Accéder au contenu principal

Amêdî : Un minbar de bois de 1153 au musée de Bagdad



Une des plus belles pièces des salles d'art islamique du musée de Bagdad, qui a survécu heureusement au pillage, est ce minbar (chaire à prêcher) de bois sculpté, qu'une inscription en coufique date de 1153 et indique sa provenance : une mosquée d'Amadiyya, aujourd'hui disparue ( ce n'est pas la mosquée que l'on peut y voir actuellement, qui a été construite au 13e s., probablement sous le règne du fils de Badr Ad-Din Lu'ulu, l'illustre atabeg de Mossoul).

En 1153, cela faisait dix ans que l'atabeg Zengî, le père du futur et illustre sultan Nur Al-Dîn, avait pris la citadelle aux Kurdes Hakkari.  Le minbar est une commande de son gouverneur, un certain Qaradja, sûrement mis en place par 'Imad Ad-Dîn Zengî. Il fait 2 m 50 et 96 cm de large. est en bois de mûrier, a des panneaux partiellement restaurés, une belle inscription coufique et un décor qui rappelle le style de Samarra.

De la même mosquée proviennent aussi les portes de bois, qui datent d'un siècle après le minbar et sont aussi dans ce musée. Cette mosquée qui a complètement disparue peut être celle dont le doctor Ross mentionne les ruines en 1833, attenantes au palais.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Épuisé sur Amazon, on peut trouver le manuel à des prix raisonnables chez Decitre.

Introduction(extraits) "L'araméen, dit-on, est la langue des anges, et si vous prévoyez qu'à défaut d'une vie vertueuse un petit coup de piston ne sera pas de trop pour que vous soyez admis dans le Jardin d'Allah au jour du Jugement, quand vous serez perdu au milieu de la multitude des humains se pressant devant l'entrée, vous pouvez espérer que son redoutable gardien sera si heureux de vous entendre le saluer dans sa propre langue qu'il entrouvrira la porte pour vous laisser passer." (Ceux qui se demanderaient pourquoi le soureth est la langue des anges, même ceux gardant le Paradis des musulmans, peuvent se reporter à ce lien, on vous dit tout).

"Si votre esprit, plutôt que se s'élever vers les sphères célestes, est attiré par celles d'ici-bas, vous serez fasciné par une langue qui porte le témoignage écrit de l'histoire de l'humanité – tant matérie…

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

À signaler sur le Cercle catholique syriaque, un article en ligne, passionnant, de Françoise Briquel-Chatonnet, initialement publié dans les actes du colloque Dialogue des religions d’Abraham pour la tolérance et la paix, Tunis 8-10 décembre 2004, Tunis, université Al-Manar : Abraham chez les auteurs syriaques : une figure du croyant pour des chrétiens en monde musulman.
Il s'agit d'une étude de la figure d'Abraham telle que l'ont vue, développée et commentée les chrétiens syriaques, d'abord en la distinguant du judaïsme et puis de l'islam, comme l'introduit l'auteur elle-même :
Les chrétiens syriaques ont produit une abondante littérature très ancrée dans le patrimoine biblique dont ils étaient nourris. C’est pourquoi, invitée à m’intéresser à Abraham en tant que figure de la tolérance dans les trois religions monothéistes, j’ai souhaité partir de cette littérature qui se révèle de grand intérêt. Comme cette littérature spirituelle ou mystique syriaque n&…

Concert de soutien à l'Institut kurde