Accéder au contenu principal

La Vache (Gav)


Sortie mercredi 4 juin de La Vache, un film de Dariush Mehrjui (1968) :

La Vache, deuxième long-métrage du cinéaste iranien Dariush Mehrjui après "Almaas 33" (1966), est une adaptation d'une nouvelle de Gholam-Hossein Saedi, grand romancier et scénariste des années 60. Les deux hommes font alors équipe pour porter cette intrigue sur le petit écran. Mais le téléfilm rencontre un succès tellement inattendu qu'ils entreprennent de prolonger sa durée et d'approfondir son thème pour le diffuser au cinéma. Censuré à sa sortie en 1969 par le Shah d'Iran pour sa vision pessimiste de la paysannerie iranienne, La Vache a rencontré clandestinement son premier public en festivals. Considéré par les critiques comme l'un des meilleurs films jamais réalisés en Iran, le deuxième long-métrage de Dariush Mehrjui gagne pour la première fois les écrans français. Une sortie inédite pour ce film symbolisant la naissance de la Nouvelle vague du cinéma iranien. Film majeur du cinéma iranien, La Vache a reçu le Prix FIPRESCI au Festival de Venise en 1971 alors qu'il était diffusé hors programmation, a été présenté à Cannes en 1972 dans le cadre de la Quinzaine des Réalisateurs, et l'acteur Ezzatollah Entezami remporta en 1972 le Prix d'interprétation masculine au Festival du Film de Chicago.
Synopsis :
La vache de Mashdi Hassan représente tout pour lui et son village. Un jour, elle disparaît. Le monde s'effondre alors autour de lui.






Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde