Accéder au contenu principal

Hakan Günday : Ziyan



Mardi 17 juin à 15 h 00 sur France Culture : Les fantômes de Günday, avec Hakan Günday pour Ziyan, paru aux éditions Galaade. Tout un monde, M-H Fraissié.


« Un mauvais rêve peut-il transformer l'existence de quelqu'un en cauchemar ? Peut-il lui faire abandonner son éducation à mi-parcours ? Le rendre fou ? » 
ll a vingt ans, il est soldat. Dans l'est de la Turquie, où l'armée contrôle les populations kurdes, lutte contre les rebelles du PKK et la contrebande généralisée, la vie au quotidien est dure. Au coeur d'un hiver interminable, les tours de gardes sont de véritables supplices sans compter les relations difficiles avec la population locale et la hiérarchie militaire. 
Une nuit, un homme lui rend visite. Il dit s'appeler Ziya Hur it, l'un des conjurés qui fut pendu pour avoir participé à la tentative d'assassinat contre Mustafa Kemal en 1926. Est-ce la fatigue ou l'hypothermie qui provoque chez le soldat une telle hallucination ? Serait-ce que son esprit tourmenté s'enfonce progressivement dans la folie ? 
Ziya lui raconte sa découverte de l'Allemagne au début des années 1910, l'avant-garde artistique de Berlin, Dantzig, la guerre au sein de la marine allemande, puis la Turquie occupée et démantelée, enfin sa rencontre avec Mustafa Kemal et son rôle dans le mouvement de libération et la reconstruction du pays, jusqu'au jour où, face à la montée d une nouvelle classe politique trop éloignée de ses idéaux, le terrorisme lui apparaît comme la seule échappatoire. 
Né à Rhodes en 1976, Hakan Günday vit à Istanbul. Des auteurs turcs de la nouvelle génération, il est celui qui décoiffe le plus, le plus connu aussi. Francophone pour avoir suivi dans sa jeunesse son père diplomate à Bruxelles et dans nombre de pays d'Europe, il s'est passionné pour Voyage au bout de la nuit de Céline, qui influence son écriture et son regard sur le monde. Après des études littéraires à l'université Hacettepe d'Ankara, il a poursuivi des études politiques à l'université libre de Bruxelles et à l'université d'Ankara. Hakan Günday est l'auteur de huit romans. Son livre Kinyas et Kayra, publié en 2000, est considéré comme le premier roman underground en Turquie. D'un extrême l'autre (Galaade, 2013) a reçu le prix du meilleur roman de l'année 2011 en Turquie. 
Après d'Un Extrême l'autre, Ziyan a l'audace des merveilleux romans de Hakan Günday, l'auteur le plus prometteur de la jeune génération turque, et dont l'oeuvre est traduite dans plus de quinze langues. Avec Ziyan, Hakan Günday nous plonge dans son histoire intime liée à celle de son pays, dans ses relations avec l'Europe, dans sa modernité et dans les contradictions d'une société hantée par son passé.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde