Accéder au contenu principal

Shahram Nazeri : "Je suis un enfant kurde, je ne sais pas le persan" et "Kurdistan, si tu n'es pas…"

Je suis un enfant kurde, je ne sais pas le persan, 

je suis de Kermanshan et je ne sais pas le persan.



C'est pour avoir interprété cette chanson,lors d'un concert à Kermanshan (Kurdistan d'Iran), sa ville natale, que Shahram Nazeri fait  maintenant face à de rudes attaques de la part de media iraniens,  dans la veine islamo-nationaliste, et passe pour un  'séparatiste'. Raja News a ainsi dénoncé le caractère 'ethnique anti-persan' et 'honteux' de sa prestation.

Auparavant, cette chanson a été chantée avant lui par un autre chanteur kurde, de Sine, celui-ci, Naser Razazi, mais celui-ci l'a fait de Suède et maintenant du Kurdistan d'Irak, et cela n'a pas alarmé autant la presse des Pasdaran.






Cette fois, il s'agit d'un chanteur dont la célébrité dans tout l'Iran et l'envergure internationale vont bien au-delà du seul public kurde. De plus, comme si cela ne lui suffisait pas, décidément en verve patriotique sur le mode Ala rengîn, il a entonné, lors du même concert :



'Kurdistan, si tu n'es pas, que m'importe la couronne d'un roi ?'






Le plus drôle est que ce Kermanshahi, qui a enregistré de magnifiques albums kurde et goranî, comme Heyranî, ou le Shahanameh kordî (Avaz-e Asatir), est aussi un des plus grands interprètes de poésie persane, qui voue une dévotion à Rûmî (mais justement parce qu'il est kurde, dit-il). Il est donc plaisant de l'entendre chanter  'je ne sais pas le persan', lui qui est précisément un de ses maestros.

Mais même hors d'Iran et du Kurdistan, il y a toujours, parmi son public persan ou occidental, quelques Kurdes pour réclamer une chanson 'natale', ce à quoi il se prête volontiers, et avec un bon sourire, je puis en témoigner.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde