Relire le Coran

Vendredi 27 décembre à 15 h, sur France Culture : Relire le Coran, avec Bahgat Enaldi et Adel Rifaat pour Ce que le Coran ne dit pas :





Présentation de l'éditeur 
Depuis plus de mille ans, les guides de la pensée musulmane imposent aux croyants ce postulat : le Coran étant la Parole de Dieu, ses versets ne sont tributaires ni du temps ni de l’espace. Ils embrassent, pour toujours, tous les contextes possibles. Ce postulat repose sur le sophisme selon lequel la Parole de Dieu doit être de même nature que Dieu lui-même. Dieu étant éternel, chacune de ses Paroles ne pourrait être qu’éternelle comme lui. Or, le Coran ne dit pas cela. Il dit même, et très précisément, le contraire de cela.

Extrait 
Ce livre vient de loin... 1988. Nous retrouvons l'Égypte après un exil de plus de vingt ans. C'est la même Égypte, mais elle n'est plus pareille. Elle s'est laissé envahir par une vague de traditionalisme religieux, qui se répand partout, s'immisce dans le débat public comme dans les conversations privées. On n'y entend plus l'islam ouvert, généreux, tolérant, de l'Égypte où nous sommes nés, mais un islam étranger, dogmatique et tranchant, qui étend sur les esprits une lourde chape de conformisme. 
Revenus en France, accablés, nous décidons de reprendre le chemin de l'école. Nous nous lançons dans une lecture systématique des grands textes de l'islam. Nous nous initions à l'exégèse, à la tradition, à la théologie. Nous partons à la recherche des contrées de l'intelligence musulmane où, depuis les premiers temps, la foi est fécondée par la liberté de conscience personnelle. Nous trouvons dans la Sîra (chroniques des faits et gestes du Prophète) un matériau dont l'intérêt nous apparaît, à cet égard, exceptionnel. Épopée fondatrice de la mémoire musulmane, ce corpus rend au Prophète son humanité et restitue à la Révélation son contexte historique. Mais, si la Sîra participe de la culture de base de tous les croyants, la plupart de ces derniers ne peuvent y puiser librement. Le corpus, dû à différents chroniqueurs, est volumineux, inégal, confus, parcouru d'obscurités et de répétitions. La masse des croyants n'en reçoit que des bribes, servies par les clercs et les prêcheurs au gré de leurs préférences doctrinales. 
Nous avons trouvé oeuvre utile à faire : mettre la Sîra à la portée du grand public. Nous décortiquons le texte, pour séparer le contenu événementiel des considérations qui l'encombrent. Puis nous effectuons un découpage-montage de tous les témoignages significatifs. Nous obtenons une fresque vivante, foisonnante, colorée, accessible à tout un chacun et où chacun peut tracer son propre itinéraire. 
L'accueil fait à cet ouvrage nous conduira à rédiger un essai sur les enseignements que nous en avons tirés. La Sîra permet de replacer une grande partie des versets coraniques dans les contextes où ils sont «descendus» sur le Prophète. Elle fait alors apparaître une éclatante évidence : la Parole de Dieu est indissociable du temps et de l'espace de sa révélation. Elle porte la marque de son inscription dans l'Arabie du VIIe siècle. Dieu ne se contente pas de promulguer des principes spirituels et métaphysiques intemporels, Il partage les soucis immédiats des premiers musulmans, Il intervient parfois sur des sujets, purement circonstanciels. (...)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs