Accéder au contenu principal

Les Kurdes dans l’Orient mamelouk et mongol de 1250 à 1340 : entre marginalisation et autonomie



Samedi 15 mars à 14 h, Boris James soutiendra une thèse de doctorat intitulée :

Les Kurdes dans l'Orient mamelouk et mongol de 1250 à 1340 :

entre marginalisation et autonomie


sous la direction de Madame le Professeur Anne-Marie Eddé de l’Université Paris I La Sorbonne. 

 Le jury sera composé de Madame Sylvie Denoix, Directrice de recherche au CNRS, de Monsieur Hamit Bozarslan, Directeur d’études à l’EHESS et de Monsieur le Professeur Gabriel Martinez-Gros de l'Université Paris-ouest Nanterre-La Défense.


La soutenance se tiendra le samedi 15 mars à 14h, à l’Université Paris-Ouest Nanterre-La Défense, 200 Avenue de la République à Nanterre, en salle René Rémond (B015), bâtiment B.





Résumé :
À travers l’étude de nombreuses sources textuelles arabes et persanes de la période mamelouke, la présente thèse a pour but de traiter l’ensemble des implications relatives au déclin politique et militaire des Kurdes au sein du sultanat d’Égypte et de Syrie à partir des années 1250. Nous y étudions les multiples facteurs de la construction d’un territoire des Kurdes entre les franges occidentales du Zagros et l’Anatolie de l’est. En ancrant leur histoire dans les montagnes zagrossiennes, lieu refuge de ces groupes belliqueux, les tribus entérinent cette construction. Les grands États du Moyen-Orient sont également des contributeurs essentiels des transformations spatiales, notamment par le pouvoir qu’ils ont de nommer les lieux. Les tribus kurdes implantées dans le Pays kurde sous influence mongole se trouvaient dans une situation intermédiaire du point de vue géographique, social et politique leur permettant de capter un certain nombre de ressources. Dans le détail de cette description ethnographique du territoire des Kurdes, se logent les modes de captation des ressources et la production par ces acteurs d’un ordre intratribal et intertribal, matrice de leur autonomie. L’étude du rapport des groupes kurdes aux deux Empires de la région, les Mamelouks et les Ilkhanides mongols, révèle le déclin politique des Kurdes en Syrie et en Égypte et la réinstallation de pouvoirs kurdes autonomes en Haute Mésopotamie. Les autorités mameloukes marginalisent les émirs kurdes et tentent d’utiliser les forces kurdes contre les Ilkhanides. Ces derniers tentent dans un premier temps de les réduire, puis les intègrent peu à peu à leur appareil militaire pour le contrôle du territoire. La convergence de ces politiques étatiques contradictoires s’impose comme le facteur essentiel d’une autochtonisation des Kurdes.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde