Accéder au contenu principal

Komané-Araden- Bede Resh

vCe matin, messe et scène du bon larron : Le larron essaie, le deuxième jour de Pâques, d'entrer au paradis et l'Ange huissier lui barre la route avec un gros bâton. C'est une vraie comedia dell arte. À Komané, le larron prend parfois le bâton et distribue des coups de gourdin sur les têtes des fidèles. Éclat de rire général, sauf pour ceux qui écopent. Quand ça tombe sur certains, peut-être plus respectables en temps ordinaire, ça rit plus fort : ainsi une vieille qui en prend trois fois de suite et grommèle, peut-être un notable ou deux, et un qui râle en désignant d'autres têtes à atteindre et, du coup, s'en prenant plus que les autres, se lève et part, écœuré...

video

Ici à Araden, le Larron fait son Bouffon et les coups de bâton sont plus rares.

Bref l'Ange et le Larron chantent leur partie respective, le Larron plaidant sa cause et à la fin, la Croix arrive sur scène et le Larron, sauvé par elle, peut entrer, sous les applaudissements.



Ensuite la fête de saint Georges à Bede Resh, près de Sersing, puis une visite à Iènishkê, toujours pour saint Georges, dont la fête tombe le 24 avril, et comme ce jour était celui de Pâques cette année ils l'ont décalée. À Saint Georges de Bede Resh, défilé de gosses et du chœur avec cymbaliste, derrière le portrait du saint et l'évêque fermant le rang.




Iènishkè a une nouvelle église (depuis 1978) dédiée à sainte Shmony la mère martyre des Macchabées et à ses fils. Beau tableau néo-baroque aux couleurs acryliques :



L'ancienne église était aussi dédiée à saint Georges, aussi les gens y montent pour y prier, allumer des cierges et les jeune ados, en bandes ou en couple, y sont les plus nombreux, ça fait mi promenade romantique mi QG des teens.

Petit-déjeuner de Pâques : œufs et keleç




Temps alternativement ensoleillé (donc chaud et agréable) ou orageux (donc température qui chute jusqu'à 11º dans la journée. Amedî et sa fantaisie des saisons…

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde