Accéder au contenu principal

'Ô vieillesse ennemie !'

Lalihan Akbay, âgée de 102 ans, est actuellement poursuivie pour "propagande en faveur d'une organisation terroriste", ayant participé à une commémoration (mawlid), le 16 avril dernier, organisée par le bureau du BDP (parti pro-kurde) de Tatvan en mémoire de son fils, un membre du PKK mort le 16 avril 1985. 

Le procureur de Bitlis, qui avait lancé l'accusation contre Zahide Karakaşlı, co-présidente du bureau du BDp de Tatvan, à l'origine du mawlid a tenu à poursuivre en même temps la propagandiste centenaire ; devant la lourdeur du dossier (c'est quand même un gros poisson qu'on vient de pêcher dans les eaux troubles des milieux activistes), l'accusation vient d'être transférée au procureur de Van. Ce dernier, recevant la visite de Tevif Albay, fils de la criminelle, lui a intimé l'ordre de revenir dans 10 jours. C'est que ça prend 10 jours d'intenses réflexions, un procureur turc, avant de pouvoir statuer en son âme et conscience, sur la dangerosité d'un tel cas.

En fait, il a raison de se méfier, cet homme. Ne serait-ce pas là un tournant stratégique dans la tactique de recrutement des ennemis de la République ? On connaissait les armées d'enfants en Afrique noire, les adolescents qui se ficellent avec des explosifs au Moyen-Orient, le PKK aurait-il inventé une nouvelle forme de recrutement terroriste, avec des commandos de centenaires ? À bien y réfléchir, cela n'offre que des avantages : vu la lenteur des procédures, le temps que le jugement aboutisse, il a toutes chances d'être posthume (ce qui remédierait au moins utilement à l'engorgement des prisons) ; une fois arrêtés, les dangereux comploteurs, s'ils s'avèrent être sourds comme des pots, ne pourront pas balancer leurs informations lors des interrogatoires, puisqu'ils ne seront pas à même d'entendre les questions. Et quand même les policiers, épuisés de s'époumoner, penseraient à utiliser un porte-voix : TU VAS L'AVOUER TA PROPAGANDE TERRORISTE, L'ANCÊTRE ? étant donné qu'à cet âge la mémoire flanche, ils ne seront plus capables de se souvenir de quoi que ce soit de très précis concernant leurs faits d'armes, en admettant qu'ils soient encore à même d'articuler des aveux audibles… Certains seraient capables de dénoncer la planque de Sheikh Saïd Riza  ou d'avouer avoir voulu perpétrer un attentat contre Kemal Atatürk… Défendre la patrie n'est décidément pas une sinécure. Les Turcs accusent souvent les Kurdes d'être des terroristes au berceau ; voilà qu'ils découvrent que même un pied dans la tombe, le séparatisme ne faiblit pas.

(source Bianet et Yol).


'Stupidity, however, is not necessarily a inherent trait.'
Albert Rosenfield.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde