à près de 97%. A Mossoul, les Arabes sunnites nationaliste l'emportent sur la rive droite, tandis que sur la rive gauche et au nord, la coalition kurdo-chrétienne fait front, au grand dam de certains groupes assyriens pro-Baath minoritaires, qui avaient fait campagne sur le thème "les Kurdes tueurs de chrétiens". La récente visite de Massoud Barzani au Vatican, accompagné de son ancien ministre des Finances, Sarkis Aghajan, un chrétien, n'a guère conforté le micro-lobby assyrien anti-kurde, soutenu, dit-on, autant par la Turquie et le Front turkmène que par les anciens du Baath. Etait aussi présent Albert Yelda, le représentant des Syriaques auprès du Vatican (et accessoirement membre du parti de Barzani, qui a toujours compris beaucoup de chrétiens à de hauts postes et ce depuis l'époque du grand-père). Certains media assyriens plutôt douteux avaient interprété le retrait de Sarkis de son poste de façon alarmiste (en gros tué par les Peshmergas) alors que celui-ci était tout simplement malade et se soignait en Turquie. Quoi qu'il en soit, sa réapparition au Vatican à moins d'être un miracle de Carême, a coupé court à ces rumeurs.

Les élections à Kirkouk devraient être organisées au cours de l'année mais l'application de leurs résultats n'est pas garantie du tout, des mouvements arabes et turkmènes réclamant avant le scrutin que les sièges du gouvernorat soient répartis entre les trois communautés à égalité, ce qui d'emblée, prive de sens toute élection. Ou bien, les mouvements de troupes irakiennes qui actuellement tentent d'encercler Kirkouk s'attacheront à résoudre la question autrement que par les urnes. Car cette immuabilité des votes laisse augurer que les prochaines élections de Kirkouk donneraient, comme il y a 4 ans, la victoires aux Kurdes, chaque faction ethnique ou religieuses campant sur ses positions dès le début. Mais, signe peut-être d'un début de règlement, le gouvernement irakien vient d'annoncer la tenue d'un futur recensement de la population dans tout le pays. Le recensement étant l'étape préliminaire indispensable à la tenue d'un référendum dans les régions kurdes ayant vocation à être rattachée au GRK, la première partie du processus prévu par l'article 140 serait donc remplie. Cela dit, comme cela concerne aussi la répartition, par le gouvernement fédéral, des revenus des ressources naturelles du pays par province, en fonction de leur démographie, un tel recensement ne peut plus être retardé indéfiniment, même à Kirkouk.

En attendant, le Gouvernement régional du Kurdistan prépare lui aussi une loi électorale pour la tenue de ses élections, législatives le 19 mai, et régionales vers la fin de l'année. Jusqu'ici, les élections au Kurdistan (depuis 1992) ne sont guère haletantes, c'est invariablement PDK-UPK à presque 50/50 (le presque étant parfois générateur de guerre civile). Mais Erbil n'entend pas faire comme si jamais les régions revendiquées ne reviendraient au Kurdistan, et les dispositions réservant des sièges aux minorités ont été ainsi confirmées et pourraient être revues à la hausse, puisque cela amènerait un nouvel afflux de chrétiens et de Turkmènes dans la Région. Il a donc été décidé qu'en l'état, 5 sièges leur seraient alloués d'office pour le moment au Parlement mais que ce nombre sera augmenté en cas de rattachement des autres régions, peut-être pas autant que le souhaite le Front turkmène irakien, qui se présente volontiers comme la seconde nation en nombre du Kurdistan et réclame ainsi un tiers des sièges à Erbil, rien que ça... Les leaders turkmènes intra GRK, qui s'étaient dit satisfaits de ces 5 sièges "pour commencer" ont été d'ailleurs désavoués par le Front turkmène de Kirkouk, qui a qualifié leur propos de "points de vue personnels". Du coup, ça ne fait très ordonné dans ce parti et on ignore si le Front turkmène va participer ou non aux législatives kurdes, ou bien si le bureau central de Kirkouk va ordonner un boycott (et pouvoir l'imposer).

Autre suspens (léger) la crise interne qui frappe l'UPK, après la démission de 4 membres éminents du Bureau politique, qui souffre depuis longtemps, dixit ses membres, de "manque de démocratie et de transparence, va-t-elle amoindrir son score, et doper la liste de Nawshirwan Mustafa (un autre ancien membre de l'UPK qui a lui aussi démissionné) qui va faire campagne principalement contre la corruption ? Les partis islamistes (dont on entend toujours prévoir la montée en puissance depuis 1992 mais qui ne dépassent jamais quelques pour cent ne sont pas vraiment une menace. Quant au PCKD, l'antenne irakienne du PKK, il n'a pas droit de cité au GRK et ne pourra participer aux élections car interdit. Il est vrai que les manifestations de quelques dizaines de militants appelant à la libération d'Öcalan ne sont pas vraiment du goût du GRK en pleine manoeuvre de réconciliations-négociations avec Ankara et alors qu'une force tripartite (USA/Turquie/Irak) s'installe à Erbil dans l'espoir d'éradiquer définitivement les bases de Qandil.

En tout cas, toujours désireux d'afficher une vitrine exemplaire devant l'Occident, les ONG et le mouvements féministes, le Parlement a prévu un quota féminin obligatoire qui tournera autour de 25 ou 30%, peut-être pour revenir enfin sur la loi permettant la polygamie ou effacer sa mauvaise image de pays polygamme exciseur. Enfin, signe que la page de la période "autonomie de facto" qui avait débuté en 1992 est bien tournée, le nom officiel du Parlement d'Erbil n'est plus "Conseil national" mais Parlement du Kurdistan d'Irak.




N'ont pas voté : les 3 provinces du Gouvernement régional kurde (Duhok, Erbil, Sulaïmanieh) et Kirkouk (At-Tamin sur la carte).

Gouvernorat de Bagdad :

* Dawa - Etat de droit (Liste d'Al Maliki) : 38% - 28 sièges sur 55
* Tawafuq - Front de l'accord irakien (principal parti sunnite): 9.0% - 7 sièges
* Sadr - Liste du mouvement indépendant libre, (soit parti de Moqtada Al-Sadr) : 9.0% - 5 sièges
* Liste irakienne nationale (alliance laïque sunnites-chiites qui a rassemblé notamment deux anciens Premiers ministres, Allwai (chiite) et Yawer (sunnite)) :8.6% - 5 sièges
* Rassemblement pour le projet irakien (sunnite) : 6.9% - 4 sièges
* Al-Mehrab ou Liste des Martyrs (parti chiite de l'ayatollah Al-Hakim): 5.4% - 3 sièges
* Mouvement de la réforme nationale (le parti de l'ancien Premier ministre chiite Jafaari) : 4.3% - 2 sièges

Gouvernorat d'Al-Anbar (province à majorité sunnite)

* Rassemblement pour le projet irakien (sunnite) : 17.6% - 6 sièges of 29
* Sahwa - Coalition du réveil irakien (milices tribales sunnites, tantôt utilisées par Maliki contre les Kurdes à Kirkouk, tantôt tentée de reprendre leurs activités insurgées) : 17.1% - 6 sièges
* Tribus et Coalition éduquée pour le Développement: 15.9% - 6 sièges
* al-Hal - Mouvement national pour le développement et la réforme : 7.8% - 3 sièges
* Liste irakienne nationale (alliance laïque sunnites-chiites qui a rassemblé notamment deux anciens Premiers ministres, Allwai (chiite) et Yawer (sunnite)) : 6.6% - 2 sièges
* Liste irakienne de l'unité nationale : 4.6% - 2 sièges
* Tribus de la Liste irakienne : 4.5% - 2 sièges
* Intellectuels et universitaires irakiens : 3.2% - 1 siège
* Mouvement national de la Justice : 3.2% - 1 siège
* Bloc de la Patrie unique indépendante : 2.7% - 1 siège

Gouvernorat de Babil (province mixte chiite-sunnite )

* Dawa - Etat de droit (Liste d'Al Maliki) :12.5% - 7 sièges sur 30
* Al-Mehrab ou Liste des Martyrs (parti chiite de l'ayatollah Al-Hakim) : 8.2% - 5 sièges
* Sadr - Liste du mouvement indépendant libre, (soit parti de Moqtada Al-Sadr) : 6.2% - 3 sièges
* Mouvement de la réforme nationale (le parti de l'ancien Premier ministre chiite Jafaari) : 4.4% - 2 sièges
* Commission irakienne pour des organisations de la société civile indépendantes : 4.1% - 2 sièges
* Association pour une Justice indépendante : 3.7% - 2 sièges
* Bloc indépendant Ansar : 3.4% - 2 sièges
* Liste irakienne nationale (alliance laïque sunnites-chiites qui a rassemblé notamment deux anciens Premiers ministres, Allwai (chiite) et Yawer (sunnite)) : 3.4% - 2 sièges
* Unité nationale indépendante : 3.0% - 2 sièges
* Civils : 2.3% - 1 siège
* Tawafuq - Front de l'accord irakien (principal parti sunnite) : 2.3% - 1 siège

Gouvernorat de Basra (province à majorité chiite)

* Dawa - Etat de droit (Liste d'Al Maliki) : 37.0% - 20 sièges sur 34
* Al-Mehrab ou Liste des Martyrs (parti chiite de l'ayatollah Al-Hakim) :11.6% - 5 sièges
* Rassemblement pour le projet irakien (sunnite) :5.5% - 2 sièges
* Sadr - Liste du mouvement indépendant libre, (soit parti de Moqtada Al-Sadr) : 5.0% - 2 sièges
* Parti islamique (parti sunnite, coalisé avec Maliki) : 3.8%- 2 sièges
* Liste irakienne nationale (alliance laïque sunnites-chiites qui a rassemblé notamment deux anciens Premiers ministres, Allwai (chiite) et Yawer (sunnite)) : 3.2% - 2 sièges
* Fadhila ou Parti de la vertu islamique (allié des Sadristes) : 3.2% - 1 siège
* Mouvement de la réforme nationale (le parti de l'ancien Premier ministre chiite Jafaari) :2.5% - 1 siège

Gouvernorat de la Diyala : (majorité sunnite, avec Khanaqin et Makhmur, des districts kurdes rattachés par Saddam et faisant partie des régions revendiquées par le GRK)

* Tawafuq - Front de l'accord irakien (principal parti sunnite): 21.1% - 7 sièges sur 29
* Alliance du Kurdistan : 17.2% - 6 sièges
* Rassemblement pour le projet irakien (sunnite) : 15.0% - 5 sièges
* Liste irakienne nationale (alliance laïque sunnites-chiites qui a rassemblé notamment deux anciens Premiers ministres, Allwai (chiite) et Yawer (sunnite)) :: 9.5% - 3 sièges
* Dawa - Etat de droit (Liste d'Al Maliki) :6.0% - 2 sièges
* Alliance nationale Diyala : 5.3% - 2 sièges
* Mouvement de la réforme nationale (le parti de l'ancien Premier ministre chiite Jafaari) : 4.3% - 1 siège
* Sadr - Liste du mouvement indépendant libre, (soit parti de Moqtada Al-Sadr) : 5.0% - 2 sièges 3.1% - 1 siège
* al-Hal - Mouvement national pour la réforme et le développement : 2.6% - 1 siège
* Fadhila ou Parti de la vertu islamique (allié des Sadristes) : 2.3% - 1 seat

Gouvernorat de Dhi Qar : (province à majorité chiite)

* Dawa - Etat de droit (Liste d'Al Maliki) :23.1% - 13 sièges sur 31
* Sadr - Liste du mouvement indépendant libre, (soit parti de Moqtada Al-Sadr) :14.1% - 7 sièges
* Al-Mehrab ou Liste des Martyrs (parti chiite de l'ayatollah Al-Hakim) : 11.1% - 5 sièges
* Mouvement de la réforme nationale (le parti de l'ancien Premier ministre chiite Jafaari) : 7.6% - 4 sièges
* Fadhila ou Parti de la vertu islamique (allié des Sadristes) : 6.1% -
* Parti irakien constitutionnel : 3.2%
* Liste irakienne nationale (alliance laïque sunnites-chiites qui a rassemblé notamment deux anciens Premiers ministres, Allwai (chiite) et Yawer (sunnite)) : 2.8%
* Union indépendante de Dhi Qar : 2.2% - 2 sièges
* Bloc national indépendant pour les tribues et les intellectuels d'Irak: 2.0% -

Gouvernorat de Karbala (majorité chiite)

* Youssef Mohammed al-Haboubi: 13.3% - 6 sièges sur 27
* Amal / Espoir des Rafidaïn : 8.8% - 4 sièges
* Dawa - Etat de droit (Liste d'Al Maliki) :8.5% - 4 sièges
* Sadr - Liste du mouvement indépendant libre, (soit parti de Moqtada Al-Sadr) : 6.8% - 3 sièges
* Al-Mehrab ou Liste des Martyrs (parti chiite de l'ayatollah Al-Hakim) : 6.4% - 3 sièges
* Rassemblement pour la Justice et la réforme : 3.6% - 2 sièges
* Mouvement de la réforme nationale (le parti de l'ancien Premier ministre chiite Jafaari) : 2.5% - 1 siège
* Fadhila ou Parti de la vertu islamique (allié des Sadristes) : 2.5% - 1 siège
* Rassemblement national pour les tribus d'Irak- Sainte Karbalah : 2.3% - 1 siège
* Conseil indépendant des chefs tribaux et des figures prééminentes du gouvernorat de Karbalah : 2.2% - 1 siège

Gouvernorat al-Qadisiyyah : (majorité chiite)

* Dawa - Etat de droit (Liste d'Al Maliki) :* Dawa - Etat de droit (Liste d'Al Maliki) : 23.1% - 9 sièges sur 28
* Al-Mehrab ou Liste des Martyrs (parti chiite de l'ayatollah Al-Hakim) : 11.7% - 4 sièges
* Mouvement de la réforme nationale (le parti de l'ancien Premier ministre chiite Jafaari) : 8.2% - 3 sièges
* Liste irakienne nationale (alliance laïque sunnites-chiites qui a rassemblé notamment deux anciens Premiers ministres, Allwai (chiite) et Yawer (sunnite)) : 8.0% - 3 sièges
* Sadr - Liste du mouvement indépendant libre, (soit parti de Moqtada Al-Sadr): 7% - 3 sièges
* Parti de la loyauté islamique : 4.3% - 2 sièges
* Fadhila ou Parti de la vertu islamique (allié des Sadristes) : 4.1% - 2 sièges
* Bloc indépendant des tribus unies de la Diwaniya : 3.4% - 1 sièges
* Conférence nationale irakienne : 3.0% - 1 siège
* Civils: 2.3%
* Parti constitutionnel irakien : 2.2%

Gouvernorat de Maysan : (majorité chiite)

* Dawa - Etat de droit (Liste d'Al Maliki) : 17.7% - 8 sièges sur 27
* Sadr - Liste du mouvement indépendant libre, (soit parti de Moqtada Al-Sadr): 15.2% - 7 sièges
* Al-Mehrab ou Liste des Martyrs (parti chiite de l'ayatollah Al-Hakim) : 14.6% - 7 sièges
* Mouvement de la réforme nationale (le parti de l'ancien Premier ministre chiite Jafaari) : 8.7% - 4 sièges
* Fadhila ou Parti de la vertu islamique (allié des Sadristes) : 3.2% - 1 siège
* Front de la modération nationale : 2.5%
* Parti constitutionnel irakien : 2.5%
* Liste irakienne nationale (alliance laïque sunnites-chiites qui a rassemblé notamment deux anciens Premiers ministres, Allwai (chiite) et Yawer (sunnite)) : 2.3%
* Hezbullah d'Irak : 2.3%
* Mihaniyoun / Professionnels: 2.3%
* Qualifiés de Maysan : 2.2%
* Liste indépendante des Fils de l'Iraq: 2.2%

Gouvernorat de Muthanna : (majorité chiite)

* Dawa - Etat de droit (Liste d'Al Maliki) :10.9% - 4 sièges sur 26
* Al-Mehrab ou Liste des Martyrs (parti chiite de l'ayatollah Al-Hakim) : 9.3% - 4 sièges
* Liste Al Djoumhour : 7.1% - 3 sièges
* Mouvement de la réforme nationale (le parti de l'ancien Premier ministre chiite Jafaari) : 6.3% - 3 sièges
* Sadr - Liste du mouvement indépendant libre, (soit parti de Moqtada Al-Sadr): 5.5% - 2 sièges
* Liste nationale indépendante : 5.0% - 2 sièges
* Rassemblement pour Muthanna: 4.9% - 2 sièges
* Rassemblement des qualifiés irakiens : 4.4% - 2 sièges
* Rassemblement du Moyen Euphrate : 3.9% - 1 siège
* Fadhila ou Parti de la vertu islamique (allié des Sadristes) :3.7% - 1 siège
* Liste irakienne nationale (alliance laïque sunnites-chiites qui a rassemblé notamment deux anciens Premiers ministres, Allwai (chiite) et Yawer (sunnite)) : 3.5% - 1 siège
* Al-Wafaa ou Mouvement de la Loyauté pour Muthanna: 3.1% - 1 siège
* Conférence nationale irakienne : 3.0% - 1 siège
* Conseil national des chefsd tribaux et des figures prééminentes d'Irak : 2.5%
* Rassemblement pour le soutien social : 2.2%
* Bloc indépendant Solidarité : 2.1%

Gouvernorat de Najaf : (majorité chiite)

* Dawa - Etat de droit (Liste d'Al Maliki) : 16.2% - 7 sièges sur 28
* Al-Mehrab ou Liste des Martyrs (parti chiite de l'ayatollah Al-Hakim) :14.8% - 7 sièges
* Sadr - Liste du mouvement indépendant libre, (soit parti de Moqtada Al-Sadr): 12.2% - 5 sièges
* al-Wafaa / Loyauté pour Najaf: 8.3% - 4 sièges
* Mouvement de la réforme nationale (le parti de l'ancien Premier ministre chiite Jafaari) : 7.0% - 3 sièges
* Union indépendante Najaf : 3.7% - 2 sièges
* Tribus indépendantes et fils de Najaf: 2.6%
* Figures nationales indépendantes : 2.4%
* Khaymat Al-Mustaqilleen ou Tentes indépendantes : 2.3%
* Mouvement Intifada 1991 pour le peuple de Sha’abaniya : 2.1%
* Rassemblement indépendant de la réfome : 1.9%
* Liste irakienne nationale (alliance laïque sunnites-chiites qui a rassemblé notamment deux anciens Premiers ministres, Allwai (chiite) et Yawer (sunnite)) : 1.8%

Gouvernorat de Ninive : (majorité sunnite, grosse minorité kurde, shabak, chrétienne, yézidie).

* Al-Hadbaa Liste Nationale (nationalistes sunnites): 48.4% - 19 sièges sur 34
* Fraternité Ninive (Coalition Kurdo-chrétienne) : 25.5% - 10 sièges
* Parti islamique (parti sunnite, coalisé avec Maliki) : 6.7% - 3 sièges
* Front turkmène (proches d'Ankara) : 2.8% - 1 siège
* Rassemblement pour le projet irakien (sunnite) : 2.6% - 1 siège
* Al-Mehrab ou Liste des Martyrs (parti chiite de l'ayatollah Al-Hakim) : 1.9%
* Liste de l'Unité nationale irakienne : 1.8%
* Liste irakienne nationale (alliance laïque sunnites-chiites qui a rassemblé notamment deux anciens Premiers ministres, Allwai (chiite) et Yawer (sunnite)) : 1.8%

Gouvernorat de Salah ad-Din : (majorité sunnite)

* Front de l'Accord Salahaddin : 14.5% - 5 sièges sur 28
* Liste irakienne nationale (alliance laïque sunnites-chiites qui a rassemblé notamment deux anciens Premiers ministres, Allwai (chiite) et Yawer (sunnite)) :13.9% - 5 sièges
* Rassemblement Projet national irakien : 8.7% - 3 sièges
* Front du projet national irakien : 8.5% - 3 sièges
* Groupe de l'Irak éduqué et scientifique : 6.0% - 2 sièges
* Front turkmène irakien (proche d'Ankara) : 4.8% - 2 sièges
* Liste nationale Salah ad-Din : 4.6% - 2 sièges
* Liste de la Fraternité et de la coexistence pacifique : 4.5% - 2 sièges
* Front de la Libération et de la Construction : 4.5% - 2 sièges
* Dawa - Etat de droit (Liste d'Al Maliki) : 3.5% - 1 siège
* Parti irakien constituionnel : 3.2% - 1 siège
* Al-Mehrab ou Liste des Martyrs (parti chiite de l'ayatollah Al-Hakim) : 2.9% - 1 siège
* al-Hal - Mouvement national pour la réforme et le développement : 2.6% - 1 siège

Gouvernorat de Wassit : (chiite)

* Dawa - Etat de droit (Liste d'Al Maliki) :15.3% - 8 sièges sur 28
* Al-Mehrab ou Liste des Martyrs (parti chiite de l'ayatollah Al-Hakim) :10.0% - 5 sièges
* Sadr - Liste du mouvement indépendant libre, (soit parti de Moqtada Al-Sadr): 12.2% - 5 sièges 6.0% - 3 sièges
* Liste irakienne nationale (alliance laïque sunnites-chiites qui a rassemblé notamment deux anciens Premiers ministres, Allwai (chiite) et Yawer (sunnite)) : 4.6% - 2 sièges
* Parti irakien constitutionnelle : 3.9% - 2 sièges
* Mouvement de la réforme nationale (le parti de l'ancien Premier ministre chiite Jafaari) : 3.2% - 1 siège
* Rassemblement indépendant à Wassit : 3.0% - 1 siège
* Fadhila ou Parti de la vertu islamique (allié des Sadristes) : 2.7% - 1 siège
* Rassemblement indépendant pour les chefs tribaux et les figures prééminentes du gouvernorat de Wassit : 2.6% - 1 siège
* Al-Khayr- Liste indépendante : 2.5% - 1 siège


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs