Accéder au contenu principal

Le fleuve Jaghjagh


"Ce fleuve au tempérament taciturne – il ne fait généralement entendre qu'un friselis –, autour duquel Mem renifle à cet instant l'odeur de la menthe et de l'oseille, est sorti plus d'une fois de son silence, en se laissant aller jusqu'à 'épuisement en de longs soliloques :
"Suis-je pareil aux autres fleuves ?
– Oui.
– Pourquoi mon lit n'est-il pas plus large ?
– Parce que c'est là que je passe.
–Et qu'en serait-il si je passais par là ?
Cela ne changerait rien." 
Le Jaghjagh se lassait un peu de faire lui-même les questions et les réponses, c'est pourquoi ses dialogues se résumaient toujours à des plaintes sur ses berges trop resserrées, sur son assèchement, sur les tonnes d'argile pleines de longs vers de terre rouges qui glissaient dans son lit. Et voici qu'un beau jour, il se décida à interroger Dieu en personne :
"Pourquoi m'as-tu fait fleuve, ô mon Dieu ?
– Parce que j'aime les fleuves, répondit Dieu.
– Tu m'aimais et donc tu m'as créé ?
– Non.
– Je ne comprends pas.
– C'est toi qui as voulu être fleuve.
– Je ne me souviens pas.
– C'est pour cela.
– Pour cela que quoi ?
– Que tu es un fleuve.
– Tu nous as tous faits fleuves ?
– Qui "tous" ?
– Tous ceux qui ne se souviennent pas ?
– Non.
– Pourquoi moi, alors ?
– C'est toi qui l'a voulu.
– Je ne l'ai jamais voulu.
– C'est que tu n'obéissais pas à ma volonté et c'est pourquoi je t'ai fait fleuve.
– Que serait-il advenu si je t'avais obéi ?
– Tu aurais voulu être ce que tu es.
– Tu n'ignores pas, ô mon Dieu, ce que j'aurais voulu être capable de faire…
– En effet.
– J'aurais voulu être capable de créer les fleuves.
– C'est pourquoi je t'ai donné la possibilité de me parler.
– Tous ceux qui voudraient créer des fleuves peuvent-ils te parler ?
– Oui, parce que toux ceux-là pensent à leur cécité.
– Tous les fleuves sont-ils aveugles ?
– Un fleuve ne voit que l'argile.
– En quoi cela fait-il de lui un aveugle ?
– Il s'en trouve plus épanoui.
– Tu parles de l'épanouissement du fleuve ?
– Oui.
– Être épanoui rend-il aveugle ?
– Non.
– Je ne comprends plus rien.
– C'est normal, tu es un fleuve et tu penses à l'argile.
– Quel mal y a-t-il à cela ?
– L'argile.
– Je croyais que tu avais créé les êtres et les choses avec de l'argile !
– C'est pourquoi tu es aveugle. Les fleuves sont aveugles."

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde