Accéder au contenu principal

La Maison dorée de Samarkand


Dans La Maison dorée de Samarkand, Corto Maltese traverse l'Anatolie de 1920, alors en plein guerre d'indépendance turco-kurdo anti-arméno-russe. Comme dans Les Ethiopiques ou Le Scorpion du désert, Pratt affectionne les effondrements des empires et ces grands foutoirs où nations du monde et cultes hétérodoxes s'allient et se combattent, entre cupidité des chercheurs de trésors, idéaux patriotiques laminés, confréries secrètes, rêves, transes et passage dans le barzakh...

A Van, nous tombons sur des croquis savoureux de Kurdes. Il y a d'abord les bataillons "musulmans", donc turco-kurdes qui a priori se sont alliés, mais contre qui ? pour quoi ? Comme le dit Corto en Cilicie alors que les français s'apprêtent à se replier (et laisser dans la mouise les Arméniens sur place) :




De fait, dans le camion qui l'emmène à Van, Corto apprend de la bouche du "bandit" Reshid le Kurde que les sentiments fraternels entre ces deux peuples sont plus que mitigés. Disons que face à Kemal Atatürk, certains Kurdes prennent l'option d'Enver Pach et de son grand empire du Touran, pour des raisons toutes intéressées :




Face à ces alliances turco-kurdes musulmanes, un enemi bien clair, les Russes et surtout l'Arménien :




Et une fois arrivés à Van, nous avons un beau passage sur les Yézidis, Pratt étant friand de ces religions mystérieuses et surtout des personnages de derviches, chaman, pîrs et cheikhs. Rappelons que le génocide "arménien" toucha en fait tous les non-musulmans de la région, les chrétiens assyriens et chaldéens et syriaques aussi, et aussi les Yézidis...




D'emblée, les Yézidis apparaissent comme persécutés comme "adorateurs du diable" par nos bons sunnis, et forcés à la conversion plus ou moins volontaire, comme l'explique cet "ex-yézidi" :



Dans le monde d'Hugo Pratt, les rêves et les sorciers sont tous reliés. Ainsi, l'ange déchu des Ethiopiques, Shamaël, réapparaît dans le corps d'extase d'un sheikh yézidi, pour éclairer la route de Maltese, comme il l'avait fait dans le désert avec Cush le bédouin :




On peut s'étonner de ce que le cheikh invoque "sheitan" à voix haute, ce nom étant strictement tabou pour les yézidis. Aussi il est mentionné qu'il n'a le droit de prononcer son nom "qu'une fois l'an". Par chance, c'est précisément la fois où Corto a quelque chose à demander, mais bon, kismet, hein...

Autre passage ramemant aux massacres de Van, la mort d'Enver Pacha, le tueur d'Arméniens, l'idéaliste du Touran qui voyant la partie perdue à la fois contre Mustafa Kemal et contre les Russes décide de mourir sabre au clair, contre les bataillons arméniens des Soviétiques. Kismet, quoi !






Mis à part ces épisodes "kurdes" l'album est naturellement à savourer dans son intégralité, surtout pour le fabuleux Raspoutine, devenu Caïd Raspa, terreur des Ouzbeks...


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs

Le Kurdistan est une mixture unique de différents groupes ethniques et cultures : Kurdes musulmans, Kurdes yézidis, Turkmènes musulmans, Arméniens, Assyro-Chaldéens chrétiens de langue araméenne, et Juifs de langue araméenne. La cuisine traditionnelle chrétienne n'est pas substantiellement différente de celle des Kurdes. Ainsi, les animaux sont égorgés selon le rite islamique. Les chrétiens, cependant, mange de la viande de porc, soit importée soit venant de sangliers chassés dans les montagnes. De plus, les chrétiens réclament comme les sucreries traditionnelles kulîçe, servis à Noël et dans des occasions importantes, mais communes dans toute la région.
Muhammad n'a pas posé d'objection à ce que musulmans, juifs et chrétiens mangent ensemble. Il en résulte qu'un musulman pratiquant peut acheter sa nourriture dans une boutique tenue par un juif ou un chrétien. Si un nom divin autre que celui d'Allah a été prononcé pendant que l'animal a été abattu, les musulma…